METAXU - Le blog de Philippe Quéau

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 16 septembre 2019

La tâche cosmique de l’Homme

La matière est désir, dit la Gnose. Que désire-t-elle donc ?

Pour les Gnostiques, la matière est inconsciente. Elle est l’Inconscience même. Elle ne veut rien avoir à faire avec la conscience. Elle refuse la lumière. Elle veut l’opacité, la ténèbre, la résistance de l’ombre à la clarté.

Que rien, jamais, ne la pénètre profondément. Que rien d’immatériel ne s’immisce en elle, en deçà de sa surface.

C’est là son désir. C’est en cela qu’elle est « désir ».

Le mythe manichéen pousse l’idée plus loin, et raconte comment l’inconscient de la matière vit « sous l’empire du cauchemar ou de la proximité du connu, et cherche à se rendre maître du royaume de la lumière. Et Dieu envoie son âme, c’est-à-dire l’Homme primordial – une préfiguration d’Adam – pour lutter contre les Ténèbres qui attaquent, mais l’Homme primordial est vaincu »i.

Pour les Manichéens, l’existence de ce monde et l’existence de l’humanité viennent donc d’une défaite de Dieu, ou plus précisément de l’Homme qui était en Dieu.

L’Inconscient, que l’on peut aussi appeler plus poétiquement les « Ténèbres », n’est pas pour eux une absence de conscience, ni les Ténèbres une absence de lumière. L’Inconscient, les Ténèbres, sont des entités propres, des substances autonomes. Il s’ensuit que le combat entre Conscience et Inconscience, entre Ténèbres et Lumière, est consubstantiel à leurs natures respectives. Les unes, comme les autres, cherchent à étendre leur empire, à agrandir leur domaine. Pour quelles fins ultimes? Nul ne le sait. Ce qu’on sait seulement, c’est que tout être veut persévérer dans son être, et les Ténèbres tout comme l’Inconscient sont des « êtres », qui sont bien déterminés à perdurer dans leur être...

De ce mythe manichéen, il se déduit logiquement que le monde et l’homme n’ont pas été « créés » par un Dieu de Lumière, comme l’affirme la Bible. Ils ne sont pas non plus issus d’une Raison universelle qui leur préexisterait. Ils sont les enfants d’un être obscur, engendrés par des Ténèbres inconscientes d’elles-mêmes. C’est pourquoi le monde et l’homme sont eux-mêmes inconscients, et c’est pourquoi ils ne voient qu’obscurité lorsqu’ils se penchent sur la béance de leurs origines.

Les Gnostiques tirent de tout ceci l’affirmation que le but de l’homme doit être l’éveil, la connaissance, l’accès à la conscience. Toute la doctrine gnostique s’efforce de l’armer à cette fin, et de l’encourage à se libérer de l’obscur en lui.

Les Gnostiques n’ont pas vraiment réussi à imposer leur point de vue face à des religions comme le judaïsme ou le christianisme. Mais ces dernières n’ont pas réussi non plus à totalement évacuer le problème de la lutte entre l’obscurité et la lumière, entre l’inconscient et la conscience.

Des nappes de doute, des océans sombres, des abysses sans fond continuent de miner les plus claires affirmations théologiques, et cela n’est pas prêt de s’arrêter.

Il faut aujourd’hui encore vivre avec cette idée qu’il y a des lumières divines, supra-rationnelles, qui possèdent en elles, ou bien qui laissent subsister à côté d’elles, des obscurités, des puissances, des Inconscients obscurs.

Par rapport à la substance divine, ces obscurités abyssales, ces puissances nocturnes, ces inconsciences sans fond, sont à la fois « tout autres » et « si proches ».

Pour prendre une image anthropologique, elles sont dans le même rapport avec la Lumière que celui que l’âme humaine semble avoir avec l’Esprit.

C’est dire leur importance et leur intérêt heuristique.

Il ne sert donc à rien de renvoyer la Gnose et le manichéisme aux rayons des hérésies mortes et enterrées. Le problème est plus vaste, plus profond, que ce que l’Histoire des religions, et même des philosophies, laisse voir.

Erik Peterson, qui a réfléchi à cette question, en vient une hypothèse stimulante, excitante. « L’homme est foncièrement plus qu’un homme, car l’homme est, dans le fond ultime de sa personne, consubstantiel avec l’ange qu’était l’homme originel, et cet homme originel était en Dieu, dieu en Dieu, centre en Dieu. »ii

Il n’est pas certain que dans la longue histoire du judaïsme (je pense notamment à la Kabbale juive), et dans celle du christianisme, on ne trouve des échos comparables à ces idées gnostiques.

Erik Peterson remarque que pour les Manichéens la « résurrection » n’est en réalité « rien d’autre qu’un acte de la raison, une conscience parvenue à la conscience de soi-même, quand l’intellect nettoyé de tout contact avec la matière rencontre l’intellect universel de l’homme divin. »iii

Le seul péché pour les Gnostiques est le péché de l’ignorance. L’inconnaissance est le Mal même.

Il faut donc se libérer de tout matière, de toute chair, se dématérialiser, se désincarner, pour tenter d’échapper au Mal, et enfin plonger dans la Lumière, qui est Connaissance.

Or cette idée est en contradiction absolue avec le mythe chrétien, tel que rapporté par Jean : « Et verbum caro factum est. »

Rien de plus contraire à l’idéologie gnostique que l’idée chrétienne d’un Dieu qui « s’incarne ».

Il n’y a pas que les gnostiques, d’ailleurs, qui trouvent l’idée absurde. Les Juifs et les Musulmans sont sur la même ligne. Et le christianisme reste seul avec elle.

Peterson conclut : « Il faut chercher le vrai mystère et la vraie solution dans une anthropologie dont le centre est la christologie.»iv

Du point de vue de l’anthropologie des religions, il importe de souligner que l’idée d’incarnation divine n’est cependant pas réservée au christianisme, ni d’ailleurs celle de sacrifice du Dieu suprême en faveur de sa Création.

Ces deux idées, si éloignées de ce que la « Modernité » est capable de seulement entrevoir, ont une conséquence importante sur la notion d’inconscient : dans cette vision des choses, Dieu Lui-même possède une part d’inconscient.

D’ailleurs, Adam, qu’Il a créé à son image et à sa ressemblance, n’avait pas à l’origine connaissance du bien et du mal. Il était censé ne jamais manger de fruits de cet arbre qui pouvait lui « ouvrir les yeux ». C’est donc qu’il était alors, dans l’état édénique, « inconscient » de leur existence.

De façon analogue, si l’on peut dire, Dieu, en tant que Lumière, chasse les Ténèbres, il les disperse à son approche, mais Il ne peut pas les « voir » au sein de sa Lumière absolue. En répandant sa Lumière, il ne peut que refouler les Ténèbres dans son Inconscient.

C’est là une image, une métaphore fondamentale, qui traduit l’inconnaissance essentielle de Dieu (qui s’appelle « Je suis celui qui est ») pour tout ce qu’Il n’est pas.

Étant celui qui est, comment pourrait-il « connaître » ce qu’il n’est pas, c’est-à-dire ce qui n’est pas ?

Une autre conséquence encore en écoule, qui touche l’homme de très près.

L’existence de l’homme se justifie donc paradoxalement (et malgré le châtiment reçu par Adam et Eve, et leur exclusion du Jardin d’Éden) par le gain de cette « connaissance », de cette « conscience » du Bien et du Mal, c’est-à-dire l’acquisition de cette connaissance nouvelle : l’existence de la « conscience » et de « l’inconscient ».

Tout se passe comme si Dieu avait délégué à l’Homme (primordial) le soin de charger sur ses frêles épaules le poids infini de l’Inconscient, du Néant et du Mal.

Tout se passe comme si Dieu avait cherché, dans sa grande Lumière, en partie inconsciente, à illuminer les grains sombres de la Matière et éclairer la nuit obscure des Ténèbres, à l’aide des faibles lucioles de la « conscience » humaine.

Dieu, dans ce sens, et de façon complètement paradoxale, a « besoin » de l’Homme, et de ses faibles lumières.

Il a besoin que l’Homme se charge du poids infiniment lourd de l’inconscient cosmique, non pour s’y perdre ou s’y anéantir, mais pour en faire infiniment l’analyse.

iErik Peterson. En marge de la théologie. Chapitre 5. « La haine de la chair. Tentation et chute dans la Gnose » .Trad. Jean-Louis Schlegel. Ed. Cerf, Paris, 2015, p. 69

iiErik Peterson. En marge de la théologie. Chapitre 5. « La haine de la chair. Tentation et chute dans la Gnose » .Trad. Jean-Louis Schlegel. Ed. Cerf, Paris, 2015, p. 71

iiiErik Peterson. En marge de la théologie. Chapitre 5. « La haine de la chair. Tentation et chute dans la Gnose » .Trad. Jean-Louis Schlegel. Ed. Cerf, Paris, 2015, p. 72

ivErik Peterson. En marge de la théologie. Chapitre 5. « La haine de la chair. Tentation et chute dans la Gnose » .Trad. Jean-Louis Schlegel. Ed. Cerf, Paris, 2015, p. 73

jeudi 12 septembre 2019

Métaphysique du vêtement

C’est une idée fort ancienne que l’idée d’un vêtement tissé de trous, – non de trous dans la trame, mais de béances immenses, de gouffres, d’abysses. On rêve d’une peau alors vêtue d’une infinie nudité, celle des ténèbres d’origine.

Cette idée, David l’a exprimée: « De l’abîme tu la couvres comme d’un vêtement »i.

Le psalmiste a multiplié avec art et acharnement la métaphore du vêtement, pour qui tout vêt, – l’éclat, l’odeur, l’infamie, la justice, la violence, la honte et la puissance...

« Vêtu de faste et d’éclat »ii. « Ton vêtement n’est plus que myrrhe et aloès »iii. « Qu’ils soient vêtus d’infamie ceux qui m’accusent »iv. « Tes prêtres se vêtent de justice »v. « La violence, le vêtement qui les couvre »vi. « Ses ennemis je les vêtirai de honte »vii. « YHVH règne, il est vêtu de majesté. Il est vêtu, enveloppé de puissance »viii.

Le ‘vêtement’, depuis l’aube des temps, ouvre des perspectives bien plus profondes que ce qu’il donne à voir, et par son voile, il révèle bien plus que ce qu’il prétend seulement cacher.

Dès le commencement du monde, le vêtement apparaît, tissé par le Créateur lui-même, selon Job : « Quand je mis sur elle une nuée pour vêtement »ix.

C’était une autre manière d’évoquer la Genèse : « Les ténèbres couvraient l’abîme »x.

La profondeur du vêtement s’approfondit de sa récurrence, de son voile répété : les ténèbres couvrent l’abîme, et l’abîme couvre la terre. Mais la terre, que vêt-elle, quant à elle? Elle vête le corps d’Adam, – mot dont le sens est ‘terre’ en hébreu ?

Pour les Grecs, en revanche, c’est le corps qui est le vêtement de l’âme. A la mort, l’âme dépose son vêtement de chair, et se révèle enfin nue.

Mais pour le christianisme, c’est le contraire. La mort ne nous met pas nus, mais nous revêt d’un nouveau vêtement encore, un vêtement de ‘vie’.

Saint Paul explique : « Car tant que nous somme dans cette tente, nous gémissons accablés, parce que nous voulons, non pas ôter notre vêtement, mais revêtir l’autre par-dessus, afin que ce qu’il y a de mortel soit englouti par la vie. »xi

Brève anthropologie comparée du vêtement : le Psalmiste voit les idées comme des vêtements. L’idéal des Grecs semble être la nudité. L’idéal chrétien est d’ajouter vêtement sur vêtement.

Paradoxal, ce vêtement neuf, ce vêtement vivant, nous ne le vêtirons que si la mort nous trouve déjà vêtus et non pas nus. Nous gémissons pour le moment dans notre ‘tente’, «ardemment désireux de revêtir par-dessus l’autre notre habitation céleste, si toutefois nous devons être trouvés vêtus, et non pas nus. »xii

Paul ne veut pas l’âme nue, mais l’âme vêtue, l’âme vêtue de l’Esprit (Pneuma).

Les Grecs voient la mort comme la dénudation de l’âme, les Chrétiens comme son habillement, par l’Esprit, la Vie, la Gloire.

D’où l’idée inattendue, dans ce contexte, de la résurrection, comme vêtement ultime.

Le corps est un premier vêtement (terrestre) pour l’âme, et à la mort, c’est un second vêtement, le ‘corps céleste’, qui vient recouvrir et envelopper comme un manteau non seulement l’âme mais le corps aussi.

Le corps terrestre peut sembler mourir, et revenir à sa poussière originelle. Mais cela n’est qu’apparence. La vision paulinienne l’affirme : corps et âme seront à la fin enveloppés par leur corps céleste…

On peut s’efforcer de comprendre cette idée (si peu moderne) de résurrection, et lui donner une justification, si l’on considère le caractère originairement divin du corps terrestre. Nous apprenons cela de la manière dont ce corps fut créé.

La Bible juive dit que pour créer l’univers et ce qu’il contient, une simple ‘parole’ de Dieu a suffi.

En revanche, ce n’est pas avec une parole que Dieu a créé l’Homme. Il l’a ‘modelé’, Il l’a ‘façonné’ de ses propres mains. « L’Éternel-Dieu modela l’homme avec la glaise du sol »xiii.

Mieux encore, Dieu lui a insufflé dans les narines son propre souffle de vie.

Dieu avec l’Homme, par les caresses de Ses mains sur son corps, par le baiser de Sa bouche sur ses narines, par le soupir de Son souffle sur sa ‘vie’, a eu des relations éminemment ‘charnelles’.

Un tel corps façonné de main divine peut-il se corrompre ?

Saint Paul refuse d’admettre, contre l’évidence de la pourriture et de la mort, que le corps terrestre de l’Homme ait in fine un destin (métaphysique) aussi vil, ce corps modelé par les mains de Dieu et animé par Son souffle.

Ce refus le conduit à la seule solution logique, celle d’un méta-corps, un corps céleste, une nouvelle ‘tente’, un nouveau ‘vêtement’, qui viendra envelopper de sa chaude caresse à la fois le corps et l’âme.

Non seulement l’œuvre des mains mêmes et du souffle de Dieu n’est pas condamnée au néant, mes les mais divines lui préparent une autre demeure.

« Nous savons en effet que, si cette tente, notre demeure terrestre, vient à être détruite, nous avons une maison qui est l’ouvrage de Dieu, une demeure éternelle qui n’est pas faite de main d’homme, dans le ciel. »xiv

Une tente, une demeure, un vêtement, « non faits de main d’homme », mais « modelés », « façonnés », de la main de Dieu.

Le vêtement est une métaphore hautement métaphysique, et il faut en ‘tirer’ toutes les conséquences, comme un fil, pour tenter de la détricoter.

« The thing Visible, nay the thing Imagined, the thing in any way conceived as Visible, what is it but a Garment, a Clothing of the higher, celestial Invisible. »xv

« La chose visible, non la chose imaginée, la chose conçue de toutes les manières comme visible, qu’est-ce donc sinon un habillement, un vêtement du plus haut et du plus céleste Invisible ?»

Jonathan Swift dans A Tale of a Tub (écrit en 1696-7, publié en 1704) fait du vêtement de la pensée son symbole fondamental, reprenant la métaphore évangélique de la robe de Christ comme image de la religion. Il met en scène une secte religieuse adorant le dieu créateur d’un univers composé d’une suite de vêtements :

« They held the Universe to be a large Suit of Cloaths which invests every Thing : That the Earth is invested by the Air ; The Air is invested by the Stars ; and the Stars are invested by the Primum Mobile. (…) Qu’est-ce que l’Homme lui-même sinon in micro-manteau ? (…) Quant à son corps, c’est l’évidence; mais qu’on examine même les acquisitions de son esprit. (…) La Religion n’est-elle pas un pardessus ?»xvi

« Ils soutiennent que l’Univers est une immense série de vêtements qui vêtent toutes choses, que la Terre est revêtue de l’Air, que l’Air est revêtu par le ciel étoilé, et que le Ciel est revêtu par le Premier Mobile. »

Trois mille ans avant Swift, le Véda avait décliné cette même idée, bien entendu sans l’ironie de l’auteur anglais.

Le mot sanskrit kośa incarne toute une métaphysique de la puissance créatrice de la ‘clôture’. Il signifie « étui, fourreau ; vase, réceptacle, boîte » mais par dérivation « bourgeon ; cocon ; membrane, scrotum, testicule ». Par d’autres dérivations, ses sens s’élargissent considérablement : « trésor ; lexique », et surtout, dans le contexte de la philosophie des Vedānta, le mot kośa renvoie enfin aux cinq « enveloppes » de l’âme.

Celles-ci sont, successivement : l’enveloppe matérielle [« qui se nourrit »] annamayakośa ; l’enveloppe des souffles vitaux, formant le corps grossier, prāṇamayakośa ; l’enveloppe de pensée, manomayakośa ; l’enveloppe de discernement, formant le corps subtil ou intellectuel, vijñānamayakośa ; et enfin l’enveloppe spirituelle ou extatique, ānandamayakośa, formant le corps « originel ».xvii

Nous portons ces cinq vêtements ici-bas. Après la mort, si l’on en croit Paul, il faudra endosser par-dessus cette bigarrure, d’autres vêtements encore, dont l’Esprit et la Vie même.

Toutes ces vêtures, non pas pour nous habiller et nous opacifier, mais pour nous plonger toujours plus profondément dans l’abîme nu du mystère.

iPs 104,6

iiPs 104,1

iiiPs 45,9

ivPs 109,29

vPs 132,9

viPs 73,6

viiPs 132,18

viiiPs 93,1

ixJob 38,9

xGn 1,2

xi2 Co 5,4

xii2 Co 5, 2-3

xiiiGn 2, 7

xiv2 Co 5,1

xvCarlyle, Sartor Resartus, I.x cité in Marie-Madeleine Martinet Pensée et vêtement : une métaphore réflexive du XVIIème siècle, source d’un symbolisme moderne. XVII-XVIII. Revue de la Société d’études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles. 1981, 12, p. 57

xvicité in Marie-Madeleine Martinet (op.cit. p.56)

xviiDictionnaire sanskrit-français. Gérard Huet. p.183

samedi 31 août 2019

Métaphysique du Sommeil et de la Langueur

Métaphysique du Sommeil et de la Langueur

Dans son livre L’Anneau, ou la Pierre brillante, Jan van Ruisbroeck, dit ‘l’Admirable’, un moine flamand du 14ème siècle, parle d’un certain degré de jouissance qui advient lors de ce qu’il appelle le ‘sommeil en Dieu’.

Il place ce degré juste après celui du ‘repos’ de l’âme en ‘possession’ de l’amour divin, et avant celui de son ‘trépas’ dans la ténèbre de Dieu, dans la profondeur de son abîme.

« Il y a encore trois degrés plus élevés qui fixent l'homme et le rendent apte à jouir sans cesse de Dieu, et à prendre conscience de lui chaque fois qu'il veut s'y appliquer. Le premier est le repos pris en celui dont on jouit : et cela a lieu lorsque le bien-aimé est vaincu par son bien-aimé, lorsqu'il est possédé par lui d'amour pur et essentiel, lorsqu'enfin il tombe amoureusement sur l'objet de son amour, de sorte que chacun jouit en repos de la pleine possession de l'autre.
Le second degré s'appelle un sommeil en Dieu, qui a lieu lorsque l'esprit se perd lui-même, sans savoir ce qu'il devient, où il va et comment cela se fait.
Le dernier degré dont on puisse parler est celui où l'esprit contemple une ténèbre, où il ne peut pénétrer par la raison. Là il se sent trépassé et perdu, et un avec Dieu sans différence ni distinction. Et en cette unité, c'est Dieu même qui devient sa paix, sa jouissance et son repos. Aussi est-ce là une profondeur d'abîme, où l'esprit doit trépasser en béatitude et revivre à nouveau en vertus, ainsi que l'amour et sa touche le commandent
i

Pour décrire les différents niveaux de rencontre avec la divinité, Ruysbroeck utilisent desmétaphores mimanttrois degrés croissants de passivité de la conscience :le degréde l’indolence, du relâchement ou de la torpeur, ensuite le degré de la léthargie, de l’assoupissement ou de l’endormissement, et enfin le degré du trépas, de la perteou de la disparition.

Dans le premier degré, l’âme « se repose », dans le second elle « sommeille », et dans le troisième, elle « trépasse ».

Dans le même ouvrage, Ruysbroeck utilise également un tout autre registre de métaphores, beaucoup plus ‘actives’,impliquant soit des mouvements ‘vers le bas’ (plongée dans l’abîme sans fond, engloutissement, immersion, liquéfaction, fusion, union insondable) soit des mouvements ‘vers le haut’ (dépassement, embrasement, élévation, surélévation) :

« Comprenez bien, vous qui désirez vivre de la vie de l'esprit, car je ne m'adresse à nul autre. Lorsque l'union avec Dieu que l'homme spirituel ressent en lui-même apparaît à son esprit comme insondable, c'est-à-dire d'une profondeur, d'une hauteur, d'une longueur et d'une largeur qui dépassent toute mesure; cet homme s'aperçoit en même temps que par l'amour il est lui-même plongé en cette profondeur, élevé jusqu'à cette hauteur, perdu en cette longueur, errant en cette largeur, habitant enfin lui-même en celui qu'il connaît et qui cependant dépasse toute connaissance. De plus, il se voit comme englouti lui-même dans l'unité, par le sentiment intime de son union, et comme plongé dans l'être vivant de Dieu, par la mort à toutes choses. Et là il se sent une même vie avec Dieu, et c'est le fondement et la première qualité d'une vie contemplative. 

(…) C'est en cet amour que nous voulons brûler et nous consumer sans fin, pour l'éternité; car là se trouve la béatitude de tous les esprits. C'est pourquoi nous devons établir toute notre vie sur un abîme sans fond, afin de pouvoir éternellement nous plonger dans l'amour et nous immerger dans la profondeur insondable. Et avec le même amour nous nous élèveronset surélèverons nous-mêmes jusqu'à la hauteur incompréhensible. Nous nous égarerons dans l'amour sans mode et nous nous perdrons dans la largeur sans mesure de la divine charité. Là ce sera l'écoulement et l'immersion dans les délices inconnues de la bonté et de la richesse de Dieu. Nous serons fondus et liquéfiés, engloutis et immergés éternellement dans sa gloire.
Par toutes ces comparaisons je veux montrer au contemplatif ce qu'il est et ce qu'il pratique; mais nul autre ne saurait comprendre, car personne ne peut enseigner à ceux qui l'ignorent la vie contemplative. Dès que se révèle au contraire à l'esprit l'éternelle vérité, l'on apprend à connaître tout ce qui est utile.
»ii

Des métaphores évoquant l’abîme ou l’engloutissement, ou au contraire l’incandescence et l’embrasement, peuvent paraîtretout-à-fait appropriées, a priori,à l’intensité supposéed’une rencontre avec le divin.

Maisles images, si différentes, et si contraires apparemment,du ‘repos’, du ‘sommeil’ ou de la ‘nuit’, queRuysbroeck se plaît à mobiliser, semblent nécessaires pourexprimer certainsaspects inexplicableset ineffablesde cette rencontre.

Il faut souligner qu’historiquement,Ruysbroeck n’est pas le seul à exploiter ce champ de métaphores. Avant lui, et bien après lui, jusqu’à nos jours, l’on peut releverl’usage de ces mêmes imageschez d’autres chercheurs et chercheuses d’absolu.

Ainsi, Angèle de Foligno, mystique italienne du 13ème siècle, explique qu’elle a commencéle long voyage au bout de son « enfer », de ses « tourments » et de son « désespoir » – en « se prélassant » et en « dormant » :

« Je faisais mine d’être pauvre extérieurement et de coucher sur la dure, alors que je n’avais de cesse de me prélasseret de dormir, couchant sur des piles de couvertures qu’au matin je faisais enlever pour que personne neles vît. Voyez le diable que j’ai en mon âme et la malice qui est en mon cœur. Écoutezbien : je suis l'hypocrisie, fille du diable. Je me nomme celle qui ment; je me nomme l'abomination de Dieu ! Je me disais fille d'oraison, j'étais fille de colère, et d'enfer et d'orgueil. Je me présentais comme ayant Dieu dans mon âme, et sa joie dans ma cellule, j'avais le diable dans ma cellule, et le diable dans mon âme. Sachez que j'ai passé ma vie à chercher une réputation de sainteté: sachez, en vérité, qu'à force de mentir et de déguiser les infamies de mon cœur, j'ai trompé des nations. Homicide, voilà mon nom ! Homicide des âmes, homicide de mon âme !»iii

Sept siècles plus tard, Emil Cioran, un écrivain roumain d’expression française, cisèle des formules où les plantes se prélassenten Dieu, et les hommes se prélassent dans l’éperduou dans l’être, et font même la siesteen Dieu.

« Les plantes, mieux que les bêtes, jubilent d’être créées : l’ortie même respire encore en Dieu et s’y prélasse. »iv

« Se prélasser dans l’éperdu, et, nomade abruti, se remodeler sur Dieu, cet Apatride... »v

« Celui-là seul se sauve qui sacrifie dons et talents pour que, dégagé de sa qualité d’homme, il puisse se prélasser dans l’être. »vi

« Tournés vers ce qui ne supporte pas le mot, ni ne veut y condescendre, nous nous prélassons dans un bonheur sans qualité, dans un frisson sans adjectif. Siesteen Dieu... »vii

Dans un sens entièrement différent, et même carrément polémique, Cioran utilise la même métaphore, mais apparemment à rebours :

« Imbus de leurs crises de conscience, les chrétiens, tout contents qu’un autre ait souffert pour eux, se prélassentà l’ombre du calvaire. »viii

Mais on peut lire ce passage ambigu de deux manières. Comme une fausse sécurité, ou bien comme une avancée dans la nuit. L’ombre du calvaire n’est-elle pas en effet la nuit divine, par excellence, la nuit de l’absence absolue ? Compte tenu de l’ambivalence profonde du verbe « se prélasser », comment comprendre exactement l’expression « se prélasser à l’ombre du calvaire » ? Comme un pique-nique tranquille et gai sur le mont Golgotha ? Ou comme un exercice de ‘souveraineté sacrée’ au fond de la nuit christique ? Les deux lectures sont linguistiquement possibles ? L’intention polémique de Cioran est patente. Mais on peut lire, malgré elle, malgré lui, tout autre chose.

