METAXU - Le blog de Philippe Quéau

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

La transformation mondiale

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 27 mai 2016

L'humanité zigue-zague


Aujourd'hui, les Dieux sont morts, disent-ils. Le monde semble linéaire ou circulaire. Assez ennuyeux, en fait. On a oublié de croire que tout est toujours possible, que tout peut arriver. Que tout arrivera d'ailleurs, sans doute, tôt ou tard.

On peut déjà prévoir de formidables transformations du monde réel, dans des avenirs assez proches. Et d'autres transformations, plus formidables encore, dans des avenirs plus éloignés. Mais au fond, rien de ce que l'on attend n'est vraiment radical ; pas de disruption. On n'a plus la tête à ça.

Des transformations phénoménales, oui. Mais l'idée d'une transformation de l'être, l'idée d'une métamorphose de la substance ontique elle-même, paraît difficile à intégrer, incongrue, impensable.

Les matérialistes ne voient absolument pas de quoi on parle. Les esprits les plus religieux ne pensent jamais à l'être en tant qu'être, à l'être en tant que substance et à ses possibles transformations. Les philosophes sont prudents et divisés en la matière. Il y a quelques exceptions. Heidegger a ouvert un programme de recherche sur le langage de la métamorphose, et les métamorphoses du langage. « Faire une expérience avec quoi que ce soit, une chose, un être humain, un Dieu, cela veut dire qu'il vient sur nous, nous atteint, nous tombe dessus, nous renverse et nous métamorphose.»i

L'Histoire est loin d'être terminée, et nous n'avons encore rien vu. Mais l'époque manque singulièrement d'imagination.

La vérité, c'est que l'espèce humaine tout entière est en train de se transformer, de se métamorphoser, dans l'indifférence complète de la presque totalité des vivants qui l'incarnent. Jürgen Habermas a eu cette formule : « L' ''auto-transformation'' de l'espèce est aujourd'hui en cours ». Mais l'espèce s'en fout royalement. Tout cela se fait à l'insu de son plein gré.

L'espèce s'« auto-transforme », sans en être vraiment consciente. Elle a modifie sans cesse l'environnement planétaire et l'ADN, les visions communes et les croyances singulières. L'humain a seulement vaguement conscience qu'il aura un jour la charge de la transformation de la nature humaine, et qu'il subira le poids de ses choix. Défi plastique par excellence.

Moïse emmena jadis son peuple vers une Terre promise. Quels Moïses, demain, emmèneront l'humanité vers quels exodes ? Elle est fort probable la migration, vers une trans-humanité décrétée, mais par qui, au nom de quoi ou de qui ? Défi politique par excellence.

Plastique et politique, couple infernal, absolument imprévisible, métastable.

Il faut se représenter l'humanité mondialisée comme étant poursuivie par les griffes et les crocs de ses catastrophes passées, scarifiée par des dissociations inguérissables. Il faut la suivre, livrée à l'errance plastique, dans des déserts sans sens et sans direction. Il faut la voir tendre confusément vers un horizon muet.

Nous ignorons où l'homme s'en va quand il se quitte lui-même. Déjà, il n'est plus là. Demain, il ne sera plus jamais toujours déjà-là. Déjà, sur le départ, et demain des milliers de chemins obscurs s'ouvriront sans cesse sous ses pas d'errant.

La route se rompt, au fur et à mesure. L'errance exige une veille perpétuelle. Des possibles, terrifiants, fantastiques, ou brisés, montrent leurs visages fugaces, là-bas, un peu plus loin.

La route est plus que sinueuse, plus que zigzagante, elle est hérissée de points de rebroussements, de queues d'hirondelle, constellée d'enfers béants, bordée de jungles piégées, de panoramas éblouissants, plombée de nuits sans fond.

La route même, métaphore éculée, pourrait bien se métamorphoser en tout autre chose, en balafres intérieures, en mouettes écartelées, en quilles éclatées, en chevelures d'étoiles, en magmas galactiques. Le zigzag cingle sans cesse ses Z et ses G. Se lovant à l'intérieur de lui-même, il est fractal en essence, jusqu'à atteindre les limites de la matière, ou de l'entendement.