Quoi qu’il en soit, lemploi répété de cette expression de la langue courante, se prélasser, dans diverscontextesde rencontre avec le divin, et par des auteurs séparés par de nombreux siècles, surprend. Il vaut la peine de s’arrêter un instant sur l’histoire de ce mot, pour en saisir toutes les tonalités.

Le dictionnaire en ligne du CNRTL donneà se prélasser un premier sens, ‘vieilli’: « Prendre un air grave et important.Enfin venaient les chantres et les chanoines ouvrant tous la bouche, baissant les yeux et marchant au pas, en se prélassant dignement dans leurs belles chasubles d'église (Flaub.Champs et grèves, 1848, p.299). »

Selon le Littré, l’expression se prélasser signifie : « Affecter un air de dignité, de gravité fastueuse.L'âne se prélassant marche seul devant eux[le meunier et son fils]ix. »

Le Dictionnaire de l’Académie française(8ème édition) donne : « Affecter un air important; prendre toutes ses aises; se laisser aller nonchalamment. Il se prélasse dans sa nouvelle dignité. Ce nouveau riche se prélasse dans une automobile de grand luxe»

Dans sa 9ème édition, l’origine étymologique est précisée. Le mot vient de ‘prélat’, et non de ‘lasser’ ou ‘délasser’: « Se prélasser. XVIème siècle, se prélater puis se prélasser, ‘se comporter en prélat’. Dérivé de prélat, avec influence plaisante de lasser. Affecter un air important (vieilli). Il se prélasse dans sa nouvelle dignité. Dans la langue courante. Se laisser aller nonchalamment, paresseusement, prendre ses aises. Se prélasser dans son lit, sur une plage. Un chat se prélassant au soleil. »x

La gamme des sens est donc large, mais on voit poindredeux orientations, l’unedigne,sacerdotale : « Affecter un air de dignité, de gravité fastueuse. Se comporter en prélat. Exercer un sacerdoce souverain. »

L’autre nettement plus relâchée : « Prendre toutes ses aises; se laisser aller nonchalamment. »

Dans quelle acception faut-il entendre l’emploi de ce mot par Cioran ? La gravité ou la nonchalance ? L’exercice de la souveraineté sacrée ou la léthargie de la paresse ?

Curieusement, la réponse n’est pas aussi aisée ou spontanée qu’elle devrait l’être. Il semble queles deux acceptions, malgré leurs divergences,conviennent également, ce qui est assez paradoxal.

C’est peut-être làque gîtle commencementd’unmystère, celuide pouvoir « se prélasser » en Dieu, ou peut-être, au contraire, voir Dieu « se prélasser » en notre compagnie, comme en témoigne là encore Angèle de Foligno :

« Je regardai Celui qui parlait, pour le voir des yeux de l'esprit et des yeux du corps ; je le vis ! Vous me demandez ce que je vis? C'était quelque chose d'absolument vrai, c'était plein de majesté, c'était immense, mais qu'était-ce? Je n'en sais rien ; c'était peut-être le souverain bien. Du moins cela me parut ainsi. Il prononça encore des paroles de douceur ; puis il s'éloigna. Son départ lui-même eut les attitudes de la miséricorde. Il ne s'en alla pas tout à coup ; il se retira lentement, majestueusement, avec une immense douceur. »xi

Linguistiquement parlant, pas de doute ! Si l’on en croit Littré et l’Académie française, Dieu quitte Angèle en « se prélassant » (c’est-à-dire en se retirant lentement, majestueusement, avec une immense douceur).

Mais cette lenteur, cette douceur, Dieu ne se la réserve pas. Il la veut aussi pouret enAngèle, sous la forme d’un « désir », d’une « faim » et d’une « langueur » :

« Je ne doutais pas, et je sentais, et je voyais que les yeux de Dieu me regardaient ; et mon âme puisa dans son regard la lumière. Qu'un saint descende du paradis, je lui porte le défi d'exprimer ma joie. Et comme il me cachait, disait-il, son amour, à cause de mon impuissance à la porter : « Si vous êtes le Dieu tout-puissant, vous, pouvez me donner la force de porter votre amour. » Il répondit: « Tu aurais alors ton désir, et ta faim diminuerait. Ce que je veux, ton désir, ta faim, ta langueur.»xii

Cioran choisit les métaphores de la ‘mort’ et de la ‘dissolution’ pour traduire la même idée fondamentale du ‘retrait’ (de Dieu ou de l’âme) : « Nous devons, en nous forgeant une autremort, une mort incompatible avec nos charognes, consentir à l’indémontrable, à l’idée que quelque chose existe. Le Rien était sans doute plus commode. Qu’il est malaisé de se dissoudredans l’être. »xiii

En effet ! Qu’il est malaisé de se dissoudre dans l’être, tant l’être est « plein » de Dieu !

Angèle, encore :

« Les yeux de l'esprit furent ouverts en moi, je vis une plénitude divine où j'embrassais tout l'univers, en deçà et au delà des mers, et l'Océan, et l'abîme, et toutes choses, et je ne voyais rien nulle part que la puissance divine ; le mode de la vision était absolument inénarrable. Dans un transport d'admiration, je m'écriai : « Mais il est plein de Dieu, il est plein de Dieu, cet univers. » Aussitôt l'univers me sembla petit. Je vis la puissance de Dieu qui ne le remplissait pas seulement, mais qui débordait de tous les côtés. ‘Je t'ai montré, dit-il, quelque chose de ma puissance ; regarde mon humilité’. Je vis un abîme épouvantable de profondeur; c'était le mouvement de Dieu vers l'homme et vers toutes choses. »xiv

Repos dans l’être.

Langueur de la plénitude.

Nuit de l’abîme.

iJan van Ruysbroeck. L’Anneau ou la Pierre Brillante. Ch. 13. Œuvres. Traduction des Bénédictins de Saint Paul de Wisques, Bruxelles, Vromant, 1928, T. III, p.270

iiJan van Ruysbroeck. L’Anneau ou la Pierre Brillante. Ch.3. Œuvres. Traduction des Bénédictins de Saint Paul de Wisques, Bruxelles, Vromant, 1928, T. III, https://livres-mystiques.com/partieTEXTES/Ruysbroek/Ruysbroeck/Tome3/anno1_7.html

iii Angèle de Foligno. Le livre des visions et des instructions.Traduction Ernest Hello. Ch. 19 Tentationset douleur.https://livres-mystiques.com/partieTEXTES/Foligno/Visions.html#_Toc514268088

ivCioran. La chute dans le temps. Œuvres. Gallimard. Bibliothèque de la Pléiade, 2011, p.526

vCioran. Syllogismes de l’amertume. Œuvres. Gallimard. Bibliothèque de la Pléiade, 2011, p.260

viCioran. La tentation d’exister. Penser contre. Œuvres. Gallimard. Bibliothèque de la Pléiade, 2011, p.265

viiCioran. La tentation d’exister. Rages et résignations. Œuvres. Gallimard. Bibliothèque de la Pléiade, 2011, p.414

viiiCioran. La tentation d’exister. Un peuple de solitaires. Œuvres. Gallimard. Bibliothèque de la Pléiade, 2011, p.311

ixLa Fontaine, Fables, III,1

xLe site du CNRTL ajoute ces précisons étymologiques et historiques : «Se prélasser. 1532 réfl. «aller en prenant son temps» (RabelaisPantagruel, XV, 158, éd. V. L. Saulnier, p.131); 2. id. «affecter une gravité fastueuse» (Id.ibid., XX, 127, p.163). Dér. de prélat* avec infl. plais. de lasser*. Cf. prelater «exercer un sacerdoce souverain» (av. 1543 Selve, tr. PlutarqueAlcibiade, 76 rods Hug.), se prelater «se comporter en prélat» (1588 MontaigneEssais, III, X, éd. P. Villey et V. L. Saulnier, p.1011), dér. de prélat; dés. -er; l'homon. m. fr. prelater «faire avancer, hâter» (ca 1380 Jean LefevreVieille, 273 ds T.-L.) est dér. du lat. praelatus, part. passé de praeferre «porter avant, devant».

xiAngèle de Foligno. Le livre des visions et des instructions.Traduction Ernest Hello. Ch. 20 Pélerinage.

xiiAngèle de Foligno. Le livre des visions et des instructions.Traduction Ernest Hello. Ch. 21La beauté.

xiiiCioran. La tentation d’exister. Œuvres. Gallimard. Bibliothèque de la Pléiade, 2011, p.428

xivAngèle de Foligno. Le livre des visions et des instructions.Traduction Ernest Hello. Ch. 22La puissance.

mardi 13 août 2019

La "liquidation" du christianisme

En 1959, deux ans avant sa mort, C.G. Jung évoquait comme fort possible la perspective de la "destruction définitive" du "mythe chrétien".

Il ajoutait que seule la psychologie pouvait encore "sauver" ce mythe.

Il disait que, par une nouvelle "compréhension de la mythologie" et de son rôle dans les "processus intrapsychiques", "il serait possible d'arriver à une nouvelle compréhension du mythe chrétien, et tout particulièrement de ses déclarations apparemment choquantes et par trop incompatibles avec la raison. Si le mythe chrétien ne doit finalement pas devenir obsolète, ce qui signifierait une liquidation d'une portée imprévisible, l'idée d'une interprétation plus orientée par la psychologie s'impose pour sauver le sens et la teneur du mythe. Le danger d'une destruction définitive est considérable."i

Le christianisme, dès l'origine, avait déjà été considéré comme "scandale pour les Juifs, et folie pour les Grecs"ii. Deux mille ans plus tard, voilà qu'il devient même "choquant" pour les Suisses (et "obsolète" pour les psychologues)...

La chute des vocations religieuses, la désertion des fidèles et le déclin du denier commençaient déjà à se faire sentir à la fin des années 50 du siècle dernier. Tout cela semblait donner quelque consistance à ces prophéties de "destruction" et de "liquidation" du "mythe chrétien", suite logique à sa supposée "obsolescence".

Le mouvement de désaffection à l'égard du christianisme n'a pas cessé de progresser depuis les six dernières décennies, pourrait-on ajouter, du moins si l'on s'en tient aux indicateurs déjà mentionnés.

Le "mythe chrétien", pour reprendre l'expression de Jung, est-il donc désormais agonisant, ou même "mort"?

Et si oui, peut-on encore le "ressusciter"?

Et s'il pouvait en effet être ressuscité, ce serait sous quelles forme, et pour faire quoi?

Tel un saint Georges terrassant le dragon de l'obsolescence, cette obsolescence moins flamboyante que sournoise, silencieuse, mais avaleuse de mythes, Jung brandit en son temps la lance victorieuse de la psychologie, seule capable selon lui de redonner vie au mythe chrétien.

Pour comprendre l'idée de Jung (l'idée de l'assimilation du christianisme à un "mythe" - et à un mythe en voie d'obsolescence), il faut en revenir à ce qui fonde toute sa compréhension du monde, l'existence de l’inconscient, et le caractère "créateur" de la psyché.

Pour Jung, toute "représentation" est nécessairement "psychique". "Lorsque nous déclarons que quelque chose existe, c'est que nous en avons nécessairement une représentation (...) et la "représentation" est un acte psychique. De nos jours pourtant, "seulement psychique" veut tout simplement dire "rien". En dehors de la psychologie, seule la physique contemporaine a dû reconnaître qu'aucune science ne peut être pratiquée sans psyché."iii

Cette dernière assertion semble faire allusion à l' opinioniv de l’École de Copenhague, durement combattue par Einstein et consorts, mais opinion à laquelle les derniers développements conceptuels et expérimentaux paraissent aujourd'hui donner raison.

Malgré de telles assurances, au plus haut niveau théorique et expérimental de la science contemporaine, et malgré les succès flatteurs de la psychologie analytique, C.G. Jung, tout en étant au sommet de sa carrière éclatante, semblait cependant amer d'avoir à se battre encore et encore contre le cliché éculé (typique des temps modernes) selon lequel le "seulement psychique" veut dire "rien".

Sans doute blessé cruellement au fond de son âme, C.G. Jung a peut-être voulu prendre une terrible revanche, en montrant que ce "rien" peut tout de même, et en peu de temps, mettre à bas l'une des plus importantes fondations de la civilisation européenne, et même mondiale...

L'inconscient existe, c'est une certitude pour Jung, et pour beaucoup de monde. Mais peu nombreux sont ceux qui ont compris l'immense pouvoir, quasi-divin, ou même divin tout court, de cette entité.

"Personne n'a remarqué, explique Jung, que, sans psyché réflexive, il n'existe pour ainsi dire aucun monde, que donc la conscience représente un second créateur et que les mythes cosmogoniques ne décrivent pas le commencement absolu du monde mais bien plutôt la naissance de la conscience comme second créateur."v

Avant Jung: Au commencement Dieu a créé la terre, etc.

Après Jung: L'Inconscient a créé l'idée que "Dieu a créé la terre etc.".

Les mythes correspondent à des développements psychiques. Ils peuvent croître et mourir, tout comme ces derniers. "Les archétypes ont tous une vie propre qui se déroule selon un modèle biologique."vi

Cette métaphore du "modèle biologique" doit être prise au sens propre, incluant la naissance, la maturité et la mort.

" Un mythe reste un mythe, même si certains le tiennent pour la révélation littérale d'une vérité éternelle; mais il est voué à la mort si la vérité vivante qu'il contient cesse d'être un objet de la foi. Il est nécessaire, en conséquence, de rénover sa vie de temps en temps par une réinterprétation. Cela signifie qu'il faut le réadapter à l'esprit du temps, qui change (...) Aujourd'hui le christianisme est affaibli par la distance qui le sépare de l'esprit du temps. Il a besoin de rétablir l'union ou la relation avec l'âge atomique, qui représente dans l'histoire une nouveauté sans précédent. Il faut que le mythe fasse l'objet d'un nouveau récit dans un nouveau langage spirituel."vii

Toutes les nuances du modèle biologique peuvent être subsumées sous un concept de vie bien plus large, une puissance de sens bien plus globale, incluant en particulier l'idée de résurrection (-- idée, on le rappelle, "scandaleuse", "folle" et "choquante").

Si on applique en particulier l'idée de résurrection au mythe chrétien lui-même, il est possible que ce dernier échappe en fait à son destin naturel, "biologique", et à sa mort inévitable, à condition qu'on le soumette à une "rénovation" totale, à une inouïe réinterprétation, conditionsine qua non desa "résurrection".

L'idéede la "résurrection" d'un mytheincarné par un Sauveurmort, et dont les apôtres fondent leur foi sur la certitude de sarésurrection (ainsi que le rappelle Paul), ne manque pas de sel.

Mais pour goûter ce sel, encore faudrait-il pouvoirréinterpréterla résurrection du Christ sous les espèces d'une nouvelle "résurrection",qui soit plus en accord avec l'esprit du temps (atomique).

L'idée d'un esprit du temps 'atomique' était sans doute évidente pour un psychologue vivant dans les années 50, après Hiroshima, Nagasaki, et la montée des menaces d'hiver nucléaire rendues tangibles par les arsenaux de la guerre froide.

De nos jours, l''esprit du temps 'de notre temps'est un peu moins 'atomique', semble-t-il, et davantage 'climatique'ou 'planétaire'. Il est porté à se laisser influencerpar denouvelles menaces globales, celles vers lesquelles pointentle réchauffement planétaire et l'extinction prévisible de pans entiers de la biosphère.

Dans ce nouveau contexte, que signifient"rénover" ou "ressusciter" le mythe chrétien de la "résurrection"(en tant qu'il se distingue par exemple desmythesde la résurrection d'Osiris ou de Dionysos)?

Unepremière réponse serait de l'appliquer (assez littéralement) à la résurrection putative des millions d'espèces animales et végétales désormais disparues.

Mais l'idée d'un christianisme 'écologique's'appuyant pour renaître lui-même sur la résurrection effective de milliards d'insectes ou d'amphibiens suffirait-elle à faire revenir les fidèles dans les paroisses et à ressusciter les vocations?

On peut en douter.

Ce n'est pas qu'il ne faille pass'efforcerde faire revenir à la vie les espèces défuntes, si cela est encore humainement (ou divinement ?)possible. Le mythe moderne qui se constitue sous nos yeux laisse d'ailleurs imaginerqu'un jour quelquestracesd'ADN suffiront à recréer des mondesdisparus.

Une telle recréation par quelques savants prêtres futurs, compassés dans leur blouse blanche, serait alorsen soi une sorte de miracle, susceptible de faire fondre les cœurs les plus durs, les plus fermés.

Mais l'on peut aussi supputer que ce serait encore insuffisant pour exfiltrerle "mythe chrétien" hors de sa spirale d'obsolescence, dans laquelle des millénaires accumulés semblent l'enfermer.

Mais quoi? s'insurgera-t-on, la résurrection d'une immense quantité de faune et de flore, abolie de la surface du globe, ne serait-elle pas comme une sorte de symbole vivant de la résurrection d'un Sauveurmort il y a deux mille ans?

Cela ne suffirait-il pas à annoncer au monde, urbi et orbi,que l'idée même de résurrection n'est pas morte, mais à nouveau bien vivante?

Non cela ne suffirait pas, doit-on arguer avec regret.

Comment mettreen balance la résurrection deseulement la moitié de la biodiversité terrestre avec celle du seul Messie universel?

Les enchères montent, on le voit.

Si Jung dit vrai, l'Humanité dans sa majorité ne peutplus croire au mythe même du salut et de la résurrection (tel qu'incarné par le Christ, dans l'Histoire, il y a deux mille ans).

Pourquoi? Parce que ce Messie-là semble trop daté, trop local, trop galiléen, trop nazaréen même.

Le récit de ce Messie-làne vit plus comme auparavant.

Pourquoi? On ne sait. L'esprit du temps "a changé".

Et ce n'est pas lesrécitsde l'agonie de la faune et de la flore mondiales, aussi émouvantssoit-ils, qui sauront"convertir"des esprits privés de toute perspective cosmique, et plus encore de vision eschatologique,à l'appel d'un mythe chrétien "rénové".

Dans le meilleur des cas, le sauvetageet la résurrection (momentanée?) de la moitié ou même des neuf dixièmes de l'Anthropocène ne sauraient jamais être qu'un bip bref sur le radar des tempslongs.

Nous ne vivons plus dans la Judée romaine. Il faudrait, pour être audible aujourd'hui, un peu plus que la multiplication de quelques pains, la marche sur des eaux calméesou la résurrection de deux ou trois comateux, à peine revenus de leurs E.M.I.; il faudrait même beaucoup plus que la résurrection (adaptée à l'esprit du temps) d'un Fils de l'Homme, un Fils de Dieu,à la fois descendu aux Enfers et monté aux Cieux.

Après une saison 1, qui se termine en apparence avec une audience en forte baisse, la saison 2 du christianisme, si l'on veut qu'elle attire unpublic résolument planétaire, doit repartir sur des bases surprenantes pour l'imagination et fascinantes pour l'intelligence.

La raison et la foi doivent être réellement bouleversées, saisies, pétrifiéesde stupeur, puis transportées d'"enthousiasme" par les perspectives nouvelles qui veulent s'ouvrir, qui doivent s'ouvrir.

Il faut donc changer de mots, changer de mondes, changer d'époques, et changer de noms.

La petite Galilée doit désormais prendre la place même des Galaxies et des Mondes.

Le Charpentier ressuscité doit pouvoir équarrir les trous noirs,raboter les constantes universelles et balayer l'énergie sombre, comme une simple sciure cosmique.

Le Messie jadis mort doit maintenant vraiment revivredevant nous,et d'un seul coup déchirer tous les voiles, les voilesde tous les Temples,de tous les Âges, et de tous les esprits, danstous les temps, que ce soit au fin fond des super-amas galactiques, comme au cœur des quarks.

Vaste programme.

iLettre de C.G. Jung au Pasteur Tanner Kronbühl (12 février 1959). In C.G. Jung. Le divin dans l'homme. 1999. p.136

ii1 Co 1,23

iiiLettre de C.G. Jung au Pasteur Tanner Kronbühl (12 février 1959). In C.G. Jung. Le divin dans l'homme. 1999. p.135

ivL’École de Copenhague, menée par Niels Bohr, met en scène le rôle intrinsèque de "l'observateur" dans la définition expérimentale de la "réalité" observée.

vLettre de C.G. Jung au Pasteur Tanner Kronbühl (12 février 1959). In C.G. Jung. Le divin dans l'homme. 1999. p.135

viLettre de C.G. Jung au Révérend David Cox (12 Novembre 1957). In C.G. Jung. Le divin dans l'homme. 1999. p.128

viiLettre de C.G. Jung au Révérend David Cox (25 Septembre 1957). In C.G. Jung. Le divin dans l'homme. 1999. p.126

Pourquoi un Dieu "exterminateur"?

Pourquoi un Dieu "exterminateur"?

"Le Seigneur a envoyé la mort sur Jacob et elle est venue sur Israël."

C'est Isaïe 9, 7 qui annonce cette très mauvaise nouvelle.

La mort, vraiment? Sur Jacob? Et sur Israël? Et c'est le Seigneur Lui-même qui l'a "envoyée"?

C'est bien le mot "mort" qui est employée dans la fameuse traduction des Septante, établie vers 270 av. J.-C. à Alexandrie, à la demande de Ptolémée II. La Septante (notée LXX) emploie en effet le mot θάνατον, thanaton, qui signifie "mort", sans doute possible.

Mais dans d'autres traductions, dédaignant cette leçon catastrophiste de la LXX, le verset d'Isaïe est traduit plus neutralement par "parole".

La Bible de Jérusalem donne ainsi: "Le Seigneur a jeté une parole en Jacob, elle est tombée en Israël."

Dans la version originale, l'hébreu utilise le mot דָּבָר , davar, dont le sens premier est "parole, mot".

Mais en effet, le dictionnaire nous apprend aussi que ce même mot, דָּבָר , davar, peut signifier "peste" ou "mort", comme dans Exode 9,3: "Une très forte peste" ou "une peste très meurtrière". Ici, la LXX donne θάνατος μέγας, "une grande mort". Dans Osée 13,14 le mot davar signifie "les pestes".

Si le substantif דָּבָר , davar, porte cette étonnante dualité de sens, le verbe דָּבַר, davara, la confirme en y ajoutant une nuance de démesure. Davara signifie "parler, dire; dire du mal, parler contre", mais aussi "détruire, exterminer".

Tout se passe comme si la sphère du "parler" et du "dire", était d'emblée grosse de menaces ou d'agressions (verbales), comme dans Nb 12,1 ("Miriam et Aaron parlèrent contre Moïse") ou dans Ps 78,19 ("Ils parlèrent contre Dieu"), mais comme si elle était toujours lourde d'un potentiel, fatal et mortifère passage à l'acte, comme dans II Chr 22,10 ("Elle extermina toute la race royale") ou dans Ps 2,5 ("Dans sa colère, il détruira leurs puissants").

Davar. Parole, Mot. Mort, Extermination.

Une telle ambivalence, si radicale, implique que l'on ne peut réellement trancher la compréhension du sens, effectuer le choix entre les acceptions "parole "et "extermination", qu'en analysant le contexte plus large dans lequel le mot est employé

Par exemple, dans le cas du verset d'Isaïe: "Le Seigneur a envoyé la mort sur Jacob et elle est venue sur Israël", il est important de souligner que le prophète continue un peu plus loin à proférer de terribles prédictions, plus sombres encore:

"L’Éternel élèvera contre eux les ennemis de Retsin. Et il armera leurs ennemis. Aram à l'orient, les Philistins à l'occident, et ils dévoreront Israël à pleine bouche." (Isaïe 9, 10-11)

"Aussi YHVH a retranché d'Israël tête et queue, palme et jonc, en un jour." (Isaïe 9,13)

"Par l'emportement de YHVH Sabaot la terre a été brûlée et le peuple est comme la proie du feu." (Isaïe 9, 18)

Le contexte, clairement, donne ici du poids à une interprétation de davar comme "mort" et "extermination", et non comme simple "parole".i

La leçon de la LXX paraît correcte.

Une autre question se pose alors.

Est-ce que cette parole "exterminatrice" citée par Isaïe est unique en son genre?

Un autre prophète, Ézéchiel, a lui aussi rapporté de terribles menaces proférées par Dieu contre Israël.

"Je ferai de toi une ruine, un objet de raillerie parmi les nations qui t'entourent, aux yeux de tous les passants." (Ez 5,14)

"J'agirai chez toi comme jamais je n'ai agi et comme je n'agirai plus jamais, à cause de toutes tes abominations." (Ez 5,9)

"Tu seras un objet de railleries et d'outrages, un exemple et un objet de stupeur pour les nations qui t'entourent, lorsque de toi je fera justice avec colère et fureur, avec des châtiments furieux. Moi, YHVH, j'ai dit." (Ez 5,15)

"Et je mettrai les cadavres des Israélites devant leurs ordures, et je disperserai leurs ossements tout autour de vos autels. Partout où vous habitez, les villes seront détruites et les hauts lieux dévastés." (Ez 6,5)

On retrouve chez Ézéchiel le mot davar employé dans le sens de "peste":

"Ainsi parle le Seigneur YHVH: bats des mains, frappe du pied et dis: 'Hélas!' sur toutes les abominations de la maison d'Israël qui va tomber par l'épée, par la famine et par la peste (davar). Celui qui est loin mourra par la peste (davar). Celui qui est proche tombera sous le glaive. Ce qui aura été préservé et épargné mourra de faim car j'assouvirai ma fureur contre eux." (Ez 6,11-12)

Dieu ne plaisante pas. Cette peste n'est pas "seulement" un fléau de plus. C'est la perspective d'une extermination, d'une annihilation, de la fin finale.

"Ainsi parle le Seigneur YHVH à la terre d'Israël: Fini! La fin vient sur les quatre coins du pays. C'est maintenant la fin pour toi. Je vais lâcher ma colère contre toi pour te juger selon ta conduite. (...) Ainsi parle le Seigneur YHVH: Voici que vient un malheur, un seul malheur. La fin approche, la fin approche, elle s'éveille en ta direction, la voici qui vient." (Ez 7, 2-5)

Devant cette accumulation de menaces d'extermination du peuple d'Israël proférées par le Seigneur YHVH, une question plus profonde encore se pose.

Pourquoi un Dieu créateur des mondes, ayant "élu" Israël, décide-t-il de lui envoyer la "mort", menaçant de lui assurer la "fin" ?

C'est une question de simple logique qui se pose, d'abord.