Le zigzag est aussi éclair. Fort bref, il ne révèle rien, il fait seulement signe, comme jadis l'oracle. Il strie l'obscur, il aveugle plus qu'il ne guide. Le zag, cécité du zig, ou l'inverse.

Ces zigs, ces zags, où vont-ils ?

Quels carrefours convoitent-ils? Zigs et zags sont la forme du cheminement même. Ils fomentent à chaque pas le risque, le risque commun d'être et d'errer, le risque de la voie choisie, sur des routes qui se dérobent.

« L'être est le risque lui-même par excellence. Il nous risque, nous, les hommes. Il risque les êtres vivants. L'étant est, dans la mesure où il demeure ce qui est toujours à nouveau risqué », écrit Heidegger à propos de poètes comme Rilke.

Les poètes risquent, leur vie durant, des mots. Ils risquent une vie, tissée de mots. Ils risquent leur liberté, l'obscur de toute liberté.


Le chemin est lourd sous les pieds fatigués des mots.

Et file sans fin la longue métaphore des mots du chemin.

Le chemin est tout ensemble risque, péril, balance, mouvement. Du moins si l'on suit ses acceptions dans la langue allemande. «  Être dans le risque c'est être en balance (in der Wage). Le mot de Wage (de nos jours « balance ») signifiait encore au Moyen Age quelque chose comme « péril (Gefahr) » (...) Le mot Wage vient du verbe wägen, wegen : faire un weg, un chemin, c'est-à-dire aller, être en mouvement. Bewägen signifie mettre en route, en mouvement : peser (wiegen) ».ii

L'anglais est ici proche de l'allemand, way et weight équivalant à weg et wiegen.

En français, le mot « route » vient du latin ruptus, rompu. Car il faut rompre la route, pour l'ouvrir.

Cheminant, l'âme errante suit ses zigs et ses zags, et les soupèse. A tout instant, elle se balance, se rompt et se remet en route.

A la fin, elle est elle-même pesée, mise en balance, rompue et remise en route.

iHeidegger. Acheminement vers la parole

iiHeidegger. Acheminement vers la parole

Ontologie du hasard


La génération, l'engendrement, est indéniablement un grand mystère, celui de l'incroyable émergence, de l'absolue nouveauté de chaque nouvelle naissance.

La génération, l'engendrement, la filiation sont autant de métaphores humaines qui peuvent aider à la perception confuse de l'engendrement interne de Dieu, de sa création infinie de lui-même par lui-même.

Mais ces métaphores ont leurs limites. Si on les force, elles se dissolvent.

Il faut faire appel à d'autres mots, d'autres images.

L'usage des métamorphoses par des poètes comme Ovide ou Apulée est une tentative de traduire ce qui échappe aux limites du langage ou des formes. L'homme, les êtres, l'étant et les Dieux mêmes, se métamorphosent sans cesse. Il n'y a pas de nature qui ne possède enfoui en elle un principe interne de changement, qui graduellement ou brusquement peut transformer toute forme en une autre forme, que rien ne peut laisser prévoir. Changement, transformation et métamorphose sont des mots presque équivalents, mais il serait possible de leur affecter des nuances particulières.


Mais il s'agit aussi du changement de l'être même. Par exemple, on ne peut nier que la mort est la cause d'une transformation radicale, quelque soit d'ailleurs l'hypothèse faite quant à l'existence ou l'absence d'un au-delà. Dans tous les cas (anéantissement, métempsycose, résurrection, vie après la vie), l'être est voué à une transformation totale, radicale, absolue.

Puisqu'une telle possibilité de changement, de métamorphose absolue existe indubitablement, au moment de la mort, laissons aux poètes l'occasion de nous surprendre par des idées imprévisibles.

Il n'y a pas de transformation plus « plastique » que la mort. Quelles que soient les hypothèses à ce sujet.

Il se peut que le néant existe. La mort est la fin irrémédiable de l'ivresse bacchique, la mort de la vie, et chaque particule de l'être se dissout à jamais, revenant à quelques briques de base (molécules, atomes, quarks) elles-mêmes vouées à disparaître sur le très long terme.