Pourquoi un Dieu omnipotent et omniscient crée-t-il un monde et des peuples qui lui semblent, après coup, si mauvais, si pervers, si corrompus, qu'il décide alors de les exterminer?

Si Dieu est omniscient, il aurait dû toujours déjà avoir su que sa création finirait par provoquer sa fureur inextinguible, n'est-ce pas?

S'il est omnipotent, pourquoi n'a-t-il pas d'emblée fait d'Israël un peuple suffisamment satisfaisant, à ses yeux, pour au moins lui éviter la peine de devoir lui envoyer, quelque siècles plus tard, la mort et l'extermination?

Il s'agit là d'une question qui dépasse en fait la question du rapport entre Dieu et Israël, mais qui touche au problème plus vaste du rapport entre Dieu et sa Création.

Pourquoi un Dieu "créateur" est-il aussi amené à devenir, après coup, un Dieu "exterminateur".

Il y a seulement deux réponses possibles.

Soit Dieu est effectivement omniscient et omnipotent, et alors il est nécessairement aussi cruel et pervers, ainsi que le révèle son intention d'exterminer un peuple qu'il a (sciemment) créé "mauvais" et "corrompu", afin de pouvoir ensuite l' "exterminer".

Soit Dieu n'est pas omniscient et il n'est pas omnipotent. Il a fait, en créant le monde, une sorte de "sacrifice", le sacrifice de son omnipotence et son omniscience.

Il a fait ce sacrifice pour élever ses créatures à son niveau, en leur donnant la liberté, une liberté telle qu'elle échappe d'une certaine et étrange façon, à la "science" et à la connaissance" divines.

Notons que c'était déjà, là aussi, l'intuition profonde du Véda telle que représentée par le sacrifice de Prajāpati, le Dieu suprême, le Seigneur des Créatures.

Mais pourquoi un Dieu suprême, créateur des Mondes, décide-t-il de sacrifier son omnipotence et son omniscience, pour des créatures qui, on le voit, finissent par se conduire de telle manière que ce Dieu suprême, étant en quelque sorte retombé sur terre, doive se résoudre à leur envoyer ensuite la "mort" et leur promettre la "fin"?

Il y a une seule explication, à mon humble avis.

C'est que l'ensemble [Dieu + Cosmos + Humanité] est d'une manière mystérieuse, plus profonde, et en un sens infiniment plus "divine" que la "divinité d'un Dieu tout court, d'un Dieu "seul".

Seul le sacrifice de Dieu, le sacrifice du Dieu "seul", malgré tous les risques abondamment décrits par Isaïe ou Ézéchiel, rend possible une "augmentation" de sa propre divinité, lorsqu'il la partage avec sa Création, et lorsqu'il y ajoute les puissances propres du Monde et de l'Homme.

Cette piste de recherche est fascinante. Elle implique que nous avons une responsabilité quasi-divine à propos de l'avenir du monde, et pour commencer, à propos de l'avenir de cette petite planète.

iIl est instructif de noter que ce débat sur le sens à donner à davar dans ce verset a fait couler des flots d'encre. Théodoret de Cyr note: "Il faut savoir que les autres interprètes ont dit que c'est une "parole" et non la "mort" qui a été envoyée. Néanmoins leur interprétation n'offre pas de désaccord:ils ont donné le nom de "parole" à la décision de châtier. " Basile adopte λόγον ("parole"), et propose une autre interprétation que Théodoret: il s'agirait du Verbe divin envoyé aux plus démunis, symbolisés par Jacob. Cyrille donne aussi λόγον,mais aboutit à la même conculsion que Théodoret: la "parole" comme annonce du châtiment. Cf.Théodoret de Cyr , Commentaires sur Isaïe. Trad. Jean-Noël Guinot. Ed. Cerf. 1982, p.13

L'inconscient de Dieu

"L'image de Dieu" est d'une "effrayante imperfection"i affirme C.G. Jung.

Il ajoute: "L'absence de morale humaine chez Jahvé constitue la pierre d'achoppement""ii.

Comme on reconnaît l'arbre à ses fruits, on peut reconnaître le Créateur à ses œuvres.

Et là, Dieu déçoit nettement Jung:

"La nature, c'est-à-dire la création de Dieu, ne nous donne pas de raison de croire qu'elle est dotée de quelque finalité, ou qu'elle est raisonnable au sens humain de ce terme. Raison et valeurs morales font défaut et ce sont là deux caractéristiques principales d'un être humain qui a atteint la maturité. Il est donc manifeste que l'image -- ou la conception -- que nous avons de Dieu avec Jahvé est inférieure à ce que sont bien des humains: c'est l'image d'une force brutale personnifiée et d'un esprit sans éthique ni spiritualité, c'est-à-dire assez incohérent pour manifester des traits de bonté et de générosité en même temps qu'une violente volonté de puissance."iii

Dieu en prend pour son (très haut) grade!

Plus exactement, ce n'est pas de Lui dont il s'agit, mais plutôt de son "image".

Jung ne critique pas ce que Dieu "est", vu que personne ne peut connaître son essence.

Mais il critique "l'image" qu'il donne de Lui, du moins celle qui s'est installée dans l'esprit des hommes depuis que la Tradition accumule les références à Ses faits, Ses dires, Ses gestes, et à leur confrontation avec l'état du monde et la marche de l'Humanité.

Le résultat de cette confrontation entre la théorie et la pratique est un constat d'une telle "effrayante imperfection", qu'il ne peut que provoquer l'étonnement et susciter des questions radicales.

Ces questions se posent depuis des temps anciens. Le Livre de Job en témoigne.

Comment expliquer "l'imperfection" de Dieu, telle que manifestée par sa "force brutale", sa "violente volonté de puissance", son "incohérence", son esprit "sans éthique ni spiritualité"?

Pour tenter de comprendre cette image divine rien moins que parfaite, Jung propose l'analogie de l'inconscient, qui en est "l'analogue le plus proche", et dont il se trouve être, lui Jung, un grand connaisseur:

"L'inconscient est une psyché dont on ne peut décrire la nature qu'avec des paradoxes: il est personnel aussi bien qu'impersonnel, moral et immoral, juste et injuste, éthique et non éthique, d'une intelligence rusée et en même temps aveugle, immensément fort et extrêmement faible, etc. Tel est le fondement psychique qui constitue la matière première de nos structures et constructions conceptuelles. L'inconscient est un morceau de nature que notre esprit ne peut saisir."iv

Tous les qualificatifs que Jung emploie à propos de l'inconscient (à partir de son expérience empirique) sont susceptibles de s'appliquer aussi à "l'image de Dieu", estime-t-il, ce qui n'est pas une petite généralisation.

Que ces qualificatifs soient 'positifs' ou 'négatifs' importe beaucoup moins que l'ensemble qu'ils forment, la somme totale de leurs paradoxes, et des antinomies et des contradictions qu'ils induisent.

Mais comment justifier une aussi forte "analogie" entre l'inconscient et l'image de Dieu?

Par l'idée du "paradoxe".

Dieu présente une image foncièrement "analogue" à celle de l'inconscient, parce que ces deux entités sont essentiellement "paradoxales".

Si l'on ne peut connaître Dieu, on peut au moins observer empiriquement les manifestations (paradoxales) de l'inconscient, qui sont en soi des "analogies" possibles pour la "connaissance" de la divinité (ou de son image).

Jung n'en reste pas là. Il va plus loin que la simple analogie, et laisse entendre que l'inconscient est lui-même, en tant que "totalité" (inconnaissable) une "image de Dieu".

Jung prend soin de préciser à de nombreuses reprises qu'il s'exprime en tant que "scientifique" et non comme "théologien" (une engeance qu'il semble d'ailleurs tenir en relatif mépris).

Il ne parle donc pas de "Dieu", dont, encore une fois, on ne peut rien dire et dont on ne peut rien savoirv. Il ne parle que de son "image" (empirique, et telle qu'elle se révèle dans et par l'inconscient).

Quand il dit que Dieu paraît être "immoral", "injuste", "non éthique", "aveugle", "extrêmement faible", il s'agit surtout de son "image", du moins celle que nous avons héritée de la Tradition.

Muni de son expertise sur la nature éminemment paradoxale de l'inconscient, Jung trouve peu intéressante l'idée que Dieu pourrait être "un Summum Bonum, si bon, si haut, si accompli," qui serait alors "si éloigné" qu'il serait "absolument hors de portée."

Jung préfère une autre piste de recherche.

"Il est également loisible de penser que la réalité ultime est un être représentant toutes les qualités de sa création, le courage, la raison, l'intelligence, la bonté, la conscience, et leurs opposés, c'est-à-dire qu'il est un paradoxe absolu pour notre esprit."vi

Toutes les qualités, et leurs opposés...

Cette essence de la divinité comme "paradoxe absolu" offre par ailleurs une bonne réponse à la question immémoriale de l'existence du mal et de la souffrance.

"Cette question millénaire restera sans réponse tant que vous n'accepterez pas l'existence d'un être [suprême] qui pour l'essentiel est inconscient. Un tel modèle expliquerait pourquoi Dieu a créé un homme doté de conscience et pourquoi Il cherche à atteindre Son but en lui. Sur ce point l'Ancien Testament, le Nouveau Testament et le bouddhisme concordent. Maître Eckhart dit que 'Dieu n'est pas heureux dans sa divinité. Il lui faut naître en l'homme.' C'est ce qui s'est passé avec Job: le créateur se voit lui-même à travers les yeux de la conscience humaine."vii

Mais alors, Dieu n'est-il plus l'entité omnisciente que la Tradition nous a léguée?

Il faut admettre que non.

Comment est-ce possible que le Dieu Tout-puissant ne soit pas aussi omniscient?

Il faut en inférer que ce Dieu-là n'est pas non plus Tout-puissant.

C'est bien pourquoi il a eu besoin de créer le monde, et de créer l'homme pour L'aider à arriver à Ses fins.

Et ce n'est pas fini. "L'homme est poussé par des forces divines à aller de l'avant pour accroître sa conscience et sa connaissance, pour se développer de plus en plus loin de son arrière-plan religieux car il ne le comprend plus."viii

L'homme ne se comprend pas lui-même, et il ne comprend pas non plus d'où il vient, ni la nature de la divinité qui l'a créé, ni les fins que cette dernière poursuit avec sa création. Mais il est poussé vers l'avant par des "forces divines", qu'il ne comprend pas non plus. Il est poussé à "accroître sa conscience et sa connaissance". Pourquoi?

Parce que Dieu semble manquer de cette forme de conscience et de cette forme de connaissance dont l'homme semble être le dépositaire.

Jung conclut alors, d'une étrange manière.

"La vraie histoire du monde semble être celle de la progressive incarnation de la divinité. Je dois m'arrêter ici, même si c'est bien volontiers que je développerais encore mon argumentation. Je suis fatigué, et quand on est âgé, cela signifie quelque chose."ix

Tout se passe comme si Dieu avait délégué à l'homme la tâche surhumaine (et divine) non de remplacer Dieu, mais de devenir une sorte de conscience (supplétive? supplémentaire? complémentaire?) chargée d'incarner une part de l'inconscient divin.

C'est dans et par cet accroissement de conscience que l'homme, progressivement, doit s'efforcer d'incarner la divinité, tout au long de l'Histoire du monde.

On aimerait en savoir plus. Mais Jung, à 83 ans, se trouvait trop fatigué pour continuer.

On a cependant acquis les idées suivantes:

Dieu est un être éminemment paradoxal.

Il possède en Lui tous les "opposés".

Il n'est ni omnipotent, ni omniscient.

Mais d'une autre façon, sans doute, dans un autre sens, et de façon incompréhensible pour nous, il doit être aussi, à la fois omnipotent et omnipotent.

Il n'est pas entièrement ou totalement "conscient" de lui-même.

Mais là encore, étant essentiellement paradoxal, il doit être la "conscience" même, dans un autre sens, non contradictoire avec son "inconscience".

Difficile de s'y retrouver.

Mais on peut chercher à glaner ici et là des indices pour aider notre quête.

Dans son mythe fondateur, le Véda évoque le "Sacrifice" de Prajapāti, -- le "Dieu suprême", le "Créateur des Mondes", le "Seigneur des créatures".

Idée, là encore, éminemment paradoxale! Et cela 2000 ans avant Abraham, 3000 ans avant Jésus-Christ!

Le Véda dit que c'est par son "Sacrifice" que Prajapāti rend la Création possible et donne vie à toutes les créatures.

Je ne ferai pas ici l'analyse de ce mythe. Je ne l'évoque que comme une alternative et stimulante "image" de l'idée jungienne d'un Dieu "inconscient", ou ce qui revient au même, d'un Inconscient (collectif) élevé à la position d'entité divine.

Tout se passe comme si Dieu, ou Prajapāti, ou quelque Suprême Entité avait "sacrifié" une partie de Sa propre conscience (existante ou encore à venir) pour en faire don à sa Création.

Pourquoi un tel Sacrifice divin?

Pourquoi Dieu aurait-il "besoin" de sacrifier sa propre "conscience" (acceptant par là de plonger dans une forme d'inconscience, et, partant, d'inconnaissance et d'impotence) au profit d'autres formes de conscience par Lui déléguées au Monde, à la Création et à l'Homme?

En fait, il n'est pas sûr qu'Il en ait eu "besoin".

Il a peut-être inféré, dans son infinie Sagesse, que la somme totale de sa propre Conscience (ainsi amputée et "sacrifiée" pour donner lieu à une Inconscience partielle), et des multiples consciences encore à "réaliser" (la "conscience" de la Création, la "conscience" de l'Humanité, la "conscience" de toutes les entités vivantes capables d'accéder à telle ou telle forme de conscience, etc.), que cette somme totale formait en un sens une plus Haute Conscience que la sienne propre, seule et solitaire, et par là-même menait vers un Plus Grand Bien.

Hypothèse fantastique, certes.

Mais qui offre une explication assez rationnelle, logique, à l'existence du Cosmos, à l'apparition de la Vie sous toutes ses formes dans l'Univers entier,t à la notion même de "Conscience", et même à l'existence du Mal et de la souffrance...

La Conscience (même divine) ne peut se limiter à un JE, aussi divin soit-il. Pour que la Conscience se magnifie au-delà de tous les possibles, elle a "besoin" d'un TU et elle a besoin d'un IL, ainsi que d'un NOUS et d'un VOUS.

Nous n'avons pas fini de commencer à comprendre les règles élémentaires de la grammaire de Dieu...

iC.G. Jung. Lettre au Révérend Morton T. Kelsey, du 3 juin 1958 In Le divin dans l'homme. Ed. Albin Michel 1999, p. 133

iiC.G. Jung. Lettre au Révérend Morton T. Kelsey, du 3 juin 1958 In Le divin dans l'homme. Ed. Albin Michel 1999, p. 132

iiiC.G. Jung. Lettre au Révérend Morton T. Kelsey, du 3 juin 1958 In Le divin dans l'homme. Ed. Albin Michel 1999, p. 132

ivC.G. Jung. Lettre au Révérend Morton T. Kelsey, du 3 juin 1958 In Le divin dans l'homme. Ed. Albin Michel 1999, p. 133

v"Nous en savons aussi peu sur ce que serait un Être suprême que sur la matière. Mais il n'y a pas davantage de doute sur l'existence d'un tel Être que sur celle de la matière Qu'il existe un monde au-delà [de notre appréhension consciente], c'est une réalité, un fait d'expérience. Mais nous ne le comprenons pas." C.G. Jung. Lettre au Révérend Morton T. Kelsey, du 3 juin 1958 In Le divin dans l'homme. Ed. Albin Michel 1999, p.133.

viC.G. Jung. Lettre au Révérend Morton T. Kelsey, du 3 juin 1958 In Le divin dans l'homme. Ed. Albin Michel 1999, p. 133

viiC.G. Jung. Lettre au Révérend Morton T. Kelsey, du 3 juin 1958 In Le divin dans l'homme. Ed. Albin Michel 1999, p. 133

viiiC.G. Jung. Lettre au Révérend Morton T. Kelsey, du 3 juin 1958 In Le divin dans l'homme. Ed. Albin Michel 1999, p. 134

ixC.G. Jung. Lettre au Révérend Morton T. Kelsey, du 3 juin 1958 In Le divin dans l'homme. Ed. Albin Michel 1999, p. 134

Le sacrifice du Soi

Profonde et mêlée, la psyché. Divers et variés, les avatars de la conscience. Infinies, ineffables, les manifestations de l'inconscient. Et innombrables, les intrications et les enchevêtrements, les liens et les dé-liaisons entre toutes ces entités, les unes "psychiques" et les autres "psychoïdes"...

Des noms leur sont donnés, pour ce qu'ils valent. Moi, Surmoi, ça, Soi... Mais la langue et ses mots sont à la peine. On appelle le latin à la rescousse avec l'Ego ou l'Id et cela ajoute seulement des mots aux mots. Les hellénistes entrent aussi en scène et évoquent le noûs, le phrên ou le thumos. Les hébraïsants ne manquent pas de souligner pour leur part le rôle unique et les nuances particulières du néphesh, de la ruah ou de la neshamah. Des mots encore.

Sur ce sujet sans objet (clair), les psychologues tiennent le haut du pavé, sous l'ombre tutélaire de Freud ou de Jung, et les contributions de leurs quelques successeurs. Les philosophes ne se tiennent pas non plus pour battus. Ils ont de grands anciens, Platon, Aristote, Descartes, Leibniz, Spinoza, Kant, Hegel... Mais la vague moderniste, nominaliste et matérialiste a tué, paraît-il, la métaphysique, et éviscéré tout ce qui se rapporte à la philosophie de l'esprit.

Certains cependant tentent encore, comme Heidegger, des voies propres, et jouent sur la langue et l'obscur pour réclamer une place au soleil. En français, c'est l'Être-là (à moins que ce ne soit l'Être-le-Là) qui tente de traduire la présence du Dasein au monde et son ouverture au mystère de l'Être, qu'il faut "garder" (non le mystère, mais l'Être).

Voilà toute la métaphysique de l'époque: Être-là!

Peut-on se contenter de ce Là-là?

S'il faut, pour qualifier l'Être, se résoudre à ouvrir la corme d'abondance (ou la boite de Pandore) des adverbes, et des adjectifs qualificatifs, pourquoi ne pas dès lors s'autoriser à faire fleurir sans limite toutes sortes de modes d' "être": les êtres de pensée, les êtres virtuels, les êtres-autre, les êtres-ailleurs, les êtres-'peut-être', les êtres angéliques ou démoniques, et toutes les variations possibles des semi-êtres, des quasi-êtres et des innombrables êtres "intermédiaires" (les "metaxa" initialement introduits par Diotime, et fidèlement décrits par Platon), dont la prolifération ne fait que commencer, en ces temps de manipulation génétique, d'hybridation entre le vivant et l'artifice ('intelligent') ou d'engendrement de chimères humaine-animales.

Parmi les mots techniques, mais finalement imprécis, définissant tel ou tel aspect de la psyché, le "Soi" concentre particulièrement l’ambiguïté, en laissant devinerun réseau dense de correspondances entre des mondes a priori inaccessibles et peut-être incompatibles.

C.G. Jung, qui s'y est spécialement attelé, définit le "Soi"de nombreuses manières, -- parfois de façon délibérément brutale, mais le plus souvent dans une langue non dénuée de subtiles roueries et d'ambivalences calculées. Il vaut la peine d'en citer ici un petit florilège, pour s'en faire une idée:

"Le Soi est un équivalent de Dieu."i

"Le Soi est une représentation limite figurant la totalité inconnue de l'être humain."ii

"Le Soi est par définition une donnée transcendantale à laquelle le moi est confronté."iii

"Le Soi est une image psychique de la totalité de l'être humain, totalité transcendante, parce que indescriptible et inconcevable."iv

"Le Soi représente par définition une unification virtuelle de tous les opposés."v

"Le Christ est 'le Soi de tous les Soi'."vi

Ce que je qualifie de "rouerie" présumée de Jung tient au fait qu'il donne au Soi une exceptionnelle aura, celle de la Divinité elle-même, tout en évitant soigneusement d'affirmer l'identité du "Soi" et de "Dieu".

"Je ne peux pas démontrer que le Soi et Dieu sont identiques, bien qu'ils se manifestent pratiquement comme tels."vii

Jung répète et martèle sans cesse que le Soi n'est pas "Dieu", mais seulement "une image de Dieu". Il pense sans doute réfuter par là toutes les critiques et attaques qui lui parviennent de nombreux horizons, quant à son supposé "athéisme", notamment de la part de théologiens chrétiens.

Il n'est pas sûr que remplacer "Dieu" par son "image" suffise, tant l'artifice semble patent.

Car de Dieu, de toute façon, comment parler autrement que par images?

De Dieu Lui-même, Jung dit seulement que l'on ne peut rien en dire, du fait de son ineffabilité, de sa transcendance.

En revanche, il est beaucoup plus prolixe quant à "l'image de Dieu", qui se laisse observer, dit-il, "scientifiquement" et "empiriquement", notamment par le biais de l'anthropologie, ou par les moyens de la psychologie analytique, -- science dont il est le fondateur (après sa rupture avec Freud) et le spécialiste mondialement renommé.

Les multiples "images" ou "représentations" de Dieu, telles que léguées par la Tradition, peuvent se prêter à interprétation, permettre d' inférer des hypothèses et de formuler des thèses et des propositions.

Il est possible en particulier de tirer des constats "empiriques" à partir des nombreuses manifestations psychiques de l' "image de Dieu", telles qu'elles apparaissent parmi les hommes depuis l'origine des temps.

Pour ce faire, Jung tire avantage de sa grande expérience de thérapeute confronté aux maladies de l'inconscient et aux souffrances de la psyché humaine.

L'un des constats "empiriques" de Jung, c'est que le Soi doit se définir comme une "totalité", qui inclut toute la conscience et tout l'inconscient.

"Le Soi (conscience + inconscient) nous recueille dans sa plus vaste amplitude, où nous sommes alors "entiers" et, du fait de notre relative totalité, proches de la Totalité véritable."viii

De la prééminence de l'inconscient dans la "totalité" du Soi, Jung tire une intéressante conjecture.

"Le Soi dans sa divinité (c'est-à-dire l'archétype) n'est pas conscient de cette divinité. Il ne peut en devenir conscient qu'à l'intérieur de notre conscience. Et il ne le peut que si le Moi tient bon. Il (le Soi) doit devenir aussi petit que le Moi et même encore plus petit, bien qu'il soit la mer de la divinité: 'Dieu, en tant que Moi, est si petit', dit Angelus Silesius."ix

On peut alors en inférer, puisque le Soi est une "image de Dieu", que Dieu semble également "inconscient" de lui-même.

Il s'en déduit que c'est justement le rôle de l'homme, disposant de sa propre conscience, que de donner à Dieu la forme de conscience qui Lui manque.

"Dans l'homme, Dieu se voit de l' "extérieur" et devient ainsi conscient de sa propre forme."x

Mais comme l'on ne peut absolument rien dire de Dieu, selon les assertions répétées de Jung, on est en droit de se demander si la manière dont il arrive à cette conclusion est vraiment fondée.

Il se pourrait, en effet, que Dieu soit de quelque manière "conscient" de son Soi, dans Sa solitude éternelle. Si tel était le cas, de quoi serait-Il "inconscient"? Avant que la Création ne fût, on peut penser qu'Il ne pourrait certes pas être "conscient" (dans Sa solitude) de la "forme" ou de la "représentation" que d'autres consciences (encore à créer) pourraient hypothétiquement avoir de Lui, ou que d'autres Soi (encore inexistants) pourraient avoir de Son Soi.

Il faut peut-être trouver là l'une des raisons conduisant Dieu à devenir Créateur... Un désir de compléter son "manque" de conscience.

Dieu paraît avoir décidé de créer des mondes, des univers, des multiplicités et des individualités participant à son Soi, afin de sortir de sa relative "inconscience", par leur intermédiaire.

Mais créer ne suffit pas: il Lui reste à pénétrer ces Soi créés pour pouvoir devenir alors "conscient" de la "conscience" qu'ils ont de Lui ou de son divin Soi.

Mais comment Dieu, avec toute Sa propre puissance, pourrait-il pénétrer la conscience du Soi d'une individualité particulière sans détruire du même coup son intégrité, sa spécificité, sa liberté?

Jung propose une solution à ce problème:

"Dieu, ce qu'il y a de plus grand, devient en l'homme ce qu'il y a de plus petit et de plus invisible, car sinon l'homme ne peut pas le supporter."xi

Mais si Dieu devient si "petit", si "invisible", reste-t-il encore quelque "image" de Lui se donnant à "voir"? Sa petitesse, Son invisibilité n'est-elle pas au fond aussi ineffable que l'étaient Sa grandeur et Sa puissance? Ne doit-on pas reprendre le constat (déjà fait) de l'ineffabilité de Dieu et l'appliquer au Soi?

C'est en effet ce que Jung concède: le Soi est aussi inconnaissable, aussi ineffable, que Dieu même.

"L'Ego reçoit la lumière du Soi. Bien que nous sachions que le Soi existe, nous ne Le connaissons pas."xii

Nous ne connaissons rien de notre Soi, sauf son caractère "illimité" et "Son infinitude"...

"Bien que nous recevions du Soi la lumière de la conscience et bien que nous sachions qu'il est la source de notre illumination, nous ne savons pas s'Il possède quelque chose, quoi que ce soit, que nous appellerions conscience. Même si le Soi apparaissait à l'expérience comme une totalité, ce ne serait encore qu'une expérience limitée. La véritable expérience de Sa réalité (la réalité du Soi) serait illimitée et infinie. La conscience de notre Moi n'est capable que d'une expérience limitée. Nous pouvons seulement dire que le Soi est illimité, nous ne pouvons pas faire l'expérience de Son infinitude."xiii

Mais comment peut-on être sûr que le Moi, qui possède, on vient de le dire, un Soi par nature "illimité", et qui est par ailleurs à "l'image de Dieu", n'est en rien capable de faire l'expérience de sa propre infinitude?

Puisque le Moi porte déjà, virtuellement, dans le Soi, ce potentiel divin, illimité, infini, comment peut-on affirmer, comme le fait Jung, qu'il est absolument incapable de dépasser ses propres "limites"?

Comment peut-on affirmer que le Moi, dans certaines conditions exceptionnelles, n'est pas capable de faire la véritable "expérience" de la réalité illimitée qui est en lui, sous les espèces du Soi ?

D'autant que c'est précisément ce que Dieu attend de Sa créature: la prise de conscience de son infini potentiel de conscience, gisant inexploré dans son inconscient.