Il se peut aussi que le passage vers l'Hadès réserve des surprises. Dans les deux cas la métamorphose est assurément radicale.

On peut imaginer d'autres hypothèses encore, comme l'anéantissement dans un néant terminal, suivi inexplicablement par une résurgence germinale, absolument autre, imprévisible, indescriptible.

Tout est possible.

Par son existence, le monde montre que même dans un monde sans sens et sans raison, il faudrait encore rendre compte de ses conditions de possibilité. L'existence de l'être, qu'il faut bien constater, ne peut se suffire de l'hypothèse de l'absurde. Celle-ci renvoie encore, nécessairement, à une impensable ontologie du hasard.


lundi 9 mai 2016

La vérité sur la Russie

C'est le titre d'un essai de Petr Vladimirovitch Dolgoroukov publié en 1860. On y trouve des analyses minutieuses, sonnant juste, aujourd'hui encore. Un amour du pays, pour cet enfant d'une des plus grandes familles russes. Une sincérité indémodable. Un regret de tout ce qui aurait pu être fait dès alors, pour le peuple, la patrie, le droit. Un constat lucide de l'incapacité de la classe au pouvoir à se réformer. « Alexandre 1er avait bon cœur quoiqu'il fut d'ailleurs implacable dans ses rancunes. Napoléon a dit de lui avec vérité : ''qu'il était faux comme un Grec du Bas-Empire''. » La galerie de portraits des empereurs est déployée avec précaution et lucidité. « L'empereur Nicolas abîmait tout ce à quoi il touchait. » Les nobles russes avaient à l'évidence une position privilégiée, par rapport à une société serve. Mais ils pouvaient être soumis à des châtiments corporels pour un quelconque motif décidé par l'empereur. Les plus grands nobles russes rougissaient de leur condition quand ils voyageait en Europe. Une chape de plomb sur la parole libre. La corruption profondément enkystée dans le pays. « L'affreux état de l'administration militaire russe, complètement livrée à cette bureaucratie qui considère le vol comme sa propriété. » En contemplant l'immense carte qui représente la Russie, on peut avoir être tenté de comparer le destin de la Russie avec celui du Canada. Mêmes immensités froides, même latitude, mêmes enneigements. Pourquoi l'histoire ne mime-t-elle pas la géographie ?

« La Russie est le pays du mensonge officiel », résume P.V. Dolgoroukov.

Pourquoi ? D'où cela vient-il ? D'où vient le destin des peuples ? Quel en est le sens ?

lundi 25 avril 2016

Le soi et le monde

La solitude... On meurt seul, ça c'est sûr. Mais vit-on seul ? Au-delà de toutes les apparences, est-on essentiellement seul ?

«  Je traverse l'espace philosophique dans une solitude absolue. Du coup, il n'a plus de limites, plus de murs, il ne me retient pas. C'est là ma seule chance », écrit Catherine Malabou dans Changer de différence, – citée par Frédéric Neyrat dans Atopies. La solitude absolue de la philosophe est, à mon humble avis, une figure de style, retorse, assez romantique, pas démodée pour autant. Si la solitude est la « seule chance » pour Malabou, – voilà de quoi donner de l'énergie aux vrais solitaires, laissés seuls dans les déserts de l'esprit, dans les grands ergs de l'espoir. Mais c'est aussi, pour une philosophe, quel aveu ! Quelle sincérité ! Quelle critique ! Tous ces colloques, tous ces textes, toutes ces revues, tous ces cercles : rien. Que du néant. Solitude, solitude encore, solitude toujours pour la philosophe.

Il y a là, me semble-t-il, une leçon générale.

On parle beaucoup de « communautarisme » dans notre société laïque et désenchantée. La communauté, quelle qu'elle soit, est une compensation provisoire au sentiment de la solitude assez largement partagé dans de larges segments de la population. Oh, bien sûr, nombreuses sont les occasions populaires de fusion dans la masse. Mais quelque chose résiste toujours. En dedans de soi, il y a toujours ce sentiment extrême, exigeant, que le soi n'est pas, et ne peut pas être le nous.