Cette tâche est d'autant plus nécessaire, d'autant plus urgente, que seul l'Homme est en mesure de la mener à bien, de par la nature de son Soi, cette "totalité" composée de conscience et d'inconscient.

Jung dit à ce sujet que Dieu a "besoin" de l'Homme.

"Selon Isaïe 48,10 sq. la volonté divine elle-même, la volonté de Jahvé lui-même, a besoin de l'homme."xiv

Que dit Jahvé exactement en Isaïe 48,10-11?

"Certes, je t'ai éprouvé mais non comme on éprouve l'argent, je t'ai fait passer par le creuset du malheur. C'est à cause de moi, à cause de moi seul que je le fais, car comment pourrais-je me laisser déshonorer? Je ne donnerai pas ma gloire à un autre !"

Jung commente ces versets ainsi:

"Jahvé est certes gardien du droit et de la morale mais injuste lui-même (de là Job 16,19 sq.). Selon Isaïe 48,10 sq., Jahvé tourmente les hommes pour l'amour de lui-même: 'propter me, propter me faciam!' ['C'est à cause de moi, à cause de moi seul que je le fais !'] C'est compréhensible à partir de Sa nature paradoxale, mais pas à partir du Summum Bonum (...) C'est pourquoi le Summum Bonum n'a pas besoin de l'homme, au contraire de Jahvé."xv

Le Dieu Jahvé est totalement incompréhensible, absolument paradoxal.

Job se plaint amèrement de ce Dieu qui l'a "livré au pouvoir des méchants", qui l'a "brisé", alors qu'il n'avait "commis aucune violence" et que "sa prière avait toujours été pure". Mais malgré tout, ô paradoxe!, Job continue de faire appel à Lui, pour qu'Il lui vienne en aide contre Dieu lui-même, pour que Dieu s'interpose et le défende enfin contre Dieu!

"Mes amis se moquent de moi? C'est Dieu que j'implore avec larmes. Puisse-t-il être l'arbitre entre l'homme et Dieu, entre le fils de l'homme et son semblable!" (Job 16, 20-21)

Ce Dieu fait souffrir injustement le juste, et le juste implore Dieu de lui venir en aide contre Dieu...

Où est la plus élémentaire logique en cela, et la plus simple morale?

Nous arrivons là à la frontière de la raison. Si nous voulons franchir cette frontière, et nous élever vers la transcendance, la raison ne peut plus nous venir en aide. Nous devons nous reposer entièrement sur un Dieu fantasque, illogique, paradoxal et immoral, et qui de plus ne se préoccupe que de Lui ['C'est à cause de moi, à cause de moi seul que je le fais !'].

Toute la "matière archétypique" qui afflue dans ces moments aigus de crise (ou de révélation?) est "celle dont sont faites les maladies mentales".xvi D'où le danger extrême... Jung s'y connaît, c'est de cela qu'il tire son propre savoir (empirique). "Dans le processus d'individuation, le Moi est toujours au seuil d'une puissance supérieure inconnue qui menace de lui faire perdre pied et de démembrer la conscience (...) L'archétype est quelque chose par quoi l'on est empoigné et que je ne saurais comparer à rien d'autre. En raison de la terreur qui accompagne cette confrontation, il ne me viendrait pas à l'idée de m'adresser à ce vis-à-vis constamment fascinant et menaçant en usant de la familiarité du 'tu'. "xvii

Que faire alors, quand on est confronté à cette terreur, cette fascination, cette menace?

Se taire, terré dans son silence?

Ou parler à un "Il"? à un "ça"? à un "Soi"?

Mais cet "Il", ce "ça", ce "Soi" ne sont jamais que des représentations d'une réalité dont "l'essentiel est caché dans un arrière-plan ténébreux."xviii

Toute interpellation métaphysique comporte un risque de se tromper lourdement et surtout de tomber dans la "malhonnêteté", d'attenter à la "vérité".

Jung l'assure: "Je dois avouer que pour moi toute affirmation métaphysique est liée à un certain sentiment de malhonnêteté -- on a le droit de spéculer, certes, mais pas d'émettre des affirmations. On ne peut pas s'élever au-dessus de soi-même, et lorsque quelqu'un nous assure qu'il peut se dépasser lui-même et dépasser ses limites naturelles, il va trop loin, et manque à la modestie et à la vérité."xix

Tout cela est très "suisse", "protestant", "puritain". Et pourtant il y a dans le monde infiniment plus de choses que ce que toute la "modestie" suisse peut seulement imaginer. Il faut sortir de la Suisse. Sortir des mots, du langage, de la pensée même.

La crise intellectuelle, spirituelle et noétique est aujourd'hui si totale, y compris dans les sphères religieuses les mieux intentionnées, que l'on s'y sent asphyxié, ou au bord de l'apoplexie...

Il faut se préparer à des défis d'une tout autre ampleur que ceux que posent la pensée suisse, la modestie ou la "vérité" même.

Six mois avant sa mort, Jung lui-même nous y invite, pris dans ses propres paradoxes et ses aspirations contradictoires. "Le déplorable vide spirituel que nous vivons aujourd'hui ne saurait être rempli par des mots mais seulement par notre engagement total, c'est-à-dire, en termes mythologiques, par le libre sacrifice de nous-mêmes ou du moins par notre disposition à accepter un tel sacrifice. Nous ne sommes en effet même pas en mesure de déterminer la nature de ce sacrifice. La décision revient à l'autre partie."xx

Qu'est-ce qu'un homme couvert de gloire, mais revêtu de "modestie", et quelque part inconsciemment conscient de sa mort prochaine, peut avoir encore à librement "sacrifier"?

Jung avoue ne même pas savoir le sacrifice que "l'autre partie" attend de lui.

Tentons de conjecturer, à sa place, ce que pourrait bien être la nature du sacrifice attendu.

D'abord, il faudrait en théorie que Jung se résolve au sacrifice de toutes les certitudes accumulées lors d'une longue vie passée à la recherche de la connaissance et de la "gnose" ultime (celle que recèlent les mythes et les archétypes).

Ensuite il faudrait qu'il soit prêt au sacrifice de la "totalité" de son "Soi", totalité qu'il a si difficilement constituée à partir de tout ce que la conscience et l'inconscient de ses patients lui ont donné à "voir".

Enfin, et surtout il lui faudrait être prêt au sacrifice de sa propre raison, de sa "modestie" et de son "honnêteté".

Il lui faudrait être prêt à sacrifier tout ce qu'il est au plus profond de lui-même, lui l'homme du Soi, le navigateur de l'inconscient, pour se jeter sans aucune assurance dans un infini dépassement de ce qu'il est (ou pense être).

Pas de lamelles d'or pour guider Jung, ou quiconque d'ailleurs, dans cette expérience suprême, inouïe, orphique.

En attendant le moment où viendra l'exigence du "sacrifice", plutôt que vers Jung, il faut se tourner vers Socrate, pour se préparer:

"Mettre le plus possible l'âme à part du corps, l'habituer à se ramener, à se ramasser sur elle-même en partant de chacun des points du corps, à vivre autant qu'elle peut, dans les circonstances actuelles aussi bien que dans celles qui suivront, isolée et par elle-même, entièrement détachée du corps comme si elle l'était de ses liens."

Voilà la meilleure préparation au "sacrifice", venant de quelqu'un qui sut l'effectuer le moment venu.

Mais notons bien que même ces belles et sages paroles de Socrate ne nous disent rien, et pour cause, sur la nature profonde du sacrifice qui nous sera effectivement "demandé" au moment décidé par "l'autre partie".

Décidément, la "partie" ne fait que commencer.

iC.G. Jung. Lettre au Pr. Gebhard Frei, 13 janvier 1948. Le divin dans l'homme. Ed. Albin Michel. Paris, 1999, p.191

iiC.G. Jung. Lettre au Révérend David Cox. 25 septembre 1957. Le divin dans l'homme. Ed. Albin Michel. Paris, 1999, p.215

iiiC.G. Jung. Lettre au Pasteur Dorothée Hoch, 30 avril 1953. Le divin dans l'homme. Ed. Albin Michel. Paris, 1999, p.195

ivC.G. Jung. Lettre au Pr. Gebhard Frei, 13 janvier 1948. Le divin dans l'homme. Ed. Albin Michel. Paris, 1999, p.191

vC.G. Jung. Lettre à Armin Kesser, 18 juin 1949. Le divin dans l'homme. Ed. Albin Michel. Paris, 1999, p.194

viC.G. Jung. Lettre au Pasteur Dorothée Hoch, 30 avril 1953. Le divin dans l'homme. Ed. Albin Michel. Paris, 1999, p.195

viiC.G. Jung. Lettre à Hélène Kiener. 15 juin 1955. Le divin dans l'homme. Ed. Albin Michel. Paris, 1999, p.211

viiiC.G. Jung. Lettre au Père Lucas Menz. 28 mars 1955. Le divin dans l'homme. Ed. Albin Michel. Paris, 1999, p.200

ixC.G. Jung. Lettre à Aniéla Jaffé, 3 septembre 1943. Le divin dans l'homme. Ed. Albin Michel. Paris, 1999, p.185

xC.G. Jung. Lettre à Aniéla Jaffé, 3 septembre 1943. Le divin dans l'homme. Ed. Albin Michel. Paris, 1999, p.186

xiC.G. Jung. Lettre à Aniéla Jaffé, 3 septembre 1943. Le divin dans l'homme. Ed. Albin Michel. Paris, 1999, p.186

xiiC.G. Jung. Lettre au Prof. Arvind Vasavada, 22 novembre 1954. Le divin dans l'homme. Ed. Albin Michel. Paris, 1999, p.196

xiiiC.G. Jung. Lettre au Prof. Arvind Vasavada, 22 novembre 1954. Le divin dans l'homme. Ed. Albin Michel. Paris, 1999, p.197

xivC.G. Jung. Lettre au Père Lucas Menz. 28 mars 1955. Le divin dans l'homme. Ed. Albin Michel. Paris, 1999, p.201

xvC.G. Jung. Lettre au Père Lucas Menz. 28 mars 1955. Le divin dans l'homme. Ed. Albin Michel. Paris, 1999, p.200

xviC.G. Jung. Lettre au Pasteur Walter Bernet. 13 juin 1955. Le divin dans l'homme. Ed. Albin Michel. Paris, 1999, p.209

xviiC.G. Jung. Lettre au Pasteur Walter Bernet. 13 juin 1955. Le divin dans l'homme. Ed. Albin Michel. Paris, 1999, p.209

xviiiC.G. Jung. Lettre à une correspondante non nommée. 2 janvier 1957. Le divin dans l'homme. Ed. Albin Michel. Paris, 1999, p.213

xixC.G. Jung. Lettre au Révérend David Cox. 25 septembre 1957. Le divin dans l'homme. Ed. Albin Michel. Paris, 1999, p.213

xxC.G. Jung. Lettre au Dr Albert Jung. 21 décembre 1960. Le divin dans l'homme. Ed. Albin Michel. Paris, 1999, p.219

De la Mystique Quantique et de la Mort d’Empédocle

Ce n’est pas parce que le mystique n’a rien à dire qu’il se tait. Il se tait parce qu’il sait qu’il a beaucoup à dire, et qu’il ne sait pas comment le dire, tant son expérience le « dépasse ».

L’ineffabilité de l’expérience et le silence de l’expérimentateur ne sont pas de même nature.

Comment parler de l’ineffable ?

La réalité du monde est déjà, à l’évidence, ineffable. Comment la dire ?

L’âme paraît plus ineffable encore... Qu’en dire ?

Alors, qui dira ce qui les dépasse absolument, et les transcende infiniment?

Un certain Parménide s’est fait jadis une réputation durable en identifiant (philosophiquement) la pensée à l’être.

Mais la pensée, rétorquerons-nous, n’est pas en mesure de concevoir la nature de ce qui lui échappe, par nature. Et l’être (pris dans toute sa totalité) n’est certes pas de même nature que la pensée, dont l’être (ou l’essence) n’est que l’une des modalités de l’être.

Pour le dire en style biblique : il y a de nombreuses demeures dans la maison de l’être.

La pensée (consciente) n’habite que l’une des nombreuses « demeures » de l’être, et la « maison » de l’être elle-même est bien plus vaste que tous les rêves pensés, et bien plus haute que ses plus profonds sommeils.

Les deux métaphores de la « demeure » et de la « maison », dans le passage de Jean qui les a rendues célèbres, loin d’asseoir notre mental, de lui donner une sorte d’assurance (foncière), de certitude (immobilière), d’ancrage dans un « lieu » (sédentaire), introduisent immédiatement dans le texte original un ballet tournoyant de mouvements, une valse d’images mobiles, mêlant « départ », « aller », « retour », « chemin », et « passage » :

« Dans la maison de mon Père, il y a beaucoup de demeures ; sinon, est-ce que je vous aurais dit : ‘Je pars vous préparer une place’ ? Quand je serai allé vous la préparer, je reviendrai vous prendre avec moi ; et là où je suis, vous y serez aussi. Pour aller où je m’en vais, vous savez le chemin. » Thomas lui dit : « Seigneur, nous ne savons même pas où tu vas ; comment pourrions-nous savoir le chemin ? » Jésus lui répond : « Moi, je suis le chemin, la vérité et la vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi. »i

Si Jésus est le « chemin », on est en droit de demander où sont alors les « demeures » de l’être et de la pensée ?

Et, désormais pénétrés de la dialectique de l’Évangile johannique, on pourrait aussi légitimement demander si ces « demeures » ne sont pas plutôt le « chemin » lui-même, ou la « vérité », ou encore la « vie » même – et réciproquement, si « chemin », « vérité » et « vie » ne sont pas nos mouvantes, véritables et vivantes « demeures »?

On voit ici que les métaphores, philosophiques ou théologiques, du « lieu », de la « maison », ou de la « demeure », créent instantanément dans l’esprit les idées, nécessairement duales, de « mouvement », de « déplacement », de « cheminement ».

De cela, l’on déduira qu’un « lieu » (en latin locus, en grec topos) habité par la pensée biblique (ou par la conscience spirituelle) renvoie illico à la nécessité (métaphorique) d’un « départ » (subreptice), d’un « exode » (« hors d’Égypte »), d’un « passage » (de la « Mer rouge »), ou d’une « fuite » (« en Égypte »)…

Dans les mondes psychiques, un lieu crée un mouvement ; le locus engendre le motus ; le topos génère le tropos...

Ces métaphores sont intrinsèquement « intriquées ». On ne peut concevoir les unes sans les autres. Elles se propagent dès lors, liées en groupe, dans l’esprit, et révèlent par là une propriété fondamentale du monde psychique : la solidarité et l’unité fusionnelle de tous les phénomènes qu’il fait naître.

Pour donner une analogie de la ‘mécanique’ de ce monde psychique, de ce monde de métaphores vivantes, on dira qu’elle semble être ‘quantique’ : le dualisme des « tropes » est formellement analogue aux dualités onde/corpuscule ou position/quantité de mouvement de la mécanique quantique...

De cela, l’on déduira aussi que les « lieux » que sont le « monde », ou le «Cosmos» tout entier, ou encore « l’être » ou « l’âme » de l’homme, ne sont pas simplement des « lieux », mais sont aussi, nécessairement, des « chemins », des « vérités », des « vies ».

De cela, l’on pourra encore conclure que l’on est en droit de comparer la nature des « lieux » et des « cheminements » que sont (métaphoriquement) le monde (le Cosmos) et l’homme (l’Anthropos), avec la nature des « lieux »et des « chemins »de l’Être divin (le Theos).

D’où la question : d’un tel « Être divin », quel est le « Lieu » ? Quel est le « Chemin » ?

Que peut-on réellement dire de ce « Lieu », de ce « Chemin », du point de vue cosmique et anthropique, et en vertu de quelle connaissance ?

Que ce « Lieu » est celui du « Très-Haut », puisqu’on le nomme Elyon ou Elohim ? Et donc que ce « Lieu » n’est pas celui d’un « Très-Bas », d’un « Très-Humble »?

Que ce « Chemin » est celui qui transcende toutes les voies, toutes les voix, comme l’indique le nom imprononçable YHVH ?

Que ce « Lieu » n’est présent que dans sa « Présence », sa Shekinah seule?

Que ce « Lieu » vit dans la permanence incarnée des 600.000 lettres de sa Torah ?

Que ce « Chemin » vit et fourmille de l’innombrable mobilité, de l’infinie voix des commentaires auxquels la Loi donne « lieu » ?

Toutes ces métaphores sont juives.

Les chrétiens en ont d’autres, un peu analogues :

Le « Lieu » est à l’Origine, au Commencement. Il est le «Verbe» du Dieu créateur (le « Père »).

Le « Chemin » est celui de son « Esprit » (le « Vent » de Dieu qui souffle où il veut), et celui de son Logos, ou encore celui de son « Incarnation » dans le Monde, celui de Son « Fils ».

De toutes ces images, théologico-poétiques, on retiendra que la Vie (de l’esprit) est bien plus large, bien plus haute, bien plus profonde que la Réalité. On en induira que la Vie n’est certes pas « dans » la Réalité. C’est bien plutôt la Réalité qui est en quelque sorte « dans » la Vie.

La Vie dépasse de tous les côtés ce que l’on appelle la Pensée, la Conscience ou la Connaissance, dont il faut voir l’impuissante inadéquation à rendre compte de ce qui les dépasse, et l’incapacité à appréhender effectivement la Totalité de ce qui leur échappe.

Il faut prendre toute la « mesure » des écarts (a priori in-comblables) entre Vie, Réalité, Conscience et Pensée, non pour s’en désoler, mais pour situer ces concepts à leur vraie place, les assigner à leurs « lieux » propres.

C’est seulement alors, quand la Vie, la Réalité, la Conscience et la Pensée occupent respectivement leurs « lieux » essentiels, que l’on peut commencer de rêver des voies autres, de tenter de nouveaux « exodes », de « cheminer » par l’esprit hors de ces « lieux ».

Quelles autres voies seraient-elles alors possibles? Quels nouveaux exodes impensables, ou seulement encore impensés?

Une telle voie serait-elle « l’expérience mystique » d’un chacun, par exemple, un passage renouvelé, démocratisé, de la « Mer rouge », loin des pharaons du réel ?

Peut-être. Mais aussitôt les maîtres à penser nous mettent en garde : l’expérience mystique, disent ceux qui en parlent philosophiquement (mais pas toujours en connaissance de cause), est certainement une « expérience », mais ajoutent-ils, sûrs d’eux-mêmes, assertoriques, « ce n’est pas une connaissance »ii.

On reste libre cependant d’imaginer qu’une expérience (mystique) des confins des mondes et de leurs au-delà, des hauteurs indicibles, du divin même, possède intrinsèquement quelque forme de connaissance, parfaitement réelle, irréfutable.

Certes, une telle « forme de connaissance » ne serait pas une connaissance formelle ou formulable, mais ce serait une connaissance tout de même, et en tout cas largement supérieure au babil sans fin des fats, et aux rodomontades des cuistres et des arrogants.

L’expérience (mystique) aux limites est d’abord une expérience des limites de toute connaissance, et donc, en tant que telle, c’est une connaissance claire, nette, de ce qui dans toute connaissance, quelle qu’elle soit, est foncièrement limitée, et donc intrinsèquement surpassable.

Ce premier résultat est déjà en soi une excellente entrée en matière, dans les sentiers difficultueux que nous devons emprunter…

Mais il est loin d’être acquis… Raimon Panikkar, pour sa part, préfère cloisonner radicalement l’expérience, la réalité, la conscience et la « mystique » :

« J’ai dit que l’expérience n’a pas d’intermédiaires et nous met en contact immédiat avec la réalité, mais au moment où nous devenons conscient de cette expérience, de telle sorte que nous pouvons en parler, alors nous entrons dans le champ de la conscience, et nous abandonnons la mystique. »iii

Contre ce point de vue, je voudrais affirmer que la séparation dichotomique entre « conscience » et « mystique » est arbitraire, et à mon avis injustifiée, du point de vue du bénéficiaire de l’expérience mystique elle-même.

L’expérience mystique est bien une « expérience », mais sui generis, hors de tout repère réel, hors de tout « contact immédiat avec la réalité ».

Au moment où l’expérimentateur (mystique) devient « conscient » de cette expérience, on ne peut pas dire qu’il entre alors « dans le champ de la conscience », comme le suggère Panikkar.

En effet, il est alors « conscient » de son expérience ineffable, mais il est aussi « conscient » que cette expérience est et restera ineffable. Il est « conscient » qu’elle est d’ailleurs seulement en train de commencer, et que le voyage qui s’annonce sera périlleux, – et peut-être même sans retour (dans la « conscience »).

Au moment où l’expérience (mystique) commence, la conscience de ce commencement commence. Mais on ne peut pas appeler cela une simple «entrée dans le champ de la conscience ».

L’expérience ne fait en effet que seulement « commencer ». C’est le point zéro. Il reste à affronter l’infini, c’est une longue route, et on ne le sait pas encore. L’expérience va encore durer longtemps (toute une nuit, par exemple) et pendant tout ce temps, la conscience de l’expérimentateur sera totalement submergée par des flots, des océans, des galaxies liquides, puis des ultra-cieux et des méta-mondes.

Jamais il ne reprend pied, dans cette noyade par le haut, dans cette brûlure immense de l’âme, dans cette sublimation de l’être.

Mais à aucun moment, il ne peut se dire à lui-même qu’il entre alors, simplement, « dans le champ de la conscience ».

Tout ce qu’il peut dire, à la rigueur, c’est qu’il entre dans le champ de la conscience de son ineffable inconscience (métaphysique, absolue, et dont il ne sait absolument pas où elle va le mener).

Il est certes nominalement « conscient » (ou plutôt « non totalement inconscient »), et à partir de cette conscience nominale, minimale, il voit qu’il est en réalité presque totalement réduit à l’inconscience fusionnelle avec des forces qui le dépassent, l’écrasent, l’élèvent, le transcendent, et l’illuminent.

Contrairement à ce qu’affirme Panikkar, il est donc possible pour le mystique de se trouver dans un état paradoxal où se mêlent intimement et simultanément, quoique avec des proportions variées, l’« expérience » (mystique ), la « conscience » (de cette expérience), la « réalité » (qui les « contient » toutes les deux) et l’« inconscient » (qui les « dépasse » toutes les trois).

Cet état si particulier, si exceptionnel, on peut l’appeler la « découverte de l’état originel du Soi ».

Le « Soi » : C.G. Jung en a beaucoup parlé. La tradition védique l’appelle ātman.

Une célèbre Upaniṣad dit à propos du « Soi » qu’il est « le connaisseur de tout, le maître intérieur, l’origine et la fin des êtres » et précise ainsi sa paradoxale essence:

« Ne connaissant ce qui est intérieur, ni connaissant ce qui est extérieur, ni connaissant l’un et l’autre ensemble, ni connaissant leur totalité compacte, ni connaissant ni non-connaissant, ni visible ni inapprochable, insaisissable, indéfinissable, impensable, innommable, essence de la connaissance de l’unique Soi, ce en quoi le monde se fond, en paix, bienveillant, unifié, on l’appelle Turīya [le ‘Quatrième’]. C’est lui, le Soi, qu’il faut percevoir. »iv

Pourquoi l’appelle-t-on le « Quatrième » ? Parce que cet état vient après le « premier » qui correspond à l’état de veille, après le « deuxième » qui définit l’état de rêve, et après le « troisième » qui désigne l’état de sommeil profond.

Mais comment diable peut-on savoir tout cela, toutes ces choses incroyables, tous ces mystères supérieurs, et les exposer ainsi, sans fards, au public ?

En fait rien n’est vraiment dit, assené. Tout est plutôt non-dit, tout ce qui est dit est présenté d’abord comme une négation. Rien n’est expliqué. Il nous reste à faire le principal du cheminement, et à comprendre de nous-mêmes. Tout repose sur la possible convergence de ce qui est « dit » (on plutôt « non dit ») avec l’intuition et la compréhension intérieure de « celui qui a des oreilles pour entendre ».

Entre des « univers » si éloignés, des « réalités » si difficilement compatibles (la veille, le rêve, le sommeil profond, le Soi), l’humble « conscience » est l’entité médiatrice à qui l’on peut tenter de se fier, pour établir la condition de ce cheminement, de cet entendement.

Mais l’expérience mystique, on l’a vu, a beaucoup de mal à se laisser réduire au champ étroit de « l’humble conscience ». L’« humble conscience » (en tant que sujet actif du « champ de conscience » de l’individu) ne peut recevoir que quelques rayons de ce soleil éruptif, aveuglant, et fort peu de son énergie outre-humaine, tant une irradiation pleine et totale lui serait fatale.

L’expérience mystique montre surtout, de façon incandescente, que l’Être, pour sa plus grande part, et dans son essence, n’est pas intelligible. Elle disperse et vaporise la pensée humaine, en myriades d’images sublimées, comme un peu d’eau jetée dans la fournaise du volcan.

Dans le cratère de la fusion mystique, des pans inimaginables de la Totalité bouillonnent et échappent (presque totalement) à la conscience humaine, écrasée par son insignifiance.

Empédocle, pour découvrir ces amères et brûlantes vérités, paya de sa vie. Suicide philosophique ? Transe extatique ? Fureur gnostique ?

Il est cependant fort probable qu’Empédocle ne soit pas mort en vain, et que d’infimes particules infra-quantiques, transportant quelque infinitésimale portion de sa conscience, ont jailli pour toujours, au moment où elle s’illumina dans la lave de l’Etna.

Il est probable qu’elle continuent, aujourd’hui encore, de voyager vers les confins.

Une âme vive, aux ailes ardemment séraphiques, et mue ou motivée par des chérubins, pourrait même, le cas échéant, se lancer à leur poursuite.

iJn 14, 2-6

iiCf. par exemple : « The mystical is certainly also an experience, but it is not knowledge. » Raimon Panikkar. The Rythm of Being. The Unbroken Trinity. Ed. Orbis Books. NY. 2013, p. 247

iiiRaimon Panikkar. The Rythm of Being. The Unbroken Trinity. Ed. Orbis Books. NY. 2013, p. 247

ivMaU 7. Trad. Alyette Degrâces (modifiée), Ed. Fayard, 2014, p.507-508.

vendredi 26 juillet 2019

Le poulpe et le Soi.

Le poulpe est un animal fort intelligent. Ce n'est pas tellement le nombre de ses neurones qui importe (il en a autant qu'un chat, dit-on), mais plutôt la manière dont ils sont répartis dans tout son corps et notamment dans ses tentacules. Celles-ci disposent manifestement d'une sorte de délégation d'autonomie consentie par le cerveau central. Cette décentralisation de l'intelligence (et peut-être de la conscience) implique quelques paradoxes utiles à méditer sur l'expérience du soi et du non-soi, du moins telle que le poulpesemble l'éprouver.

"Les poulpes ont opté pour une délégation partielle d'autonomie à leurs bras . En conséquence ces bras sont pleins de neurones et semblent pouvoir contrôler certaines actions localement. Compte tenu de ce fait quelle peut être l'expérience du poulpe? Le poulpe est peut-être dans une situation hybride. Pour lui les bras sont partiellement soi, ils peuvent être dirigés et utilisé pour manipuler des choses. Mais du point de vue du cerveau central, ils sont en partienon-soi, des agents pour leur propre compte. (...) Chez le poulpe, il y a un chef d'orchestre, le cerveau central. Mais les joueurs qu'il dirige sont des jazzmen, enclins à l'improvisation, qui ne tolèrent sa direction que jusqu'à un certain point."i

Ces observations et les hypothèses qui s'en dégagent ne font que confirmer l'ancienne intuition de quelques poètes, plus voyants que d'autres. Le poulpe s'impose à leur imagination, et parle à leur âme.

"Jetant son encre vers les cieux

Suçant le sang de ce qu'il aime

Et le trouvant délicieux

Ce monstre inhumain, c'est moi-même."ii

Un demi-siècle avant Apollinaire, le comte de Lautréamont, ce génie surréaliste avant l'heure, mort phtisique à 24 ans, avait déjà perçu, lors de sa courte et dense vie, l' intelligence exceptionnelle des poulpes. Il avait même, n'hésitons pas à franchir le pas, subodoré leurs capacités métaphysiques sans pareilles.

" Ô poulpe au regard de soie! Toi, dont l'âme est inséparable de la mienne; toi, le plus beau des habitants du globe terrestre et qui commandes à un sérail de quatre cent ventouses; toi, en qui siègent noblement, comme dans leur résidence naturelle, par un commun accord, d'un lien indestructible, la douce vertu communicative et les grâces divines, pourquoi n'es-tu pas avec moi, ton ventre de mercure contre ma poitrine d'aluminium, assis tous les deux sur quelque rocher du rivage, pour contempler ce spectacle que j'adore!"iii

Deux questions se posent. Qui est ce poulpe? Et quel est le spectacle que Ducasse "adore"?

Le poulpe c'est Maldoror même, - figure du Diableiv.

Quant au spectacle, c'est le "vieil Océan"...

Il y a en effet de quoi s'abîmer dans la contemplation.

Le vieil Océan, ce "grand célibataire", donne immensément, infiniment, à voir:

"Ta grandeur morale, image de l'infini, est immense comme la réflexion du philosophe, comme l'amour de la femme, comme la beauté divine de l'oiseau, comme les méditations du poète. Tu es plus beau que la nuit."v

Il faut se représenter le poète, dont l'âme est "inséparable" de celle du poulpe, et dont le corps s'enlace aussi au sien, assis sur le rivage, face à l'océan.

Mais ce rêve désiré semble impossible!

Comment en effet convaincre l' Océan de se laisser trépaner, de se laisser exciser même d'un seul poulpe, d'un seul morceau vivant de conscience et d'inconscience océanique?

Un Océan qui consentirait volontiers à un tel sacrifice, une telle ablation, serait-il moralement aussi grand, après coup? Non.

Un seul poulpe est aussi précieux qu'un Messie, car il est une image vivante de la conscience océanique, et ses quelques quatre cent ventouses, aux caresses incessantes, sont le symbole numineux de l' inconscient de l'Océan, toujours à l’œuvre, depuis l'origine du monde, et donnant force matière aux rêves abyssaux du très vieux "célibataire".

Ô poulpe! Toi dont le soi semble si mêlé de non-soi....

Si le cerveau est une sorte d'océan, notre glande pinéale est peut-être bien une sorte de poulpe.

Bien loin alors d'être le siège de l'âme, comme le voulait Descartes, cette glande aux puissances tentaculaires, et aux ventouses labiles, sera donc, si nous filons correctement la métaphore, composée d'autant ou même bien plus de non-soi que de soi, tant ils s'entrelacent, tant ils s'intriquent...

Le soi et le non-soi, le conscient et l'inconscient, sont des divisions artificielles, sans doute utiles aux psychologues analytiques. Mais quand il s'agit de synthèse, alors ils faut les mêler intimement, ce soi et ce non-soi, comme des ventouses de poulpe collées au ventre du poète.

"Le signe incontestable du grand poète c'est l'inconscience prophétique, la troublante faculté de proférer par-dessus les hommes et le temps, des paroles inouïes dont il ignore lui-même la portée. Cela c'est la mystérieuse estampille de l'Esprit-Saint sur des fronts sacré ou profanes."vi

Ces lignes élogieuses de Léon Bloy (connu pour être avare de compliments!) s'appliquent justement au cas Lautréamont, qu'il eut le génie de découvrir, bien avant que les surréalistes ne s'en emparent, alors que le poète impublié était parfaitement oublié.

Et Lautréamont n'en a cure, justement, de la conscience :il exècre tant l'homme que le Créateur et ses dons douteux, trompeurs. vii

"Comme la conscience avait été envoyée par le Créateur, je crus convenable de ne pas me laisser barrer le passage par elle. Si elle s'était présentée avec la modestie ou l'humilité propre à son rang, et dont elle n'aurait jamais dû se départir, je l'aurais écoutée. Je n'aimais pas son orgueil."viii

Si la conscience est orgueilleuse, l'inconscient est-il humble? Sans doute, oui. Il n'ose pas s'afficher au soleil du jour, et aux yeux du monde. Il préfère l'ombre et la nuit.

Mais, pour agréable au poète qu'elle soit, c'est là une dichotomie trop simple, que celle qui opposerait le jour et la nuit, la conscience et l'inconscient.

Le poulpe nous fait mille signes de ses longs bras.

Tout est intimement mêlé en lui, et l'Océan, le Vieil Océan, lui aussi est plein de flux mélangés.

Peut-être leur exemple nous guidera-t-il?

Un spécialiste de l'inconscient, C.G. Jung, nous dit qu'il ne peut rien en dire. Ce mystère le dépasse absolument. Même lacunaire, c'est de sa part une information précieuse. Quoique ne pouvant rien en dire, on peut néanmoins tirer des leçons (empiriques) de ses manifestations, et surtout proposer des inférences, des rebonds, vers d'autres idées, comme celle de "totalité".

"La totalité ne peut pas être consciente car elle inclut l'inconscient aussi. Elle est donc dans un état au moins à demi-transcendant, donc religieux, numineux. L'individuation est un but transcendant: l'incarnation de l' ἂνθρωποϛ [l' "anthropos"]. Rationnellement, on ne peut comprendre que l'effort religieux de la conscience vers la totalité, c'est-à-dire le "religiose observare" de la tendance totalisante de l'inconscient, et non pas l'être même de la totalité, du Soi, qui est préfiguré par l'εῖναι εν χριστῶ."ix

Ces lignes évoquent des flux, des forces, des tendances, elles font miroiter des buts à atteindre, quoique l'on sache bien qu'ils sont a priori transcendants.

Mais surtout, elles posent en filigrane la question fondamentale: la nature de la "Totalité", l'essence du "Soi".

M'enlaçant à mon tour, oniriquement, aux souples et pulpeuses muqueuses du poulpe, et par la pensée lové dans le confort eidétique de la rêverie, je dirais ceci, en forme d'humble paraphrase:

"Le Soi ne peut pas être conscient, car il inclut l'inconscient aussi. Bien qu'il soit le "Soi", il inclut aussi le "Non-Soi". Par quel mystère? Difficile à dire. Mais le poulpe nous donne l'exemple. Il nous sert de métaphore et de guide ondulatoire.

Le Soi est un être véritablement transcendant, il n'est pas sûr qu'il s'intéresse spécialement à nos misérables logiques. Il cherche à réaliser ses propres aspirations, dont nous n'avons qu'une très faible idée.

De même que les tentacules du poulpe semblent ravies de leur vie propre, il est possible d'imaginer que le Soi est une sorte de poulpe, dont les tentacules sont pleines de Non-Soi, vivant aussi de leur vie propre

Il est possible même de généraliser cette idée, tant la liberté de penser importe au libre poète.

Il est possible de rêver que le Soi (qui est aussi une "image de Dieu", pour mettre un point sur au moins un"i") est plein de Non-Soi. De même que nombre d'entités quantiques sont à la fois onde et particule, réalité et probabilité, de même, et par analogie, on pourrait dire que le Soi est marbré, veiné, strié, de Non-Soi.

Ô regard du Soi, tissé de Non-Soi!

iPeter Godfrey-Smith. "Other minds: The Octopus, the Sea, and the Deep Origins". Trad. française:"Le prince des profondeurs: L'intelligence exceptionnelle des poulpes." Flammarion. 2018. Cette citation m'a été personnellement et aimablement communiquée par le Prof.Dr. M. Sendyub (ULB).

iiGuillaume Apollinaire.Le Bestiaire, ou Cortège d'Orphée. 1911

iiiLautréamont. Les chants de Maldoror. Ch. 1

iv"Le Créateur, conservant un sang-froid admirable (...), quel ne fut pas son étonnement quand il vit Maldoror changé en poulpe, avancer contre son corps ses huit pattes monstrueuses, dont chacune, lanière solide, aurait pu embrasser facilement la circonférence d'une planète." Lautréamont. Les chants de Maldoror. Ch. 2

vLautréamont. Les chants de Maldoror. Ch. 1

viLéon Bloy. Belluaires et porchers. "Essais et pamphlets". Ed. Robert Laffont. Paris, 2017, p.267

vii"Ma poésie ne consistera qu'à attaquer, par tous les moyens, l'homme, cette bête fauve, et le Créateur, qui n'aurait pas dû engendrer une pareille vermine." Lautréamont. Les chants de Maldoror. Ch. 2

viiiLautréamont. Les chants de Maldoror. Ch. 2

ixC.G. Jung. Le divin dans l'homme. Lettre au pasteur Werner Niederer. Lundi de Pâques 1951 [26 mars]. Ed. Albin Michel. Paris, 1999, p. 161

jeudi 18 juillet 2019

La "liquidation" du christianisme

En 1959, deux ans avant sa mort, C.G. Jung évoquait comme fort possible la perspective de la "destruction définitive" du "mythe chrétien".

Il ajoutait que seule la psychologie pouvait encore "sauver" ce mythe.

Il disait que, par une nouvelle "compréhension de la mythologie" et de son rôle dans les "processus intrapsychiques", "il serait possible d'arriver à une nouvelle compréhension du mythe chrétien, et tout particulièrement de ses déclarations apparemment choquantes et par trop incompatibles avec la raison. Si le mythe chrétien ne doit finalement pas devenir obsolète, ce qui signifierait une liquidation d'une portée imprévisible, l'idée d'une interprétation plus orientée par la psychologie s'impose pour sauver le sens et la teneur du mythe. Le danger d'une destruction définitive est considérable."i

Le christianisme, dès l'origine, avait déjà été considéré comme "scandale pour les Juifs, et folie pour les Grecs"ii. Deux mille ans plus tard, voilà qu'il devient même "choquant" pour les Suisses (et "obsolète" pour les psychologues)...

La chute des vocations religieuses, la désertion des fidèles et le déclin du denier commençaient déjà à se faire sentir à la fin des années 50 du siècle dernier. Tout cela semblait donner quelque consistance à ces prophéties de "destruction" et de "liquidation" du "mythe chrétien", suite logique à sa supposée "obsolescence".

Le mouvement de désaffection à l'égard du christianisme n'a pas cessé de progresser depuis les six dernières décennies, pourrait-on ajouter, du moins si l'on s'en tient aux indicateurs déjà mentionnés.

Le "mythe chrétien", pour reprendre l'expression de Jung, est-il donc désormais agonisant, ou même "mort"?

Et si oui, peut-on encore le "ressusciter"?

Et s'il pouvait en effet être ressuscité, ce serait sous quelles forme, et pour faire quoi?

Tel un saint Georges terrassant le dragon de l'obsolescence, cette obsolescence moins flamboyante que sournoise, silencieuse, mais avaleuse de mythes, Jung brandit en son temps la lance victorieuse de la psychologie, seule capable selon lui de redonner vie au mythe chrétien.

Pour comprendre l'idée de Jung (l'idée de l'assimilation du christianisme à un "mythe" - et à un mythe en voie d'obsolescence), il faut en revenir à ce qui fonde toute sa compréhension du monde, l'existence de l’inconscient, et le caractère "créateur" de la psyché.

Pour Jung, toute "représentation" est nécessairement "psychique". "Lorsque nous déclarons que quelque chose existe, c'est que nous en avons nécessairement une représentation (...) et la "représentation" est un acte psychique. De nos jours pourtant, "seulement psychique" veut tout simplement dire "rien". En dehors de la psychologie, seule la physique contemporaine a dû reconnaître qu'aucune science ne peut être pratiquée sans psyché."iii

Cette dernière assertion semble faire allusion à l'opinioniv  de l’École de Copenhague, durement combattue par Einstein et consorts, mais opinion à laquelle les derniers développements conceptuels et expérimentaux paraissent aujourd'hui donner raison.

Malgré de telles assurances, au plus haut niveau théorique et expérimental de la science contemporaine, et malgré les succès flatteurs de la psychologie analytique, C.G. Jung, tout en étant au sommet de sa carrière éclatante, semblait cependant amer d'avoir à se battre encore et encore contre le cliché éculé (typique des temps modernes) selon lequel le "seulement psychique" veut dire "rien".

Sans doute blessé cruellement au fond de son âme, C.G. Jung a peut-être voulu prendre une terrible revanche, en montrant que ce "rien" peut tout de même, et en peu de temps, mettre à bas l'une des plus importantes fondations de la civilisation européenne, et même mondiale...

L'inconscient existe, c'est une certitude pour Jung, et pour beaucoup de monde. Mais peu nombreux sont ceux qui ont compris l'immense pouvoir, quasi-divin, ou même divin tout court, de cette entité.

"Personne n'a remarqué, explique Jung, que, sans psyché réflexive, il n'existe pour ainsi dire aucun monde, que donc la conscience représente un second créateur et que les mythes cosmogoniques ne décrivent pas le commencement absolu du monde mais bien plutôt la naissance de la conscience comme second créateur."v

Avant Jung: Au commencement Dieu a créé la terre, etc.

Après Jung: L'Inconscient a créé l'idée que "Dieu a créé la terre etc.".

Les mythes correspondent à des développements psychiques. Ils peuvent croître et mourir, tout comme ces derniers. "Les archétypes ont tous une vie propre qui se déroule selon un modèle biologique."vi

Cette métaphore du "modèle biologique" doit être prise au sens propre, incluant la naissance, la maturité et la mort.

" Un mythe reste un mythe, même si certains le tiennent pour la révélation littérale d'une vérité éternelle; mais il est voué à la mort si la vérité vivante qu'il contient cesse d'être un objet de la foi. Il est nécessaire, en conséquence, de rénover sa vie de temps en temps par une réinterprétation. Cela signifie qu'il faut le réadapter à l'esprit du temps, qui change (...) Aujourd'hui le christianisme est affaibli par la distance qui le sépare de l'esprit du temps. Il a besoin de rétablir l'union ou la relation avec l'âge atomique, qui représente dans l'histoire une nouveauté sans précédent. Il faut que le mythe fasse l'objet d'un nouveau récit dans un nouveau langage spirituel."vii

Toutes les nuances du modèle biologique peuvent être subsumées sous un concept de vie bien plus large, une puissance de sens bien plus globale, incluant en particulier l'idée de résurrection (-- idée, on le rappelle, "scandaleuse", "folle" et "choquante").

Si on applique en particulier l'idée de résurrection au mythe chrétien lui-même, il est possible que ce dernier échappe en fait à son destin naturel, "biologique", et à sa mort inévitable, à condition qu'on le soumette à une "rénovation" totale, à une inouïe réinterprétation, conditionsine qua non desa "résurrection".

L'idée de la "résurrection" d'un mythe incarné par un Sauveur mort, et dont les apôtres fondent leur foi sur la certitude de sa résurrection (ainsi que le rappelle Paul), ne manque pas de sel.

Mais pour goûter ce sel, encore faudrait-il pouvoir réinterpréter la résurrection du Christ sous les espèces d'une nouvelle "résurrection",qui soit plus en accord avec l'esprit du temps (atomique).

L'idée d'un esprit du temps 'atomique' était sans doute évidente pour un psychologue vivant dans les années 50, après Hiroshima, Nagasaki, et la montée des menaces d'hiver nucléaire rendues tangibles par les arsenaux de la guerre froide.

De nos jours, l''esprit du temps 'de notre temps'est un peu moins 'atomique', semble-t-il, et davantage 'climatique'ou 'planétaire'. Il est porté à se laisser influencerpar denouvelles menaces globales, celles vers lesquelles pointent le réchauffement planétaire et l'extinction prévisible de pans entiers de la biosphère.

Dans ce nouveau contexte, que signifient"rénover" ou "ressusciter" le mythe chrétien de la "résurrection"(en tant qu'il se distingue par exemple desmythesde la résurrection d'Osiris ou de Dionysos)?

Unepremière réponse serait de l'appliquer (assez littéralement) à la résurrection putative des millions d'espèces animales et végétales désormais disparues.

Mais l'idée d'un christianisme 'écologique's'appuyant pour renaître lui-même sur la résurrection effective de milliards d'insectes ou d'amphibiens suffirait-elle à faire revenir les fidèles dans les paroisses et à ressusciter les vocations?

On peut en douter.

Ce n'est pas qu'il ne faille pas s'efforcerde faire revenir à la vie les espèces défuntes, si cela est encore humainement (ou divinement ?)possible. Le mythe moderne qui se constitue sous nos yeux laisse d'ailleurs imaginerqu'un jour quelquestracesd'ADN suffiront à recréer des mondesdisparus.

Une telle recréation par quelques savants prêtres futurs, compassés dans leur blouse blanche, serait alorsen soi une sorte de miracle, susceptible de faire fondre les cœurs les plus durs, les plus fermés.

Mais l'on peut aussi supputer que ce serait encore insuffisant pour exfiltrerle "mythe chrétien" hors de sa spirale d'obsolescence, dans laquelle des millénaires accumulés semblent l'enfermer.

Mais quoi? s'insurgera-t-on, la résurrection d'une immense quantité de faune et de flore, abolie de la surface du globe, ne serait-elle pas comme une sorte de symbole vivant de la résurrection d'un Sauveurmort il y a deux mille ans?

Cela ne suffirait-il pas à annoncer au monde, urbi et orbi,que l'idée même de résurrection n'est pas morte, mais à nouveau bien vivante?

Non cela ne suffirait pas, doit-on arguer avec regret.

Comment mettre en balance la résurrection de seulement la moitié de la biodiversité terrestre avec celle du seul Messie universel?

Les enchères montent, on le voit.

Si Jung dit vrai, l'Humanité dans sa majorité ne peutplus croire au mythe même du salut et de la résurrection (tel qu'incarné par le Christ, dans l'Histoire, il y a deux mille ans).

Pourquoi? Parce que ce Messie-là semble trop daté, trop local, trop galiléen, trop nazaréen même.

Le récit de ce Messie-làne vit plus comme auparavant.

Pourquoi? On ne sait. L'esprit du temps "a changé".

Et ce n'est pas lesrécitsde l'agonie de la faune et de la flore mondiales, aussi émouvantssoit-ils, qui sauront"convertir"des esprits privés de toute perspective cosmique, et plus encore de vision eschatologique,à l'appel d'un mythe chrétien "rénové".

Dans le meilleur des cas, le sauvetage et la résurrection (momentanée?) de la moitié ou même des neuf dixièmes de l'Anthropocène ne sauraient jamais être qu'un bip bref sur le radar des tempslongs.

Nous ne vivons plus dans la Judée romaine. Il faudrait, pour être audible aujourd'hui, un peu plus que la multiplication de quelques pains, la marche sur des eaux calmées ou la résurrection de deux ou trois comateux, à peine revenus de leurs E.M.I.; il faudrait même beaucoup plus que la résurrection (adaptée à l'esprit du temps) d'un Fils de l'Homme, un Fils de Dieu,à la fois descendu aux Enfers et monté aux Cieux.

Après une saison 1, qui se termine en apparence avec une audience en forte baisse, la saison 2 du christianisme, si l'on veut qu'elle attire unpublic résolument planétaire, doit repartir sur des bases surprenantes pour l'imagination et fascinantes pour l'intelligence.

La raison et la foi doivent être réellement bouleversées, saisies, pétrifiéesde stupeur, puis transportées d'"enthousiasme" par les perspectives nouvelles qui veulent s'ouvrir, qui doivent s'ouvrir.

Il faut donc changer de mots, changer de mondes, changer d'époques, et changer de noms.

La petite Galilée doit désormais prendre la place même des Galaxies et des Mondes.

Le Charpentier ressuscité doit pouvoir équarrir les trous noirs,raboter les constantes universelles et balayer l'énergie sombre, comme une simple sciure cosmique.

Le Messie jadis mort doit maintenant vraiment revivredevant nous,et d'un seul coup déchirer tous les voiles, les voiles de tous les Temples,de tous les Âges, et de tous les esprits, danstous les temps, que ce soit au fin fond des super-amas galactiques, comme au cœur des quarks.

Vaste programme.

iLettre de C.G. Jung au Pasteur Tanner Kronbühl (12 février 1959). In C.G. Jung. Le divin dans l'homme. 1999. p.136

ii1 Co 1,23

iiiLettre de C.G. Jung au Pasteur Tanner Kronbühl (12 février 1959). In C.G. Jung. Le divin dans l'homme. 1999. p.135

ivL’École de Copenhague, menée par Niels Bohr, met en scène le rôle intrinsèque de "l'observateur" dans la définition expérimentale de la "réalité" observée.

vLettre de C.G. Jung au Pasteur Tanner Kronbühl (12 février 1959). In C.G. Jung. Le divin dans l'homme. 1999. p.135

viLettre de C.G. Jung au Révérend David Cox (12 Novembre 1957). In C.G. Jung. Le divin dans l'homme. 1999. p.128

viiLettre de C.G. Jung au Révérend David Cox (25 Septembre 1957). In C.G. Jung. Le divin dans l'homme. 1999. p.126

samedi 29 juin 2019

"Je suis tombé dans le mystère" (Jung)

Jung affirme qu’il existe dans l’âme des choses qui ne sont pas faites par le moi, mais qui se font d’elles-mêmes et qui ont leur vie propre.i

"Tous mes écrits me furent imposés de l’intérieur. Ils naquirent sous la pression d’un destin. Ce que j’ai écrit m’a fondu dessus, du dedans de moi-même. J’ai prêté parole à l’esprit qui m’agitait".ii

"En moi il y avait un daimon qui, en dernier ressort, a emporté la décision. Il me dominait, me dépassait".iii

"J’ai fait l’expérience vivante que je devais abandonner l’idée de la souveraineté du moi. De fait, notre vie, jour après jour, dépasse de beaucoup les limites de notre conscience, et sans que nous le sachions, la vie de l’inconscient accompagne notre existence".iv

L’inconscient est illimité, et il "dépasse" le conscient, qui lui reste nécessairement limité.

L’inconscient est illimité parce qu'il est un processus. Les rapports du moi à l’égard de l’inconscient et de ses contenus déclenchent une série d'évolutions, une métamorphose de la psyché, v une métanoïavi, littéralement une 'conversion', un 'changement d'esprit'.

Seul l'inconscient est vraiment réel, -- et le moi conscient manque de réalité, il est une sorte d'illusion.

"Notre existence inconsciente est l’existence réelle, et notre monde conscient est une espèce d’illusion ou une réalité apparente fabriquée en vue d’un certain but."vii

Le mot 'inconscient' est un mot qui relève de la psychologie des profondeurs, mais ce qui importe c'est la 'réalité' que ce mot recouvre. Et notre compréhension de la réalité de l' 'inconscient' change tout-à-fait d'échelle simplement par la magie d'une appellation 'mythique', si on l'appelle 'Dieu' par exemple.

"Je préfère le terme d’ ‘inconscient’ en sachant parfaitement que je pourrais aussi bien parler de ‘Dieu’ ou de ‘démon’, si je voulais m’exprimer de façon mythique."viii

Si notre 'inconscient', traduit dans la langue des 'mythes' est 'Dieu' même, ce n'est pas l'idée de 'Dieu' qui s'en trouve diminuée, c'est bien plutôt la nature de notre 'inconscient' qui s'en trouve soudainement élevée à une hauteur prodigieuse.

Alors nous prenons conscience que notre 'inconscient' est comme 'Dieu' en nous. Et la vie de 'Dieu' en nous est aussi la vie (divine) du 'mythe' en nous. Et "seul un être mythique peut dépasser l’homme".ix

"Ce n’est pas ‘Dieu’ qui est un mythe mais le mythe qui est la révélation d’une vie divine dans l’homme. Ce n’est pas nous qui inventons le mythe, c’est lui qui nous parle comme ‘Verbe de Dieu’.x"

Jung est un "psychologue", et la science nouvelle qu'il a contribué à façonner, d'abord en compagnie de Freud, puis en s'éloignant de ce dernier, lui apporté gloire, fortune et reconnaissance.

Pourtant , de son aveu même, la psychologie n'est qu'une simple préparation au mystère.

La psychologie ne peut jamais fournir des méthodes pour une première approche.

Tout ce qu'il importe vraiment de reconnaître reste inaccessible à la science de la 'psyché'.

"La psyché ne peut s’élancer au-delà d’elle-même (...)

Nous ne sommes pas en état de voir par-delà la psyché.

Quoi qu’elle exprime sur elle-même, elle ne pourra jamais se dépasser. (…)

Nous sommes désespérément enfermés dans un monde uniquement psychique. Pourtant nous avons assez de motifs pour supposer existant, par-delà ce voile, l’objet absolu mais incompris qui nous conditionne et nous influence.xi"

Il faut reconnaître les limites qui entourent la 'psyché' de toutes parts, si l'on veut réellement tenter de lever le voile.

Lever le 'voile', vraiment? Est-ce seulement possible?

Oui cela l'est.

C'est dans son Livre rouge que Jung révèle ce qu'il a pu, pour sa propre part, dévoiler, jusqu'où il a pu cheminer par-delà le voile.