Conséquence immédiate, logique : aucune idée, aucun langage, aucune culture, aucune civilisation n'est immortelle. Incapables de contenir des milliards de « soi » solitaires, en essence, ce ne sont que des coquilles vides, des peaux désincarnées.

Et ces « soi » seuls leur survivront.

vendredi 8 avril 2016

Qui est derrière la fuite des Panama Papers?

Étrange silence des médias qui profitent le plus du grand déballage. Pas un mot sur les « lanceurs d'alerte » qui ont pénétré les bases de données de Mossack et Fonseca. Ce serait pourtant intéressant d'avoir une idée du profil et des motifs de ceux qui ont réalisé cette opération, la plus grande dans son genre. J'en suis réduit à de simples réflexions de bon sens.

Ce n'est certes pas quelqu'un appartenant à la firme en question. Vu la clientèle, le « lanceur d'alerte » pourrait compter ses abattis. Ce n'est pas la maffia : bonne cliente, elle a tout à perdre, rien à gagner. Ce n'est certes pas le FSB. Pourquoi se tirer dans le pied, et mouiller Poutine. Ce n'est pas non plus les équipes de cyber-pénétration chinoises : on sait à quel point les hautes autorités chinoises se sont fait prendre la main dans le sac. Alors qui ? Les Britanniques ? Hmmm, j'en doute, vu la manière dont tout ce déballage incrimine indirectement, entre autres, le «système» d'évasion fiscale des Îles vierges britanniques, et accessoirement le premier ministre Cameron. La France ? Hollande lançant une super-opération de récupération des impôts envolés ? Vous rêvez, sans doute aux beaux jours de Super Dupont ? L'Allemagne ? Pourquoi pas ? Après tout Merkel est une Madame Propre, c'est le Süddeutsche Zeitung qui a été élu chef de file des médias de l'ICIJ, et c'est l'un de ses journalistes, Bastian Obermayer, qui a été le contact direct de la « source » fournissant les 11,5 millions de documents piratés. Peut-être le passé de Waffen SS du père de Mossack est-il une piste possible ? Quelque vieille dette ? Ou alors le Mossad ? Motif ? Une façon détournée de faire tomber le roi des diamants du sang ? Ou de compromettre Assad et son clan? Peut-être.

Plus probable, en fin de compte, est l'hypothèse des services spéciaux aux États-Unis. On sait qu'ils sont capables de pénétrer n'importe quel ordinateur, n'importe où dans le monde, en quelques secondes – selon un spécialiste proche de la Maison Blanche avec qui j'avais eu l'occasion de discuter, il y a déjà quelques années. Donc techniquement, pas de problème. Mais le motif ?

J'ai été frappé du grand silence de médias comme le New York Times, qui contrairement à ses confrères, n'a pas fait sa une sur l'affaire lors de la sortie du scoop. Un article, paru seulement le jeudi 7 avril, fait un point assez général, sous le titre Law firm's secrets laid bare. Il y est noté que le Panama a adopté une législation sur les impôts et taxes des sociétés qui a été « copiée presque directement sur celle de l’État du Delaware », État américain bien connu pour ses pratiques laxistes en la matière.

Plus révélateur encore, cet autre extrait : « Tax experts pointed out that Panama, in its refusal to comply with international transparency standards, is in esteemed company : the United States. » Bigre ! Panama- USA même combat ? Mais il y a plus :

« Panama isn't the real story » a déclaré Matt Gardner, directeur exécutif du Institute on Taxation and Economic Policy, basé à Washington. « This leak gives a window into a much broader world, but it should be understood as giving a window into how things work in the U.S. as well. »

Alors qui ? Serait-ce que certains groupes de pression aux États-Unis ont décidé de vendre la mèche pour lancer un débat allant bien au-delà du cas Panama ?

Peut-être alors qu'Obama, juste avant de terminer son mandat a-t-il décidé de donner un petit coup de pied dans la fourmilière, dépité d'avoir si peu pu changer les choses pendant son double mandat ?