Mais il s'agit là d'une tout autre histoire.

Je ne peux ici que l'introduire brièvement:

"J'ai, encore et toujours, accompli mon vouloir aussi bien que je le pouvais. Et ainsi j'ai assouvi tout ce qui était aspiration en moi. A la fin, j'ai trouvé que dans tout cela je me voulais moi-même, mais sans me chercher moi-même. C'est pourquoi je ne voulus plus me chercher en dehors de moi, mais en moi. Puis je voulus me saisir moi-même, et ensuite je voulus encore davantage, sans savoir ce que je voulais, et ainsi je tombai dans le mystère."xii

Jung, "tombé dans le mystère"? Est-ce donc un abîme, un gouffre sans fond?

D'autres que Jung se sont aussi lancés à la poursuite du "mystère", avec un tout autre résultat, et ce qu'ils en racontent ne peut se résumer à la métaphore de la "chute".

iC.G. Jung. Ma vie, Gallimard, 1973, p. 293

iiC.G. Jung.Ma vie, Gallimard, 1973, p.355

iiiC.G. Jung. Ma vie, Gallimard, 1973, p. 560

ivC.G. Jung. Ma vie, Gallimard, 1973, p.474

vC.G. Jung.Ma vie, Gallimard, 1973, p. 335

viIbid. p.515. Le mot métanoïa est composé de la préposition μετά (ce qui dépasse, englobe, met au-dessus) et du verbe νοέω (percevoir, penser), et signifie une 'métamorphose' de la pensée. Il désigne une transformation complète de la personne, comparable à celle qui se passe à l’intérieur d’une chrysalide.

viiC.G. Jung.Ma vie, Gallimard, 1973, p. 509

viiiC.G. Jung.Ma vie, Gallimard, 1973, p. 528

ixC.G. Jung.Ma vie, Gallimard, 1973, p. 26

xC.G. Jung.Ma vie, Gallimard, 1973, p. 534

xiC.G. Jung.Ma vie, Gallimard, 1973, p. 550-552

xiiC.G. Jung. Le Livre Rouge. Ed. L'Iconoclaste/ La compagnie du Livre rouge. Paris. 2012. p. 229

vendredi 28 juin 2019

Pourquoi un Dieu "exterminateur"?

"Le Seigneur a envoyé la mort sur Jacob et elle est venue sur Israël."

C'est Isaïe 9, 7 qui annonce cette très mauvaise nouvelle.

La mort, vraiment? Sur Jacob? Et sur Israël? Et c'est le Seigneur Lui-même qui l'a "envoyée"?

C'est bien le mot "mort" qui est employée dans la fameuse traduction des Septante, établie vers 270 av. J.-C. à Alexandrie, à la demande de Ptolémée II. La Septante (notée LXX) emploie en effet le mot θάνατον, thanaton, qui signifie "mort", sans doute possible.

Mais dans d'autres traductions, dédaignant cette leçon catastrophiste de la LXX, le verset d'Isaïe est traduit plus neutralement par "parole".

La Bible de Jérusalem donne ainsi: "Le Seigneur a jeté une parole en Jacob, elle est tombée en Israël."

Dans la version originale, l'hébreu utilise le mot דָּבָר , davar, dont le sens premier est "parole, mot".

Mais en effet, le dictionnaire nous apprend aussi que ce même mot, דָּבָר , davar, peut signifier "peste" ou "mort", comme dans Exode 9,3: "Une très forte peste" ou "une peste très meurtrière". Ici, la LXX donne θάνατος μέγας, "une grande mort". Dans Osée 13,14 le mot davar signifie "les pestes".

Si le substantif דָּבָר , davar, porte cette étonnante dualité de sens, le verbe דָּבַר, davara, la confirme en y ajoutant une nuance de démesure. Davara signifie "parler, dire; dire du mal, parler contre", mais aussi "détruire, exterminer".

Tout se passe comme si la sphère du "parler" et du "dire", était d'emblée grosse de menaces ou d'agressions (verbales), comme dans Nb 12,1 ("Miriam et Aaron parlèrent contre Moïse") ou dans Ps 78,19 ("Ils parlèrent contre Dieu"), mais comme si elle était toujours lourde d'un potentiel, fatal et mortifère passage à l'acte, comme dans II Chr 22,10 ("Elle extermina toute la race royale") ou dans Ps 2,5 ("Dans sa colère, il détruira leurs puissants").

Davar. Parole, Mot. Mort, Extermination.

Une telle ambivalence, si radicale, implique que l'on ne peut réellement trancher la compréhension du sens, effectuer le choix entre les acceptions "parole "et "extermination", qu'en analysant le contexte plus large dans lequel le mot est employé

Par exemple, dans le cas du verset d'Isaïe: "Le Seigneur a envoyé la mort sur Jacob et elle est venue sur Israël", il est important de souligner que le prophète continue un peu plus loin à proférer de terribles prédictions, plus sombres encore:

"L’Éternel élèvera contre eux les ennemis de Retsin. Et il armera leurs ennemis. Aram à l'orient, les Philistins à l'occident, et ils dévoreront Israël à pleine bouche." (Isaïe 9, 10-11)

"Aussi YHVH a retranché d'Israël tête et queue, palme et jonc, en un jour." (Isaïe 9,13)

"Par l'emportement de YHVH Sabaot la terre a été brûlée et le peuple est comme la proie du feu." (Isaïe 9, 18)

Le contexte, clairement, donne ici du poids à une interprétation de davar comme "mort" et "extermination", et non comme simple "parole".i

La leçon de la LXX paraît correcte.

Une autre question se pose alors.

Est-ce que cette parole "exterminatrice" citée par Isaïe est unique en son genre?

Un autre prophète, Ézéchiel, a lui aussi rapporté de terribles menaces proférées par Dieu contre Israël.

"Je ferai de toi une ruine, un objet de raillerie parmi les nations qui t'entourent, aux yeux de tous les passants." (Ez 5,14)

"J'agirai chez toi comme jamais je n'ai agi et comme je n'agirai plus jamais, à cause de toutes tes abominations." (Ez 5,9)

"Tu seras un objet de railleries et d'outrages, un exemple et un objet de stupeur pour les nations qui t'entourent, lorsque de toi je fera justice avec colère et fureur, avec des châtiments furieux. Moi, YHVH, j'ai dit." (Ez 5,15)

"Et je mettrai les cadavres des Israélites devant leurs ordures, et je disperserai leurs ossements tout autour de vos autels. Partout où vous habitez, les villes seront détruites et les hauts lieux dévastés." (Ez 6,5)

On retrouve chez Ézéchiel le mot davar employé dans le sens de "peste":

"Ainsi parle le Seigneur YHVH: bats des mains, frappe du pied et dis: 'Hélas!' sur toutes les abominations de la maison d'Israël qui va tomber par l'épée, par la famine et par la peste (davar). Celui qui est loin mourra par la peste (davar). Celui qui est proche tombera sous le glaive. Ce qui aura été préservé et épargné mourra de faim car j'assouvirai ma fureur contre eux." (Ez 6,11-12)

Dieu ne plaisante pas. Cette peste n'est pas "seulement" un fléau de plus. C'est la perspective d'une extermination, d'une annihilation, de la fin finale.

"Ainsi parle le Seigneur YHVH à la terre d'Israël: Fini! La fin vient sur les quatre coins du pays. C'est maintenant la fin pour toi. Je vais lâcher ma colère contre toi pour te juger selon ta conduite. (...) Ainsi parle le Seigneur YHVH: Voici que vient un malheur, un seul malheur. La fin approche, la fin approche, elle s'éveille en ta direction, la voici qui vient." (Ez 7, 2-5)

Devant cette accumulation de menaces d'extermination du peuple d'Israël proférées par le Seigneur YHVH, une question plus profonde encore se pose.

Pourquoi un Dieu créateur des mondes, ayant "élu" Israël, décide-t-il de lui envoyer la "mort", menaçant de lui assurer la "fin" ?

C'est une question de simple logique qui se pose, d'abord.

Pourquoi un Dieu omnipotent et omniscient crée-t-il un monde et des peuples qui lui semblent, après coup, si mauvais, si pervers, si corrompus, qu'il décide alors de les exterminer?

Si Dieu est omniscient, il aurait dû toujours déjà avoir su que sa création finirait par provoquer sa fureur inextinguible, n'est-ce pas?

S'il est omnipotent, pourquoi n'a-t-il pas d'emblée fait d'Israël un peuple suffisamment satisfaisant, à ses yeux, pour au moins lui éviter la peine de devoir lui envoyer, quelque siècles plus tard, la mort et l'extermination?

Il s'agit là d'une question qui dépasse en fait la question du rapport entre Dieu et Israël, mais qui touche au problème plus vaste du rapport entre Dieu et sa Création.

Pourquoi un Dieu "créateur" est-il aussi amené à devenir, après coup, un Dieu "exterminateur".

Il y a seulement deux réponses possibles.

Soit Dieu est effectivement omniscient et omnipotent, et alors il est nécessairement aussi cruel et pervers, ainsi que le révèle son intention d'exterminer un peuple qu'il a (sciemment) créé "mauvais" et "corrompu", afin de pouvoir ensuite l' "exterminer".

Soit Dieu n'est pas omniscient et il n'est pas omnipotent. Il a fait, en créant le monde, une sorte de "sacrifice", le sacrifice de son omnipotence et son omniscience.

Il a fait ce sacrifice pour élever ses créatures à son niveau, en leur donnant la liberté, une liberté telle qu'elle échappe d'une certaine et étrange façon, à la "science" et à la connaissance" divines.

Notons que c'était déjà, là aussi, l'intuition profonde du Véda telle que représentée par le sacrifice de Prajāpati, le Dieu suprême, le Seigneur des Créatures.

Mais pourquoi un Dieu suprême, créateur des Mondes, décide-t-il de sacrifier son omnipotence et son omniscience, pour des créatures qui, on le voit, finissent par se conduire de telle manière que ce Dieu suprême, étant en quelque sorte retombé sur terre, doive se résoudre à leur envoyer ensuite la "mort" et leur promettre la "fin"?

Il y a une seule explication, à mon humble avis.

C'est que l'ensemble [Dieu + Cosmos + Humanité] est d'une manière mystérieuse, plus profonde, et en un sens infiniment plus "divine" que la "divinité d'un Dieu tout court, d'un Dieu "seul".

Seul le sacrifice de Dieu, le sacrifice du Dieu "seul", malgré tous les risques abondamment décrits par Isaïe ou Ézéchiel, rend possible une "augmentation" de sa propre divinité, lorsqu'il la partage avec sa Création, et lorsqu'il y ajoute les puissances propres du Monde et de l'Homme.

Cette piste de recherche est fascinante. Elle implique que nous avons une responsabilité quasi-divine à propos de l'avenir du monde, et pour commencer, à propos de l'avenir de cette petite planète.

iIl est instructif de noter que ce débat sur le sens à donner à davar dans ce verset a fait couler des flots d'encre. Théodoret de Cyr note: "Il faut savoir que les autres interprètes ont dit que c'est une "parole" et non la "mort" qui a été envoyée. Néanmoins leur interprétation n'offre pas de désaccord:ils ont donné le nom de "parole" à la décision de châtier. " Basile adopte λόγον ("parole"), et propose une autre interprétation que Théodoret: il s'agirait du Verbe divin envoyé aux plus démunis, symbolisés par Jacob. Cyrille donne aussi λόγον,mais aboutit à la même conculsion que Théodoret: la "parole" comme annonce du châtiment. Cf.Théodoret de Cyr , Commentaires sur Isaïe. Trad. Jean-Noël Guinot. Ed. Cerf. 1982, p.13

lundi 24 juin 2019

L'humanisme est-il dépassé?

En 1999, Peter Sloterdijk prononçaune conférence intitulée « Règles pour le parc humain », qui se voulait une réponseà lafameuseLettre sur l’humanisme, deHeideggeri.

Ily annoncecomme inévitable"la réforme des qualités de l’espèce humaine" et la fin de "l’ère de l’humanisme", suite auxprogrès de la science génétique et desbiotechnologies.

Selon lui,l’avenir de l’humanité est menacé parles tendances actuelles,« qu’il s’agisse de brutalité guerrière ou de l’abêtissement quotidien de l’homme parles médias ».ii

Il affirme que l’idéologie humaniste est obsolète. C'est d'ailleurs Heidegger qui a porté les premiers coupscontre elle:« Il caractérise l’humanisme – qu’il soit antique, chrétien ou des Lumières – comme l’agent de la non-pensée depuis deux mille ans. Heidegger explique que l’humanisme n’a pas visé suffisamment haut. »iii

Lamétaphysique européenne avaitdéfinil’homme commeanimal rationale. Mais, selon Heidegger,la différence décisive entre l’homme et l’animal n’est pas la raison, c'est le langage,."Le langage est la maison de l’Être en laquelle l’homme habite et de la sorte 'ek-siste'..." Il en ressort que "ce qui est essentiel, ce n’est pas l’homme, mais l’Être comme dimension de l’extatique de l’ek-sistence. "Ledevoir del’homme, c’est d’habiter le langage, afin d’ek-sisteret dans cette ek-stase, trouver la vérité del’Être...

Mais le problème, avertit Sloterdijk, c'est quepour cette ek-stasesoit possible,«Heidegger exige un homme plus domestiqué.(...) En définissant l’homme comme gardien et voisin de l’Être, il lui impose un recueillement radical, etune réflexion qui exige d’avantage de calme et de placidité que l’éducation la plus complète ne pourrait le faire. »iv

Or on sait maintenant quel’homme ‘humaniste’, ‘domestiqué’, a étéhistoriquement le complice objectif de toutes les horreurs commises pour le bien-être de l’humanité.« L’humanisme est le complice naturel de toute horreur commise sous le prétexte du bien-être de l’humanité. Dans ce combat de titans tragique entre le bolchévisme, le fascisme et l’américanisme au milieu du siècle s’étaient affrontées – selon l’opinion de Heidegger – trois variantes de la même violence anthropocentrique, trois candidats pour un règne mondial enjolivé par des idéaux humanitaires. Le fascisme s’est singularisé en démontrant plus ouvertement son mépris des valeurs inhibantes que sont la paix et l’éducation. »v

La domestication renvoie à la très ancienne aventurede l’hominisationpar laquelle les hommes, dès l’origine, se rassemblent pour former une société. Pendant lalongue préhistoire humaine est apparueune nouvelle espèce de créatures « nées trop tôt »,imparfaites, mais perfectibles.

Lefœtus humainnaît dans un étatd’immaturité et de fragilité durable. Le nouveau-né est à la merci de son environnement humain, pendant de nombreuses années. Dès la naissance, il doit apprendre à ne pas cesser d’apprendre, à ne pas cesser de ‘dépasser sa nature’ en la ‘domestiquant’.

Il n’est jamais ‘naturellement’ dansun‘environnement naturel’. Créature indéfinie, iléchappe à toute définitionnaturelle, maisil gagne en revanchel’accès à une culture, au langage, au monde humain.

La naissance humaine est une première ek-stase’, unpremier ‘dépassement’ de la nature dansle monde humain, que Sloterdijk appelle une "hyper-naissance qui fait du nouveau-né un habitant du monde."

L’homme naît aumonde, et lui est ‘exposé’; alorsil entre aussitôt dansunebulle de "domestication".

Sloterdijk s’élève contre cettedomestication, cetapprivoisement, cedomptage, cedressage, cetteéducation, et en général contre « l’humanisme ». Ilreprendles thèses de Nietzsche, en faveur d’un « super-humanisme » qui doit dépasser l'humanisme'domestiqué'.

« Nietzsche, qui a étudié Darwin et Paul avec la même attention, perçoit, derrière l’horizon serein de la domestication scolaire de l’homme, un second horizon, plus sombre.»

« Nietzsche postule ici le conflit de base pour l’avenir : la lutte entre petits et grands éleveurs de l’homme – que l’on pourrait également définir comme la lutte entre humanistes et super-humanistes, entre amis de l’homme et amis du surhomme.»

De même que la généralisation de l’alphabétisationet de la culture lettrée ontcréé"entre lettrés et illettrés un fossé si infranchissable qu’il en faisait presque des espèces différentes", de même le futur ‘super-humanisme’ fera de même, à travers de nouvelles formes de ‘domestication’.

L’avenir de l’espèce humaine se jouera, dans ce "super-humanisme".

«  Qu’il soit bien clair que les prochaines longues périodes seront pour l’humanité celles des décisions politiques concernant l’espèce. Ce qui se décidera, c’est si l’humanité ou ses principales parties seront capables d’introduire des procédures efficaces d’auto-apprivoisement. (…) Il faut savoir si le développement va conduire à une réforme génétique de l’espèce ; si l’anthropo-technologie du futur ira jusqu’à une planification explicite des caractères génétiques ; si l’humanité dans son entier sera capable de passer du fatalisme de la naissance à la naissance choisie et à la sélection pré-natale. »vi

Toutes ces questions sont radicales,insurmontables, impossibles à résoudre par l’humanismeclassique, mais elles restent inévitables pour le futur « super-humanisme » qui devradépasserl’« humanisme » obsolète.

Sloterdijk pense déjà à l'organisation politique de la future"super-humanité."Il s’agit de créer un"zoo humain", des "parcs humains", dans le cadre d'un projet "zoo-politique". Zoo, parc, camp, -- ou goulag?

Il est parfaitement conscientde l'énormité de l'enjeu: « Le lecteur moderne qui tourne son regard tout à fois vers l’éducation humaniste de l’époque bourgeoise, vers l’eugénisme fasciste, et vers l’avenir biotechnologique, reconnaît inévitablement le caractère explosif de ces réflexions ».

Mais il n'est plus temps de reculer. L’homme politique doit devenirun « véritable éleveur », dont « l’action consciente le rapproche davantage des Dieux que des créatures confuses placées sous sa protection. » Le devoir de ce seigneur « sur-humaniste » sera « la planification des caractéristiques de l’élite, que l’on devrait reproduire par respect pour le tout. »

Le « sur-humanisme » sera seul capable d’apprivoiser le « parc humain ». – prenant appui sur le potentiel des biotechnologies et des manipulations génétiques, et nonobstant l’obsolescence de l’humanisme chrétien ou celui des lumières.

On sait que Heidegger n'a plus bonne presse aujourd'hui. Mais reconnaissons au moins que, à la différence de Sloterdijk, il ne voulait pas d'un tel ‘sur-humanisme’ ou d'un tel ‘trans-humanisme’, il aspiraità un humanisme qui vise « suffisamment haut ».viiHeidegger donnait cette définition de l'humanisme: "L’humanisme consiste en ceci: réfléchir et veiller à ce que l’homme soit humain et non in-humain, « barbare », c’est-à-dire hors de son essence. Or en quoi consiste l’humanité de l’homme ?"viii

A cette question, Heideggerrépond de façonquasi-mystique:« L’essence extatique de l’homme repose dans l’ek-sistence. »ix

Nouvelle question: qu'est-ce que l'ek-sistence? « Ek-sistence signifie ek-stase[Hinaus-stehen] en vue de la vérité de l’Être.»x

Mais quelle estlavérité del’Être? Un jeu de mots, seul possible dans la langue allemande, met sur la piste.Heidegger explique:« Il est dit dans Sein und Zeit‘il y a l’Être’ ; « es gibt » das Sein. Cet ‘il y a ‘ ne traduit pas exactement « es gibt ». Car le « es » (ce) qui ici « gibt » (donne) est l’Être lui-même. Le « gibt » (donne) désigne toutefois l’essence de l’Être, essence qui donne, qui accorde sa vérité. Le don de soi [das Sichgeben] dans l’ouvert au moyen de cet ouvert est l’Être même. »xi

L’essence de l’Être est de se dépasseren s’ouvrant, en se ‘donnant’…« L’Être est essentiellement au-delà de tout étant.(…)L’Être se découvre en un dépassement (Uebersteigen) et en tant que ce dépassement. »xii

Pour découvrir l’Être, l’homme doitse dépasser, ek-sister. « L’homme est, et il est homme, pour autant qu’il est l’ek-sistant. Il se tient en extaseen direction de l’ouverture de l’Être, ouverture qui est l’Être lui-même’.»xiii

L'avenir choisira peut-être une autre voie, entre lezoo humainde Sloterdijket l'ek-sistence de Heidegger.

Dans un prochain billet, je me propose d'explorer plusieursautres voies ...

iLettre sur l’humanisme, adressée parHeidegger à Jean Beauffret en 1946.CetteLettrefut conçue aussicomme une réponse à l’ouvrage de Sartre, L'existentialisme est un humanisme(1946).

iiPeter Sloterdijk. Règles pour le parc humain, 1999. Trad.fr. Mille et une nuits, 2000.

iiiPeter Sloterdijk. Règles pour le parc humain, 1999. Trad.fr. Mille et une nuits, 2000.

ivPeter Sloterdijk. Règles pour le parc humain, 1999. Trad.fr. Mille et une nuits, 2000.

vIbid.

viIbid.

vii« Les plus hautes déterminations humanistes de l’essence de l’homme n’expérimentent pas encore la dignité propre de l’homme. En ce sens, la pensée qui s’exprime dans Sein und Zeitest contre l’humanisme. Mais cette opposition ne signifie pas qu’une telle pensée s’oriente à l’opposé de l’humain, plaide pour l’inhumain, défende la barbarie et rabaisse la dignité de l’homme. Si l’on pense contre l’humanisme, c’est parce que l’humanisme ne situe pas assez haut l’humanitas de l’homme. »Martin Heidegger. Lettre sur l’humanisme. Trad. Roger Munier. Aubier, Paris, 1983, p. 75

viii Martin Heidegger. Lettre sur l’humanisme. Trad. Roger Munier. Aubier, Paris, 1983, p. 45

ixMartin Heidegger. Lettre sur l’humanisme. Trad. Roger Munier. Aubier, Paris, 1983, p. 61

xMartin Heidegger. Lettre sur l’humanisme. Trad. Roger Munier. Aubier, Paris, 1983, p. 65

xiMartin Heidegger. Lettre sur l’humanisme. Trad. Roger Munier. Aubier, Paris, 1983, p. 87

xiiMartin Heidegger. Lettre sur l’humanisme. Trad. Roger Munier. Aubier, Paris, 1983, p. 95

xiiiMartin Heidegger. Lettre sur l’humanisme. Trad. Roger Munier. Aubier, Paris, 1983, p. 131

samedi 22 juin 2019

Dépasser l'humanisme?

En 1999, Peter Sloterdijk prononça  une conférence intitulée « Règles pour le parc humain », qui se voulait une réponse à lafameuse  Lettre sur l’humanisme, de  Heideggeri.

Il y annonce  comme inévitable"la réforme des qualités de l’espèce humaine" et la fin de "l’ère de l’humanisme", suite auxprogrès de la science génétique et desbiotechnologies.

Selon lui,l’avenir de l’humanité est menacé parles tendances actuelles,« qu’il s’agisse de brutalité guerrière ou de l’abêtissement quotidien de l’homme parles médias ».ii

Il affirme que l’idéologie humaniste est obsolète. C'est Heidegger qui a porté les premiers coups. « Il caractérise l’humanisme – qu’il soit antique, chrétien ou des Lumières – comme l’agent de la non-pensée depuis deux mille ans. 

Heidegger explique que l’humanisme n’a pas visé suffisamment haut. »iii

Lamétaphysique européenne avait définil’homme comme  animal rationale. Mais la différence décisive entre l’homme et l’animal n’est pas la raison, c'est le langage, assure Heidegger."Le langage est la maison de l’Être en laquelle l’homme habite et de la sorte 'ek-siste'..." Il en ressort que "ce qui est essentiel, ce n’est pas l’homme, mais l’Être comme dimension de l’extatique de l’ek-sistence. "Ledevoir del’homme, c’est d’habiter le langage, afin d’ek-sisteret dans cette ek-stase, trouver la vérité del’Être...

Mais le problème, avertit Sloterdijk, c'est que pour cette ek-stase  soit possible,«Heidegger exige un homme plus domestiqué.(...) En définissant l’homme comme gardien et voisin de l’Être, il lui impose un recueillement radical, etune réflexion qui exige d’avantage de calme et de placidité que l’éducation la plus complète ne pourrait le faire. »iv

Or on sait maintenant quel’homme ‘humaniste’, ‘domestiqué’, a été  historiquement le complice objectif de toutes les horreurs commises pour le bien-être de l’humanité.« L’humanisme est le complice naturel de toute horreur commise sous le prétexte du bien-être de l’humanité. Dans ce combat de titans tragique entre le bolchévisme, le fascisme et l’américanisme au milieu du siècle s’étaient affrontées – selon l’opinion de Heidegger – trois variantes de la même violence anthropocentrique, trois candidats pour un règne mondial enjolivé par des idéaux humanitaires. Le fascisme s’est singularisé en démontrant plus ouvertement son mépris des valeurs inhibantes que sont la paix et l’éducation. »v

La domestication renvoie à la très ancienne aventurede l’hominisation  par laquelle les hommes, dès l’origine, se rassemblent pour former une société. Pendant lalongue préhistoire humaine est apparue  une nouvelle espèce de créatures « nées trop tôt »,imparfaites, mais perfectibles.

Lefœtus humain  naît dans un étatd’immaturité et de fragilité durable. Le nouveau-né est à la merci de son environnement humain, pendant de nombreuses années. Dès la naissance, il doit apprendre à ne pas cesser d’apprendre, à ne pas cesser de ‘dépasser sa nature’ en la ‘domestiquant’.

Il n’est jamais ‘naturellement’ dans  un‘environnement naturel’. Créature indéfinie, iléchappe à toute définitionnaturelle, maisil gagne en revanche  l’accès à une culture, au langage, au monde humain.

La naissance humaine est une première ek-stase’, unpremier ‘dépassement’ de la nature dansle monde humain, que Sloterdijk appelle une "hyper-naissance qui fait du nouveau-né un habitant du monde."

L’homme naît aumonde, lui est ‘exposé’, et il entre aussitôt dans  unebulle de "domestication".

Sloterdijk s’élève contre cettedomestication, cetapprivoisement, cedomptage, cedressage, cetteéducation, et en général contre « l’humanisme ». Il  reprend  les thèses de Nietzsche, en faveur d’un « super-humanisme » qui doit dépasser l'humanisme'domestiqué'.

« Nietzsche, qui a étudié Darwin et Paul avec la même attention, perçoit, derrière l’horizon serein de la domestication scolaire de l’homme, un second horizon, plus sombre.»

« Nietzsche postule ici le conflit de base pour l’avenir : la lutte entre petits et grands éleveurs de l’homme – que l’on pourrait également définir comme la lutte entre humanistes et super-humanistes, entre amis de l’homme et amis du surhomme.»

La généralisation de l’alphabétisationet la culture lettrée avaientcréé"entre lettrés et illettrés un fossé si infranchissable qu’il en faisait presque des espèces différentes."

Le futur ‘super-humanisme’ fera de même, à travers de nouvelles formes de ‘domestication’.L’avenir de l’espèce humaine se joue là.

«  Qu’il soit bien clair que les prochaines longues périodes seront pour l’humanité celles des décisions politiques concernant l’espèce. Ce qui se décidera, c’est si l’humanité ou ses principales parties seront capables d’introduire des procédures efficaces d’auto-apprivoisement. (…) Il faut savoir si le développement va conduire à une réforme génétique de l’espèce ; si l’anthropo-technologie du futur ira jusqu’à une planification explicite des caractères génétiques ; si l’humanité dans son entier sera capable de passer du fatalisme de la naissance à la naissance choisie et à la sélection pré-natale. »vi

Ce sont des questions radicales,insurmontables, impossibles à résoudre par l’humanisme, mais inévitables pour le futur « super-humanisme » qui va  dépasserl’« humanisme » obsolète.

Sloterdijk pense déjà à l'organisation politique de la futuresuper-humanité. Il s’agit de créer un"zoo humain", des "parcs humains", dans le cadre d'un projet "zoo-politique". Zoo, parc, camp, -- ou goulag?

Sloterdijkest conscient de l'enjeu: « Le lecteur moderne qui tourne son regard tout à fois vers l’éducation humaniste de l’époque bourgeoise, vers l’eugénisme fasciste, et vers l’avenir biotechnologique, reconnaît inévitablement le caractère explosif de ces réflexions ».

L’homme politique doit devenirun « véritable éleveur », dont « l’action consciente le rapproche davantage des Dieux que des créatures confuses placées sous sa protection. » Le devoir de ce seigneur « sur-humaniste » sera « la planification des caractéristiques de l’élite, que l’on devrait reproduire par respect pour le tout. »

Le « sur-humanisme » sera seul capable d’apprivoiser le « parc humain ». – prenant appui sur le potentiel des biotechnologies et des manipulations génétiques, et nonobstant l’obsolescence de l’humanisme chrétien ou celui des lumières.

Heidegger n'a plus bonne presse aujourd'hui. Mais reconnaissons qu'il ne voulait pas un tel ‘sur-humanisme’ ou un ‘trans-humanisme’, il aspirait  à un humanisme qui vise « suffisamment haut ».vii"L’humanisme consiste en ceci: réfléchir et veiller à ce que l’homme soit humain et non in-humain, « barbare », c’est-à-dire hors de son essence. Or en quoi consiste l’humanité de l’homme ?"viii

La réponse de Heideggerest quasi-mystique:« L’essence extatique de l’homme repose dans l’ek-sistence. »ix « Ek-sistence signifie ek-stase[Hinaus-stehen] en vue de la vérité de l’Être.»x

Et quelle est  lavérité del’Être? Un jeu de mots, seul possible dans la langue allemande, met sur la piste.Heidegger explique:« Il est dit dans Sein und Zeit‘il y a l’Être’ ; « es gibt » das Sein. Cet ‘il y a ‘ ne traduit pas exactement « es gibt ». Car le « es » (ce) qui ici « gibt » (donne) est l’Être lui-même. Le « gibt » (donne) désigne toutefois l’essence de l’Être, essence qui donne, qui accorde sa vérité. Le don de soi [das Sichgeben] dans l’ouvert au moyen de cet ouvert est l’Être même. »xi

L’essence de l’Être est de se dépasseren s’ouvrant, en se ‘donnant’…« L’Être est essentiellement au-delà de tout étant.(…)L’Être se découvre en un dépassement (Uebersteigen) et en tant que ce dépassement. »xii

Pour découvrir l’Être, l’homme doitse dépasser, ek-sister. « L’homme est, et il est homme, pour autant qu’il est l’ek-sistant. Il se tient en extaseen direction de l’ouverture de l’Être, ouverture qui est l’Être lui-même’. »xiii

L'avenir choisira peut-être une autre voie, entre le  zoo humainde Sloterdijket l'ek-sistence de Heidegger?

iLettre sur l’humanisme, adressée par Heidegger à Jean Beauffret en 1946.CetteLettrefut conçue aussi comme une réponse à l’ouvrage de Sartre, L'existentialisme est un humanisme(1946).

iiPeter Sloterdijk. Règles pour le parc humain, 1999. Trad.fr. Mille et une nuits, 2000.

iiiPeter Sloterdijk. Règles pour le parc humain, 1999. Trad.fr. Mille et une nuits, 2000.

ivPeter Sloterdijk. Règles pour le parc humain, 1999. Trad.fr. Mille et une nuits, 2000.

vIbid.

viIbid.

vii« Les plus hautes déterminations humanistes de l’essence de l’homme n’expérimentent pas encore la dignité propre de l’homme. En ce sens, la pensée qui s’exprime dans Sein und Zeitest contre l’humanisme. Mais cette opposition ne signifie pas qu’une telle pensée s’oriente à l’opposé de l’humain, plaide pour l’inhumain, défende la barbarie et rabaisse la dignité de l’homme. Si l’on pense contre l’humanisme, c’est parce que l’humanisme ne situe pas assez haut l’humanitas de l’homme. »Martin Heidegger. Lettre sur l’humanisme. Trad. Roger Munier. Aubier, Paris, 1983, p. 75

viii Martin Heidegger. Lettre sur l’humanisme. Trad. Roger Munier. Aubier, Paris, 1983, p. 45

ixMartin Heidegger. Lettre sur l’humanisme. Trad. Roger Munier. Aubier, Paris, 1983, p. 61

xMartin Heidegger. Lettre sur l’humanisme. Trad. Roger Munier. Aubier, Paris, 1983, p. 65

xiMartin Heidegger. Lettre sur l’humanisme. Trad. Roger Munier. Aubier, Paris, 1983, p. 87

xiiMartin Heidegger. Lettre sur l’humanisme. Trad. Roger Munier. Aubier, Paris, 1983, p. 95

xiiiMartin Heidegger. Lettre sur l’humanisme. Trad. Roger Munier. Aubier, Paris, 1983, p. 131

Dépasser l’humain

Le sport de haut niveau incarne uneidée assezrépandue du dépassement de soi. Le champion cherche seslimites, pour les dépasser, et poursurpasser les autres. Il s’impose discipline, fatigues extrêmes, et risques incontrôlés. Il met  sa vie en jeu, quand il use des ressources, de plus en plus puissantes, du dopage. Lesystème politique et médiatique tire avantage du champion sacrificiel, dans un jeu qui le ‘dépasse’souvent. Sa gloire fugace est vite ‘dépassée’ par les progrès sans cesse renouvelés des techniques pharmaco-biologiques et biogénétiques.

Leurdéploiement  ne fait que commencer. Elles‘dépassent’ désormais le seul corps de l’athlète.C’est la définition de l’homme et de ses limites qui est en jeu.

Laprogrammation génétique remet en question l’égalité de nature entre les  hommes  et à plus long terme l’unité de l’espèce humaine.

L’humain augmenté sera plus fort, plus rapide, plus résistant. Il sera plus intelligent, plus habile. Il vivra en excellente santé jusqu’à un âge avancé, il luttera en permanence contre sa propre déchéance, et fera indéfiniment reculer la mort, dépassant toujours davantage les limites de sa finitude.

Organe après organe, fonction après fonction, l'homme se technicise, s’artificialise, se robotise. Sa pensée se nano-matérialise,se neuro-biologise, salgorithmise.

Des individus, des groupes spécifiques, des sociétés entières,chercherontà être« augmentés »de façon différente. On peut conjecturer, dans un avenir peuéloigné, l'apparition  d’une nouvelle espèce,‘sur-humaine’, doté d’un patrimoine génétiqueen constante reprogrammation

Dans son livre  Brief Answers to the Big Questions, Stephen Hawking prédit l’avènement de'super-humains', résultant demanipulationsgénétiques, et de nouvelles espèces,au risquede la destruction dureste de l’humanité, du restenon-augmenté.

"Dès que de tels super-humains apparaîtront, de graves problèmes politiques se poseront avec les humains non-augmentés, mis hors compétition. A leur place, une nouvelle race d'êtres auto-conçus, progressant toujours plus rapidement."

"Nous transcenderons la Terre et apprendrons à vivre dans l'espace." Hawking croit que la mission de l'humanité dans le futur sera de répandre la vie dans la galaxie, comme dans un jardin cosmique...

Le philosopheHans Jonas  conclut quel'hommese trouve désormais en mesure d'user de son art de la fabrication pour se transformer lui-même.

Métaphysique du dépassement

Novalis affirme: «Nous ne devons pas être seulement des hommes. Nous devons être plus que des hommes ». Et il ajoute: « L'acte de se dépasser soi-même est partout l'acte suprême, l'origine, la genèse de la vie. La flamme n'est pas autre chose qu'un tel acte.»i

N'en déplaise à Novalis, la flamme est-elle réellement une bonne métaphore du dépassement? Bien d'autres images pourraient faire l'affaire, ou nous mettre sur d'autres pistes tout aussi valablesa priori. L’étincelle, à sa manière fugitive, ‘dépasse’ le silex inamovible; la chaleur, ambiante, ‘dépasse’ la braise, locale. Le Phoenix, mythique, 'dépasse' la cendre qui lui rend sa vie.

Le verbe 'dépasser', dans ces exemples, a-t-il toujours le même sens?

Par instinct du neuf et de du non-encore-dit, les poètes toujours cherchent à dépassent le sens des mots, ils veulent outrepasser les limites du langage, et celles de l'homme....

Au premier chant du Paradis, Dante invente, pour ce dire, un néologisme: ‘trasumanar’. Pour aussitôt en constater l'opacité...

Trasumanar significar per verba non si poria. ii

Ce que l'on peut traduire littéralement ainsi: "Transhumaniser, par des mots ne se peut signifier".

Un traducteurdu 19ème sièclea aussi proposéun autre néologisme: "Qui pourrait exprimer, par des paroles, cette faculté de transhumaner !"

Une traduction récente opte plus classiquement pour: "Outrepasser l’humain ne se peut signifier par des mots."iii

Aquel 'transhumanisme'Dante fait-il référence
Ilvient d'évoquerla vision dans laquelle il était plongé, en compagnie de Béatrice, -- expériencesi profondequ'il la compare à celle de Glaucus, «quand il goûta l’herbe, qui le fit dans la mer parent des dieux", selonle vers d'Ovide, dans les Métamorphoses

Un commentateur fait le lien entre ce vers de Dante, celui d'Ovide, etl’extase de S. Paul qui a dit aux Corinthiens qu'« il fut ravi jusqu’au troisième ciel ; si ce fut dans ce corps, je ne sais, si ce fut hors de ce corps, je ne sais, Dieu seul le sait.»iv

Sept siècles après Dante, le mot a étérepris par les‘transhumanistes', mais dans un sens et avec des perspectives très différentes.

L'idée générale d'un "dépassement de l'humain " traverse les millénaireset les cultures, avec bien des biais divers.

Dans Les paradis artificiels,Baudelairedécrit "le goût de l’infini"de l'homme.

Il dit"ne supporter la condition humaine qu’en plaçant entre elle et lui l’écran ou le filtre de l’opium", pour "expérimenter l’infini dans le fini"v.

Il emploie, pour la première foispeut-être dans l'histoire de la langue française, l'expression "homme augmenté".

"L'homme a voulu rêver, le rêve gouvernera l'homme. Ils'est ingénié pour introduire artificiellement le surnaturel dans sa vie et dans sa pensée ; mais il n'est, après tout (...) que le même homme augmenté, le même nombre élevé à une très haute puissance. Il est subjugué ; mais, pour son malheur, il ne l'est que par lui-même."

Poussé à outrance, le "goût de l'infini" va vers la croyance en sa propre divinité.

"Personne ne s'étonnera qu'une pensée finale, suprême, jaillisse du cerveau du rêveur : « Je suis devenu Dieu ! », qu'un cri sauvage, ardent, (...) culbute les anges disséminés dans les chemins du ciel : « Je suis un Dieu!»".vi

Rimbaud ouvre une autre piste encore.

« Je est un autre. Si le cuivre s’éveille clairon, il n’y a rien de sa faute. (…) Je dis qu’il faut être voyant, se faire voyant. Le Poète se fait voyant par un long, immense et raisonné dérèglement de tous les sens. (...) Il devient entre tous le grand malade, le grand criminel, le grand maudit, — et le suprême Savant — Car il arrive à l’inconnu ! Puisqu’il a cultivé son âme, déjà riche, plus qu’aucun ! Il arrive à l’inconnu, et quand, affolé, il finirait par perdre l’intelligence de ses visions, il les a vues ! »vii

L'Homme augmenté. L'Homme-Dieu. Le Suprême Savant. Le Voyant...

Les poètes n'y vont pas de main morte!

Plus économe de ses moyens, Henri Michaux, se contente de ressasser le mot 'dépassement'.

« Gestes de dépassement
du dépassement

surtout du dépassement »viii

Les mots français ‘dépasser, surpasser, outrepasser’ ne suffisent peut-être pas à signifier tout ce dont ils sont porteurs?

En latin, en grec, en hébreu, en sanskrit, on trouve d'autres nuances, et des métaphores inattendues.

Le latin supero signifie ‘surpasser, survivre’. Antecello : ‘dépasser, s’élever en avant des autres’. Excello, ‘dépasser, exceller’. Excedo, ‘dépasser, sortir de’. Transeo signifie ‘aller au-delà, se changer en’.

Dans la langue de la Bible, excessus, ‘départ, sortie’,traduit le grecἔκστασις, ex-stase, qui est aussi une forme de‘transport’.

Le grec rendl’idée du dépassement en recourantaupréfixe ύπερ, hyper, comme dans:ύπερϐάλλειν, dépasser, l'emporter sur’, ou encore: hyper-anthropos,‘supérieur à l'homme’.

En hébreu, c’est le mot 'hébreu' lui-même, עֵֵבֶר, qui veut dire ‘dépasser’. ‘Hébreu’ vient du nomHéberix, lequelvient du verbeעָבַר, ‘passer, aller au-delà, traverser’.x

Par extension, le verbeעָבַר signifie ‘violer, transgresser (une loi, un ordre, une alliance), mais aussi ‘passer outre, passer devant quelqu'un’xi, ou encore : ‘passer une faute, pardonner’.

Lesanskrit, langue fort riche, disposede plusieursdizaines de verbes qui traduisentdemultiples nuances du ’dépassement’. Il possèdedesracines verbales comme tṝतॄtraverser, atteindre, accomplir, surpasser, surmonter, échapper’, laṅgh,‘aller au-delà, exceller, surpasser, briller, transgresser’, ou pṛपृsurpasser, exceller, être capable de’.Le sanskrit use ausside nombreux préfixes.

L’un d’eux,atiअति, exprime l’idée d’au-delà, de surpassement, ce qui permet de forger des mots comme : ati-mānuṣa-, ‘surhumain’, devātideva, un ‘Dieu qui surpasse tous les dieux’.

Résumons. Les Latins voientle dépassement commeun excès. Les Grecs enseignent que l’excès mèneà l’extase. L’hébreu portele‘dépassement’dans sonnom même, – ce qui revient peut-être, (nomen est numen)à l’incluredans l’essence de sa psyché?Les Indo-āryasontun mot désigner le rite suprême de leur très ancienne religion,le Sacrifice (yajña), et un autre mot encore pour désigner ce qui surpassele Sacrifice même yajñātīta.

L’idée de‘dépassement’ touche tous les hommes, tous les peuples.

L’homme toujours recherchel’infini. « Je crois fermement qu'on peut l'atteindre »xii, dit Fernando Pessoa. Et il confie:"Je n'ai jamais oublié cette phrase de Haeckel: 'L'homme supérieur (je crois qu'il cite quelque Kant ou quelque Goethe) est beaucoup plus éloigné de l'homme ordinaire que celui-ci ne l'est du singe.' Je n'ai jamais oublié cette phrase, parce qu'elle est vraie."xiii

Idemchez Borgès, qui emprunte àJohn Donne l’idée d’uninfini dépassement de l’âme."Nous avons le poème The Progress of the Soul (Le Progrès de l'âme) de John Donne: 'Je chante le progrès de l'âme infinie', et cette âme passe d'un corps à un autre. Il projetait d'écrire un livre qui aurait été supérieur à tous les livres y compris l’Écriture sainte."xiv

D'où vientce désir d’infini, de ‘dépassement’ ?

L’origine en est peut-être dansl’inconscient « océanique » de l’embryon. Lesembryons savent, inconsciemment, par mille signaux, qu’ils sontde ‘passage’, en ‘transit’, qu’un autre monde les attend, tout proche, à portée de voix, avec un nouveaudépart, unesortie, unetraversée, hors du sein originaire, et une ‘nouvelle’ naissance, une nouvelle façon d’« être-au-monde ».

Borgès explique : "[Gustav] Fechner pense à l'embryon, au corps qui n'est pas encore sorti du ventre maternel. Ce corps a des jambes qui ne servent à rien, des bras qui ne servent à rien, et rien de cela n'a de sens; cela n'aura de sens que dans une vie ultérieure. Nous devons penser qu'il en va de même de nous, que nous sommes pleins d'espoirs, de craintes, de théories dont nous n'avons nul besoin dans une vie purement mortelle.Nous n'avons besoin que de ce qu'ont les animaux et ils peuvent se passer de tout cela qui peut-être nous servira dans une autre vie plus complète. C'est un argument en faveur de l'immortalité."xv

Commedes ‘embryons’,en devenir, nouscontinuons de croître et de nous transformer. Les rêves et les idéauxdépassentlecadre étroit desvies. Ils sont des incitations au dépassement,vers d’autresétatsde la conscience ou de l’être...

Il n’y a pas de limites. La gamme est large: dépasser le corps en l’augmentant, dépasser artificiellement l’intelligence, dépasserl'humain, dépasser la raison,dépasser leSoi, dépasser lÊtre,dépasser Dieumême...

iNovalis. Fragments. Ed. José Corti. Paris, 1992, p. 198

iiDante Alighieri. La Divine Comédie. Paradis, Chant I, v. 70-72

iiiTraduction de Jacqueline Risset. Ed. Diane de Selliers, 1996

iv2 Cor. 12,2

vC. Baudelaire,Œuvres complètes, Paris, Gallimard, éd. de la Pléiade, 1975

viC. Baudelaire,Le poème du haschisch.Œuvres complètes, Paris, Gallimard, éd. de la Pléiade, 1975

viiLettre de A. Rimbaud à Paul Demeny (Lettre du Voyant), 15 mai 1871

viiiHenri Michaux. Mouvements. NRF/ Le point du jour, 1951

ixHéber, fils de Selah, patriarche des Hébreux (Gen 10,24)

xComme dans les exemples suivants : "Il passa le gué du torrent de Jabbok" (Gn 32,23) ."Lorsque tu traverseras les eaux" (Is. 43,2). "Tu ne passeras pas par mon pays" (Nb 20,18)

xi Par exemple :"L’Éternel passa devant lui" (Ex 34,6)

xii« J'ai concentré et limité mes désirs, pour pouvoir les affiner davantage. Pour atteindre à l'infini et je crois fermement qu'on peut l'atteindre il nous faut un port sûr, un seul, et partir de là vers l'Indéfini. » Fernando Pessoa. Le livre de l'intranquillité. Vol. I. § 96. Ed Christian Bourgois, 1988, p.171

xiiiFernando Pessoa. Le livre de l'intranquillité. Vol. I. §140. Ed Christian Bourgois, 1988, p.239-240

xivJ.L. Borgès. Sept nuits. Immortalité. Œuvres complètes II, Gallimard, 2010, p. 749

xvJ.L. Borgès. Sept nuits. Immortalité. Œuvres complètes II, Gallimard, 2010, p. 746

jeudi 13 juin 2019

La puissance de l’Inhumain et l’idée du suicide en Dieu

Bien qu’ils appartiennent à des planètes fort éloignées, Paul Valéry et Franz Kafka ont au moins un point commun. L’un et l’autre ont eu l’honneur d’une célébration de leurs anniversaires respectifs par Walter Benjamini.

Pourquoi Benjamin a-t-il souhaité rapprocher en un hommage symbolique deux écrivains aussi différents?

Il a été sensible, je crois, au fait qu’ils ont tous les deux cherché à formuler dans leur œuvre une « théologie négative ».

Chez Valéry, cette théologie de la négation s’incarne dans la figure de Monsieur Teste.

Benjamin explique : « Monsieur Teste est une personnification de l’intellect qui rappelle beaucoup le Dieu dont traite la théologie négative de Nicolas de Cues. Tout ce qu’on peut supposer savoir de Teste débouche sur la négation. »ii

Kafka, quant à lui, « n’a pas toujours échappé aux tentations du mysticisme »iii selon Benjamin, qui cite à ce sujet Soma Morgenstern : « Il règne chez Kafka, comme chez tous les fondateurs de religion, une atmosphère villageoise. »iv

Phrase bizarre et volontairement provocatrice, que Benjamin rejette immédiatement, après l’avoir citée : « Kafka aussi écrivait des paraboles, mais il n’était pas un fondateur de religion. »v

Kafka n’était donc pas un Moïse ou un Jésus.

Mais était-il au moins un petit peu prophète, ou pourrait-il passer pour l’apôtre gyrovague d’une religion tenue obscure, travaillant les âmes modernes dans les profondeurs ?

Peut-on suivre Willy Haas qui a décidé de lire l’ensemble de l’œuvre de Kafka à travers un prisme théologique ? « Dans son grand roman Le Château, Kafka a représenté la puissance supérieure, le règne de la grâce ; dans son roman Le Procès, qui n’est pas moins grand, il a représenté la puissance inférieure, le règne du jugement et de la damnation. Dans un troisième roman, L’Amérique, il a essayé de représenter, selon une stricte égalisation, la terre entre ces deux puissances […] la destinée terrestre et ses difficiles exigences. »vi

Kafka, peintre des trois mondes, le supérieur, l’inférieur et celui de l’entre-deux ?

L’opinion de W. Haas semble aussi « intenable » aux yeux de Benjamin. Il s’irrite lorsque Haas précise: « Kafka procède […] de Kierkegaard comme de Pascal, on peut bien l’appeler le seul descendant légitime de ces deux penseurs. On retrouve chez tous trois le même thème religieux de base, cruel et inflexible : l’homme a toujours tort devant Dieu. »vii

Kafka, judéo-janséniste ?

Non, dit Benjamin, gardien courroucé du Temple kafkaïen. Mais il ne précise cependant pas en quoi l’interprétation de Haas serait fautive.

Serait-ce qu’il a toujours tort, mais pas nécessairement « devant Dieu » ? Alors devant qui ? Lui-même ?

Ou serait-ce que l’homme n’a pas toujours « tort », et donc qu’il a parfois raison, devant quelque comte Ouestouestviii que ce soit ?

Ou bien serait-ce qu’il n’ a en réalité ni tort ni raison, et que Dieu lui-même n’a ni torts ni raisons à son égard, parce qu’Il est déjà mort, ou bien alors indifférent, ou encore absent ?

On ne saurait dire. Walter Benjamin ne livre pas la réponse définitive, l’interprétation officielle de ce que pensait Kafka sur ces difficiles questions. Benjamin se contente, pour éclairer ce qu’il lui semble être la position kafkaïenne, de s’appuyer sur un « fragment de conversation » rapporté par Max Brod :

« Je me rappelle un entretien avec Kafka où nous étions partis de l’Europe actuelle et du déclin de l’humanité. ‘Nous sommes, disait-il, des pensées nihilistes, des idées de suicide, qui naissent dans l’esprit de Dieu’. Ce mot me fit aussitôt penser à la conception du monde des gnostiques. Mais il protesta : ‘Non, notre monde est simplement un acte de mauvaise humeur de la part de Dieu, un mauvais jour.’ Je répondis : ‘Ainsi en dehors de cette forme sous laquelle le monde nous apparaît, il y aurait de l’espoir ?’ Il sourit : ‘Oh ! Assez d’espoir, une quantité infinie d’espoir – mais pas pour nous.’ »ix

Dieu aurait-il donc des pensées suicidaires, par exemple comme Stefan Zweig à Pétropolis, vingt ans plus tard, en 1942 ? Mais à la différence de Zweig, Dieu ne semble pas s’être effectivement « suicidé », ou s’il l’a un peu fait, c’est seulement par procuration, par notre entremise en quelque sorte.

Il y a aussi à prendre en considération une autre interprétation, dont nous avons déjà un peu traitée dans ce Blog : Dieu pourrait ne s’être que seulement « contracté », ainsi que le formule la Kabbale d’Isaac Luria (concept de tsimtsoum), ou encore « évidé » Lui-même, selon l’expression de Paul (concept de kénose).

Kafka, paulinien et lourianique ?

Puisque nous en sommes réduits à l’exégèse imaginaire d’un écrivain qui n’était pas un « fondateur de religion », pouvons-nous supputer la probabilité que chaque mot tombé de la bouche de Franz Kafka compte réellement comme parole révélée, que toutes les tournures qu’il a choisies sont innocentes, et même que ce qu’il ne dit pas a peut-être plus de poids réel que ce qu’il semble dire ?

Notons que Kafka ne dit pas que les idées de suicide ou les pensées nihilistes naissant « dans l’esprit de Dieu » s’appliquent en fait à Lui-même. Ces idées naissent peut-être dans Son esprit, mais ensuite elles vivent de leur propre vie. Et cette vie ce sont les hommes qui la vivent, ce sont les hommes qui l’incarnent, ce sont les hommes qui sont (substantiellement) les pensées nihilistes ou les idées suicidaires de Dieu. Quand Dieu pense, ses idées se mettent ensuite à vivre sans Lui, et ce sont les hommes qui vivent de la vie de ces idées de néant et de mort, que Dieu a pu aussi une fois contempler, dans leurs ‘commencements’ (bereshit).

Des idées de mort, d’annihilation, d’auto-anéantissement, lorsqu’elles sont pensées par Dieu, « vivent » aussi absolument que des idées de vie éternelle, de gloire et de salut, – et cela malgré la contradiction ou l’oxymore que comporte l’idée abstraite d’une mort qui « vit » en tant qu’idée incarnée dans des hommes réels.