Je ne sais. Ce qui est sûr, c'est que certaines forces, engagées en vue de la défense du Bien (mondial), ont décidé de passer à l'action. D'autres forces encore, espérons-le, pourraient à nouveau se mobiliser dans un proche avenir, forçant de nouvelles révélations, par exemple aux États-Unis mêmes, dévoilant la corruption extrêmement profonde du « système ».

Le Panama n'est qu'un coup pour voir. De quoi déclencher une sacrée pagaïe. Les rats ne peuvent quitter le navire, mais ils peuvent encore ronger les câbles du gouvernail, détruire les canalisations de pompage, et s'adapter aussi vite que possible au naufrage imminent.

Si l'on veut être pessimiste, disons que les Panama Papers vont inciter les élites corrompues du monde entier à multiplier encore l'opacité.

Si l'on choisit d'être optimiste, arguons que ceux qui ont réussi le coup des Panama Papers, en ont d'autres en vue, bien plus effrayants encore, dans leur révélation de la profondeur de la corruption morale et mentale des « élites ».

samedi 2 avril 2016

Je rêvais d'un autre monde (suite)

On a ici l'alphabet. Les Grecs, les Phéniciens, les Hébreux, les Araméens, les Arabes aussi. Même le sanskrit, si ancien, possède un syllabaire. Pas les Chinois. Rien à voir.

Au fond, les Indo-européens et les Sémites partagent la même Weltanschauung. Hammourabi et Gutenberg.

Est-ce que la Bible aurait été différente, dans son esprit même, si elle avait été d'abord écrite en chinois ?

Est-ce qu'une autre langue, hybride, mi alphabétique mi idéographique aurait été possible, pensable ?

Sans doute que oui, mais c'est improuvable.

Chaque caractère, chaque idéogramme, comme un canon de sens, chargé jusqu'à la gueule, mitraille paisible de traditions, de respects, de formes – et aussi, pour quiconque tient le pinceau, paysage ouvert, champ illimité d'audaces, de finesse, de violence exprimable, d'évanoui, de fugace. Le poids énorme des millénaires inchangés, barrés de mandarins, et les océans meubles, solitaires, du calligraphe, éclaboussant l'encre de son âme.

ideogramme 1

mercredi 30 mars 2016

Migration et félonie


L'attitude de l'Europe à propos des migrants de Syrie, d'Afghanistan, du Soudan, d’Érythrée et d'ailleurs est une félonie (par rapport aux idéaux proclamés), une mascarade (l'hypocrisie et la tartuferie masquant la haine, la peur, la pingrerie, la pleutrerie) et surtout une connerie (dresser des murs, ériger des barbelés, ne résout rien, prépare les conditions de la guerre future, renvoie les peuples à la barbarie passée, déjà oubliée?).

Il ne faut pas jouer petit, comme Hollande ou Cameron. Merkel a vu plus grand. Il faut l'aider, changer de paradigme, rêver d'un autre monde.

Ce n'est même pas de l'idéalisme. A défaut, nous le paierons extrêmement cher, sur cette terre, et dans notre chair.

samedi 26 mars 2016

Cruauté, haine et domination

« Dans une société de grande civilisation, il est essentiel pour la cruauté, pour la haine et la domination si elles veulent se maintenir, de se camoufler, retrouvant les vertus du mimétisme. Le camouflage en leur contraire sera le plus courant. C'est en effet par là, prétendant parler au nom des autres, que le haineux pourra le mieux démoraliser, mater, paralyser. C'est ce côté que tu devras t'attendre à le rencontrer. » (H. Michaux)

Ces lignes datent de 1981. J'en conclus que notre civilisation entre dans une ces catégories :

– elle n'est pas grande, elle se sait petite.

– elle ne veut même plus « se maintenir », elle se sait déjà fugace.

– enfin, hypothèse non incompatible avec les deux premières, la haine, intrinsèquement mimétique, ne se camoufle plus parce qu'elle n'a plus besoin de le faire. La haine affleure partout, en filigrane, elle erre dans le fond de l'air, ou entre les lignes, dans les sous-entendus, et dans les sourires grimaçants des passants.

Islamo-terrorisme et guerre mondiale. Le « ventre mou » est encore fécond.