Pensées par Dieu, ces idées de mort et de néant vivent et prennent une forme humaine pour se perpétuer et s’auto-engendrer.

Cette interprétation de Kafka par lui-même, telle que rapportée par Max Brod, est-elle « tenable », ou du moins pas aussi « intenable » que celle de Willy Haas à propos de sa supposée « théologie » ? Peut-être. Mais il faut continuer l’enquête et les requêtes.

Comme dans les longues tirades auto-réflexives d’un K. converti à la métaphysique immanente du Château, on pourrait continuer encore et encore le questionnement.

Même si cela risque d’être hérétique aux yeux de Benjamin !

Peut-être que Max Brod n’a pas rapporté avec toute la précision souhaitable les expressions exactes employées par Kafka ?

Ou peut-être Kafka n’a-t-il pas mesuré lui-même toute la portée des mots qu’ils prononçait dans l’intimité d’un tête-à-tête avec son ami, sans se douter qu’un siècle plus tard nous serions nombreux à les commenter et à les interpréter, comme les pensées profondes d’un Kabbaliste ou d’un éminent juriste du Droit canon?

Je ne sais pas si je suis moi-même une sorte d’« idée », « pensée » par Dieu, une idée « suicidaire ou nihiliste », et si mon existence même est due à quelque mauvaise humeur divine.

Si je l’étais, je ne peux que constater, à la façon de Descartes, que cette « idée » ne me semble pas particulièrement nette, vibrante, brillant de mille feux en moi, bien qu’elle soit censée avoir germé dans l’esprit de Dieu même.

Je ne peux que constater que mon esprit, et les idées qu’il fait vivre, appartiennent encore au monde de l’obscur, du crépuscule, et non au monde de la nuit noire.

C’est en ce sens que je dois me séparer nettement de Paul Valéry, qui prophétisait quant à lui :

« Voici venir le Crépuscule du Vague et s’apprêter le règne de l’Inhumain qui naîtra de la netteté, de la rigueur et de la pureté dans les choses humaines. »x

Valéry associe (nettement) la netteté, la rigueur et la pureté à « l’Inhumain », – mais aussi par la magie logique de sa métaphore, à la Nuit.

J’imagine aussi que « l’Inhumain » est pour Valéry un autre nom de Dieu ?

Pour nous en convaincre, l’on peut se rapporter à un autre passage de Tel Quel, dans lequel Valéry avoue :

« Notre insuffisance d’esprit est précisément le domaine des puissances du hasard, des dieux et du destin. Si nous avions réponse à tout – j’entends réponse exacte – ces puissances n’existeraient pas. »xi

Du côté de l’insuffisance d’esprit, du côté du Vague et du crépusculaire, nous avons donc « les puissances du hasard, des dieux et du destin », c’est-à-dire à peu près tout ce qui forme la substance originaire du monde, pour des gens comme moi.

Mais du côté de la « netteté », de la « rigueur » et de la « pureté », nous avons « l’Inhumain », qui va désormais « régner dans les choses humaines », pour des gens comme Valéry.

Adieu aux dieux donc, ils appartenaient au soir couchant, que la langue latine appelle proprement « l’Occident » (et que la langue arabe appelle « Maghreb »).

S’ouvre maintenant la Nuit, où régnera l’Inhumain.

Merci Kafka, pour nous avoir donné à voir l’idée du Néant naître en Dieu et vivre en l’Homme.

Merci Valéry, pour nous avoir donné à voir la voie de l’Inhumain dans la Nuit qui s’annonce.

iWalter Benjamin. « Paul Valéry. Pour son soixantième anniversaire ». Œuvres complètes t. II, Gallimard, 2000, p. 322-329 , et « Franz Kafka. Pour le dixième anniversaire de sa mort ». Ibid. p. 410-453

iiWalter Benjamin. « Paul Valéry. Pour son soixantième anniversaire ». Œuvres complètes t. II, Gallimard, 2000, p. 325

iiiWalter Benjamin. « Franz Kafka. Pour le dixième anniversaire de sa mort ». Ibid. p. 430

ivWalter Benjamin. « Franz Kafka. Pour le dixième anniversaire de sa mort ». Ibid. p. 432

vWalter Benjamin. « Franz Kafka. Pour le dixième anniversaire de sa mort ». Ibid. p. 432-433

viW. Haas. op.cit., p.175, cité par W. Benjamin, in op. cit. p. 435

viiW. Haas. op.cit., p.176, cité par W. Benjamin, in op. cit. p. 436

viiiLe Comte Westwest (traduit ‘Ouestouest’ dans la version fraçaise) est le maître du Château de Kafka.

ixMax Brod. Der Dichter Franz Kafka. Die Neue Rundschau, 1921, p. 213. Cité par W. Benjamin in op. cit. p. 417

xPaul Valéry. Tel Quel. « Rhumbs ». Œuvres t. II. Paris, Gallimard, Bibliothèque de La Pléiade. 1960, p. 621

xiPaul Valéry. Tel Quel. « Rhumbs ». Œuvres t. II. Paris, Gallimard, Bibliothèque de La Pléiade. 1960, p. 647

jeudi 30 mai 2019

Métaphysique du Fragment et théorie de la Survie

Pour penser les grandes totalités, pour se représenter les « hyper-objets »i, il ne faut plus chercher à élaborer des machines universelles à la Hegel.

Il vaut mieux, plus modestement, privilégier les indices, les traces, les fossiles, les déchets de toute nature, les rejets si révélateurs, comme les résidus radioactifs qui ont permis de dater géologiquement le commencement de l’Anthropocène, ou les micro-plastiques qui tapissent désormais le fond de la fosse des Mariannesii ou le gosier des goélands.

Pour tenter de penser le Tout (dont on a aucune idée) il faut commencer par collectionner ses fragments.

Les fragments sont peut-être les plus sincères manifestations d’une totalité qu’ils ne soupçonnent même pas, mais dont ils témoignent, en se présentant sans apparat, dans leur déréliction, leur nudité et leur vérité.

Le fragment fait court. Bref, il résume les totalités agonisantes.

L’idée même de pensées fragmentées, ou de fragments de conscience, me paraît être une bonne introduction à une vision du monde capable de représenter à la fois (de façon systémique) tout ce qui pénètre profondément les sillons de la terre, tout ce qui s’amalgame aux couches de coraux morts et de coquillages pulvérisés au fond des océans, tout ce s’élève en molles effluences vers les cumulo-nimbus auréolés de toxines, et même vers la couche géostationnaire, en passe d’être saturée de micro-fragments satellitaires.

L’idée du fragment est puissante, prometteuse, parce qu’elle s’applique bien à l’être de l’homme moderne, et même à son essence.

Si Dieu est « un » comme le martèlent avec opiniâtreté les religions dites monothéistes, c’est que l’Homme ne l’est pas, ni le monde d’ailleurs.

Si l’Homme n’est pas « un », c’est qu’il est divers, multiple, divisé, mélangé, indéfini, mixte, en un mot, « fragmenté ».

Mais alors, d’un point de vue théologico-politique, une nouvelle question se pose.

Ce n’est pas faire injure au judaïsme ou au christianisme, deux religions fondées l’une et l’autre sur la croyance au Messie (en sa venue prochaine pour celle-là, en son retour apocalyptique pour celle-ci), que de proposer cette expérience de pensée : si le Messie arrivait enfin (ou revenait) sur Terre, qu’est-ce qu’il pourrait « sauver » ?

Si Dieu est « un » – et si quelque « Messie », par Lui délégué, condescendait à venir un jour sauver ce qui est « sauvable » en l’Homme – qu’est-ce qui, dans cette masse indistincte, composant chaque homme, faite de myriades de fragments, pourrait être « sauvable »  ?

Les philosophes modernes sont parfaitement cois à ce sujet, bien entendu. Cela fait belle lurette qu’ils ont enterré la métaphysique et tout ce qui s’ensuit. Inutile donc de chercher des lumières dans leur obscurité décrétée, après les Lumières.

Il faut s’en remettre à nos propres, et faibles, forces.

Je vois trois principales pistes de réflexion pour tenter de réponde à la question de ce qui est potentiellement « sauvable » en l’Homme.

1. La piste diachronique.

La multiplicité de la personne peut se révéler dans des temps divers. Ce que nous étions fœtus, le serons-nous mourants ? Ce que nous révélions dans la fleur éclatante de la jeunesse, quelle trace en gardons nous encore dans les ombres de la vieillesse ? Si notre vie est un mille-feuilles, quelles en sont sont les meilleures miettes ?

2. La piste synchronique.

A tout instant de sa vie, la personne est faite de multiplicités entrelacées. Elle est tout en même temps mais à des degrés divers, cerveau et sexe, âme et pancréas, cœur et poumon, en interaction avec elle-même. Selon des plans infiniment variés, l’ulcère affecte la raison, l’hormone le désir, la montée des sangs accompagne la descente du sens, l’élévation de l’esprit suit l’ivresse des sons, l’obscurité implacable de la mémoire fraternise avec la vision élargie de l’espérance, la lueur du soleil bas semble en phase avec la lune montante de la conscience à venir…

De tout cela, que le Messie (putatif) retiendra-t-il ?

Si la mort coupe l’Homme de ses souvenirs, de ses passions, de ses rêves, de ses pluralités, qu’apporte-t-il à l’Un « sauveur » ? Il est possible que dans une vie entière, seuls quelques fragments, rares, uniques, bénis, dont nous n’avons peut-être même aucunement conscience, seront considérés dignes d’être « sauvés ».

Il y a d’autres métaphores pour le dire. Combien de pétales écrasés pour l’onguent précieux ? Combien de grappes foulées pour que naisse le nectar ? Et si l’Homme n’est pas seulement vigne ou nature profuse, mais fragment d’infini, le Messie grappillera d’une main sûre, dans le chaos des vies, un moment de lumière, un souffle sincère, une étincelle entière.

3. La piste dialogique

Il y a encore une possibilité ouverte. Celle de définir le « Je » par les « Tu » rencontrés. Toute personne se reflète dans les millions de fragments vivants qu’elle a donnés ou reçus en retour. On pourrait se représenter la vie d’un homme comme la somme de ses rencontres avec ce qu’il n’est pas, et de ses liaisons avec qui il n’est pas. Mais c’est ce qu’il n’est pas et tous ceux qui il n’est pas qui lui donnent la force et l’énergie de devenir ce qu’il n’aurait pas pu être, s’il n’avait pas, comme une montagne basaltique, sentit couler sur sa peau l’immense coulée de lave lente qui émerge des profondeurs de la Terre.

Diachronique, synchronique, dialogique, l’Homme est tout cela et plus encore.

Il est essentiellement naissance et évanescence.

C’est seulement de cela que la grande politique mondiale devrait prendre en considération, désormais, pour assurer sa Survie.

iTimothy Morton. Hyperobjects : Philosophy and Ecology of the End of the World. Ed. University of Minnesota Press. 2013

iihttps://www.lemonde.fr/big-browser/article/2019/05/14/a-10-927-metres-sous-la-surface-du-pacifique-un-sac-plastique-et-des-emballages-de-bonbons_5461980_4832693.html

dimanche 26 mai 2019

Théorie du fascisme mondial

L’Europe et le monde n’en ont certes pas fini avec le fascisme. La violence nue, hideuse, que le 20ème siècle déploya, de façon aveugle et récurrente, plus que jamais auparavant dans l’histoire, continue de proliférer sous nos yeux mal éveillés. Elle se propage pour le moment sur de nombreux théâtres d’opération dits « secondaires », comme le Yémen par exemple, où le sang des innocents coule à flots, et la famine décime à grande échelle, par la volonté des dirigeants de l’Arabie Saoudite, avec la complicité active des États-Unis d’Amérique. Bientôt, sans doute, d’autres occasions superfétatoires de tueries à grande échelle seront politiquement créées pour étendre le théâtre de la mort. Les prétextes de toutes sortes ne manqueront pas. Les dirigeants sont habiles à inventer n’importe quel prétexte pour saturer l’esprit des peuples trompés, avec la complicité des médias de tous formats.

Il n’est pas indifférent de rappeler que le fascisme est une vieille idée européenne. Il est peut-être utile de relire pour s’en convaincre quelques textes qui en montrent l’origine et l’étendue au cœur de l’Europe dans une période clé de son expansion politique.

En témoigne éloquemment (si l’on peut dire) l’ouvrage collectif Guerre et Guerriers publié à Berlin en 1930 sous la direction d’Ernst Jüngeri. L’on doit à Walter Benjamin une recension féroce et désenchantée de cet ouvrage dans un texte intitulé Théories du fascisme allemandii.

On pourrait aisément reprendre les formules de Benjamin qui datent de neuf décennies, et les appliquer mutatis mutandi à la situation actuelle, prévalant dans le monde.

On y lit que les « amis de Jünger » ont « célébré le culte de la guerre, alors même qu’il n’y avait plus de véritable ennemi. Ils se sont pliés aux envies de la bourgeoisie, qui appelait le déclin de l’Occident comme un écolier qui voudrait bien voir sa faute de calcul noyée sous une tache d’encre. Ils répandaient le déclin, prêchait partout le déclin. Vouloir se représenter ne serait-ce qu’un instant ce qui avait été perdu, au lieu de s’y cramponner compulsivement, ils n’en étaient pas capables. Ils ont toujours été les premiers et les plus âpres ennemis de toute réflexion. Ils ont laissé passer la plus grande chance du vaincu, la méthode russe consistant à transposer la lutte dans une autre sphère. »iii

Nul doute que les vaincus et les humiliés, — ils sont de plus en plus nombreux, chaque jour –, sauront appliquer la « méthode russe », et « transposer la lutte » par tous les moyens dont ils pourront disposer.

Le vocabulaire de l’analyse marxiste n’est plus guère en vogue, et l’on sait très bien les raisons pour lesquelles ce discours est tombé en discrédit. Il reste que certains éléments d’analyse restent toujours valables, comme celui de la « guerre des classes ».

Quelles classes, demandera-t-on ? Il n’y en a plus que deux, pour aller vite : la classe des super « maîtres », qui possèdent tout et ne rendent compte de rien, et la classe des « sans dents »iv qui ne possèdent presque rien et se rendent compte de pas grand-chose.

Walter Benjamin levait déjà, en 1930, quelques lièvres idéologiques, qui de nos jours encore, prolifèrent impunément dans les campagnes politiques et économiques, dans l’indifférence des chasseurs d’idées, des Tartarins de Tarascon du consensus hypocrite.

« Ce qui se profile sous le masque d’abord de l’engagé volontaire de la Grande Guerre, puis du mercenaire de l’après-guerre, c’est en vérité le fidèle exécutant fasciste de la guerre des classes, et ce que les auteurs désignent sous le terme de « nation », c’est une classe de maîtres soutenue par de tels exécutants, une classe qui, trônant sur des hauteurs inaccessibles, n’a de compte à rendre à personne et surtout pas à elle-même ; elle offre la face de sphinx du producteur, qui promet d’être très bientôt l’unique consommateur de ses propres marchandises. Avec ce visage de sphinx, la nation des fascistes apparaît comme un nouveau mystère de la nature, un mystère économique qui s’ajoute à l’ancien et qui, loin d’éclairer celui-ci à l’aide de la technique, en fait ressortir les traits les plus menaçants. Dans le parallélogramme des forces que dessinent ici la nature et la nation, la diagonale est la guerre. »v

Ces paroles précédant de deux années la montée au pouvoir de Hitler peuvent aisément être appliquées à la situation actuelle que l’on pourrait définir, pour développer la métaphore géométrique de Benjamin comme un « pentagone » de forces, celles faiblissantes de la planète agonisante, la force imaginaire de nations érigées en foules haineuses et footballistiques, la force des entreprise méta-nationales plus puissantes que des empires, frappant monnaie et échappant à l’impôt, les forces antagonistes de religions dévoyées par leur auto-célébration, et la force universelle d’idéologies matérialistes et mortifères.

Tout est à reconstruire.

iKrieg und Krieger, éd. Ernst Jünger., Berlin, Junker und Dünnhaupt, 1930.

iiPremière publication dans Die Gesellschaft, n°7 , 1930, tII, p.32-41. Cf. Walter Benjamin. Œuvres II. Ed. Folio, Gallimard, 2000, p. 198-215.

iiiWalter Benjamin. « Théories du fascisme allemand ». ŒuvresII. Ed. Folio, Gallimard, 2000, p. 205.

ivComme se plaisait à le dire François Hollande, le dernier des petits marquis à avoir donné quelques coups de marteau sur les clous du cercueil du socialisme en France.

vWalter Benjamin. « Théories du fascisme allemand ». ŒuvresII. Ed. Folio, Gallimard, 2000, p. 213

lundi 13 mai 2019

Les prophètes « ridicules »

Kafka, dans une lettre à Max Brod sur les écrivains juifs allemands, dit que « le déchirement que [la question juive] suscitait était leur source d’inspiration. Source d’inspiration aussi respectable qu’une autre, mais révélant, à un examen plus attentif quelques tristes particularités. Tout d’abord, le moyen d’apaisement, en dépit des apparences, ne pouvait être la littérature allemande. » En effet, ils se trouvaient dès lors « au milieu de trois impossibilités (…) : l’impossibilité de ne pas écrire », puisque seule l’écriture pouvait les libérer, « l’impossibilité d’écrire en allemand », – car la langue allemande représentait l’« usurpation franche ou tacite, ou même auto-expiatoire d’une possession étrangère que l’on n’a pas gagnée mais volée, fugitivement, et qui reste possession étrangère même si l’on n’a pas pu y découvrir la plus unique faute de langage », enfin « l’impossibilité d’écrire autrement », car dans quelle autre langue auraient-ils pu choisir de s’exprimer ? Et Kafka de conclure : « On pourrait presque ajouter une quatrième impossibilité, l’impossibilité d’écrire, car leur déchirement n’était pas quelque chose qui pût être apaisé par l’écriture. »

Il était impossible d’écrire en allemand et impossible d’écrire dans quelque autre langue. Il était impossible de ne pas écrire, et impossible d’écrire. Complètement kafkaïen…

Le déchirement devenait « un ennemi du vivre et de l’écriture ; l’écriture n’était qu’un sursis, comme pour qui écrit son testament avant de mourir. »i

Kafka était seulement de dix ans plus âgé que Benjamin. Hannah Arendt remarque : « Le sionisme et le communisme étaient pour les Juifs de cette génération (...) les formes de rébellion dont ils disposaient – la génération des pères, il ne faut pas l’oublier, condamnant souvent plus durement la rébellion sioniste que la rébellion communiste. »ii Mais au temps où Benjamin prit « le chemin d’abord d’un sionisme peu convaincu, puis d’un communisme qui ne l’était au fond pas plus, les tenants des deux idéologies étaient opposés par l’hostilité la plus grande : les communistes traitaient pour les discréditer les sionistes de « fascistes juifs »iii et les sionistes appelaient les jeunes communistes juifs « assimilationnistes rouges ». D’une manière remarquable et probablement unique, Benjamin garda ouverte pour lui-même les deux routes pendant des années. »iv

Ce qui caractérise l’indécision de Walter Benjamin quant à son engagement dans le sionisme ou le marxisme, c’était « la conviction amère que toutes les solutions n’étaient pas seulement objectivement fausses et inadaptées à la réalité, mais qu’elles le conduiraient personnellement à un faux salut, que ce salut s’appelât Moscou ou Jérusalem. »

Presque un siècle plus tard, on peut juger qu’il était alors visionnaire de considérer Moscou comme un « faux-salut ». Mais Jérusalem ?

En 1931 Walter Benjamin écrivit à Gershom Scholem ces mots désespérés, si caractéristiques des « sombres temps » évoqués par Hannah Arendt : « Un naufragé qui dérive sur une épave, en grimpant à l’extrémité du mât, qui est déjà fendu. Mais il a une chance de donner de là-haut un signal de détresse. »v

Benjamin se considérait, à l’instar de Kafka, « mort de son vivant », état paradoxal à l’évidence, mais qui en faisait aussi, à ses yeux du moins, « l’authentique survivant ».vi

Quelle était l’essence du désespoir qui animait ainsi Kafka et Benjamin ? Hannah Arendt estime que c’était « l’insolubilité de la question juive, pour ceux de cette génération (…) Ce qui comptait davantage était qu’ils ne voulaient ni ne pouvaient revenir au judaïsme, non parce qu’ils croyaient au progrrès et par suite à une disparition automatique de la haine à l’égard des Juifs, ou parce qu’ils s’estimaient trop « assimilés », trop éloignés du judaïsme originel, mais parce que toutes les traditions et cultures leur étaient devenues également problématiques. Et cela valait tout autant pour le « retour » au peuple juif proposé par les sionistes ; tous auraient pu dire ce que Kafka a dit un jour au sujet de son appartenance au peuple juif : ‘Mon peuple, à supposer que j’en aie unvii’. »viii

Mais ce n’était certes pas seulement la tradition juive qui était « la question décisive » pour Benjamin, non, c’était « la tradition en général »ix.

Aucune tradition ne pouvait plus désormais lui convenir, qu’elle soit juive, allemande, européenne, marxiste ou martienne...

Désespoir absolu, terminal. « Il se tient en fait au seuil du jugement dernier. »x

Sur ce seuil, il se tient seul, complètement seul. Mais sur ce même seuil, l’ont précédé avant lui tous les maîtres de « temps nouveaux », tous ceux qui voyaient aussi leur propre époque « comme un amas de décombres ». Hannah Arendt reprend en note, à propos de cette formule : «  A cet égard aussi, Baudelaire est le prédécesseur de Benjamin : « Le monde va finir. La seule raison pour laquelle il pouvait durer, c’est qu’il existe. Que cette raison est faible, comparée à toutes celles qui annoncent le contraire, particulièrement à celle-ci ; qu’est-ce que le monde a désormais à faire sous le ciel (…) Quant à moi qui sens quelquefois en moi le ridicule d’un prophète, je sais que je n’y trouverai jamais la charité d’un médecin. Perdu dans ce vilain monde, coudoyé par les foules, je suis comme un homme lassé dont l’œil ne voit en arrière, dans les années profondes, que désabusement et amertume, et devant lui qu’un orage où rien de neuf n’est contenu, ni enseignement ni douleur. » (Journaux intimes, éd. Pléiade, p. 1195-1197) »xi.

Et Hannah Arendt cite Brecht pour confirmer encore le point :

« Nous savons que nous sommes des précurseurs. Et après nous viendra : rien qui mérite d’être nommé. »xii

Puis elle cite à nouveau Benjamin :

« Au reste je ne me sens guère contraint de mettre en couplets, dans sa totalité, l’état du monde. Il y a déjà, sur cette planète, bien des civilisations qui ont péri dans le sang et l’horreur. Naturellement il faut lui souhaiter de vivre un jour une civilisation qui aura laissé les deux derrière elle – je suis même (…) enclin à supposer que la planète est en attente de cela. Mais savoir si nous pouvons déposer ce présent sur sa cente ou quatre cent millionième table d’anniversaire, c’est, en vérité, terriblement incertain. Et si cela n’arrive pas, elle nous punira finalement – pour nos compliments hypocrites – en nous servant le Jugement dernier. »xiii

Ces phrases écrites en 1935 montraient que Benjamin s’attendait à ce que « le sang et l’horreur » viennent à nouveau inonder notre planète. Peu d’années après, une petite place à la table du Jugement dernier lui fut accordé, pour ses mérites prophétiques.

Nul doute aujourd’hui encore que « le sang et l’horreur » vont continuer de fondre sur notre terre commune avant qu’un jour, dans cent ou quatre cent millions d’années, la paix enfin puisse régner éternellement.

Mais l’humanité est aujourd’hui, plus que jamais à la dérive. Elle est désormais privée de toute tradition, qu’elle soit juive, chrétienne, allemande, européenne, bouddhiste ou martienne.

Le sang coule encore et coulera sans doute à flots puissants lors des catastrophes sociales, politiques et écologiques qui se préparent.

Que faire ?

Nous n’aurons certainement pas le moyen, en tant qu’humanité privée de tout repère, de survivre encore cent millions d’années. Ni même un seul million d’années. Et peut-être pas même seulement dix mille ans.

La seule solution envisageable, c’est de fonder une nouvelle tradition, qui soit la somme totale, quoique fragmentaire, de toutes les traditions actuellement à l’agonie, ou dans un état de décomposition avancée.

La seule solution est de prélever en chacune d’elles les quelques fragments précieux d’espoir et de solidarité trans-humaine qui restent encore un tout petit peu en vie.

Et de faire de ces fragments une nouvelle pierre de fondation.

iKafka. Briefe, p.336-338, cité par Hannah Arendt, in Vies politiques. Ed. Gallimard, Paris, 1974, p.282-283

iiHannah Arendt. Vies politiques. Ed. Gallimard, Paris, 1974, p.285

iiiHannah Arendt place en note à propos de cette expression : « Ainsi Brecht a reproché à Benjamin d’avoir « favorisé le fascisme juif » par son étude sur Kafka. Cf. Essai sur Bertold Brecht, p.136

ivHannah Arendt. Vies politiques. Ed. Gallimard, Paris, 1974, p.286

vLettre de Walter Benjamin à Gershom Scholem du 17 avril 1931, citée par Hannah Arendt, in op. cit., p. 268.

viKafka note dans son Journal à la date du 19 octobre 1921 : «  Celui qui, vivant, ne vient pas à bout de la vie, a besoin d’une main pour écarter un peu le désespoir que lui cause son destin (…) mais de l’autre main, il peut écrire ce qu’il voit sous les décombres, car il voit autrement et plus de choses que les autres, n’est-il pas mort de son vivant, n’est-il pas l’authentique survivant ? ». Trad. M. Robert, Œuvres complètes, t. VI, p. 406, Cercle du Livre précieux, Paris, 1964. Cité par H. Arendt, in op. cit., p. 268.

viiBriefe, p.183.

viiiHannah Arendt. Vies politiques. Ed. Gallimard, Paris, 1974, p.288-289

ixIbid. p. 289

xW. Benjamin, dans son Essai sur Karl Kraus, cité par H. Arendt, in op. cit., p. 290.

xiHannah Arendt. Vies politiques. Ed. Gallimard, Paris, 1974, p.290, note 1.

xiiHannah Arendt. Vies politiques. Ed. Gallimard, Paris, 1974, p.290

xiiiLettre de Benjamin, datée de Paris en1935, citée par H. Arendt, in op. cit., p. 290-291.

- page 1 de 40