On dit toujours que l’Europe est un ventre mou. Certains ajoutent que Bruxelles est son nombril. L’Europe « molle » ? Il ne faut jamais oublier que c’est l’Europe qui a inventé le fascisme, le nazisme, sans parler de l’impérialisme et du colonialisme. Alors, rime riche, pas d’angélisme. On pourra encore trouver en Europe de redoutables tueurs de masse, si on libère leur capacité de haine et de barbarie.

Si les islamo-terroristes veulent terroriser l’Europe, ils ne savent pas ce qui les attend. Qu’ils continuent donc. Ils espèrent créer les conditions d’une guerre civile européenne, où l’on déclarerait ouverte la chasse au faciès ou aux signes extérieurs de religion dans les villes dites civilisées. Ils veulent des extrêmes excités, assoiffés de vengeance, légitimés par le vote et librement déchaînés enfin. On a déjà vu ça en Europe; cela peut revenir. Ils veulent que du ventre fécond de la bête, naissent d’autres bêtes encore, les loups, les hyènes et les rats du 21ème siècle. A chaque époque son record.

Qu’ils continuent donc, ils l’auront la guerre. Ils l’ont déjà d’ailleurs, il faut le dire, sur les immenses territoires qui ont été livrés depuis plus d’une décennie à une guerre totale ou partielle, radicale ou précise, idéologique ou économico-stratégique, suivant les intérêts du moment. La guerre a été déployée par l’Occident dans quelques-uns de ces pays qui furent jadis les plus civilisés du monde. La Trans-oxiane, Suze, Babylone, Ninive, Palmyre, ou encore Sumer, Akkad, Elam, porteurs de la mémoire du monde, ont été renvoyés, non à l’âge de pierre, mais à l’âge du fer et du sang.

N’en doutons pas, on peut faire beaucoup plus encore, dans le genre. Il suffit d’ouvrir les livres d’histoire pour se rappeler ce dont l’homme est capable.

Le danger est réel, pressant. Or, je ne vois rien venir, ni de Merkel, ni de Hollande, ni de Cameron, ni d’Obama. Ces gens sont supposés être très forts, très intelligents, très malins. Ils sont là où les décisions se prennent. Ils ont l’avenir du monde dans leurs mains frêles. Des pensées globales roulent sans doute dans leurs cervelles stressées par les « événements ». Mais je ne vois rien venir. Voyez-vous, vous ?

Il est temps que des prophètes d’un genre nouveau se dressent. Il est temps de dire les choses clairement, fortement. Oui, une guerre mondiale se prépare, lentement, sûrement. Le « grisou », ce gaz inodore et invisible, lentement, sûrement, se mélange à l’air dans les couches profondes de la mine, avant l’explosion imprévue, irrésistible. Les idées néo-fascisantes, néo-nazies, sont un grisou (certes puant et fort repérable) qui mine la mine européenne, petit à petit, continûment, jusqu’à ce que…

L’explosion peut survenir désormais à tout instant. Jusqu’à présent, en Europe, on a eu affaire à des terroristes de second choix, des petites mains, entraînées ici ou là et quelque peu financées par les habituels opérateurs. Mais si l'on s'en rapporte au nombre des morts, leur score n'a pas été comparable à celui des attentats du 11 septembre, par exemple, et il est beaucoup moindre que celui d'une vraie guerre. Faisons, simplement pour réfléchir aux conséquences, l’hypothèse que la prochaine vague d’attentats sera d’une gravité très supérieure, provoquant non des centaines mais des milliers de morts au cœur de l’Europe. Techniquement c’est possible, il y a des spécialistes pour cela. Pour que cela ait lieu, il suffit que se dégagent des financements appropriés et une volonté politique déterminée. Les financements sont-ils disponibles ? A l’évidence, oui. Cette volonté existe-t-elle ? A mon avis, non, ou plutôt pas encore. Si cette volonté avait existé, ces attentats auraient eu lieu. En tout cas, nous aurions eu des preuves patentes d’un bien plus grand professionnalisme de la terreur, et de la mise en œuvre de techniques d’exécution bien plus létales.

Pourquoi cette volonté politique ne s’est-elle pas encore formée ? Parce que les éventuels décideurs d’un choix aussi radical ont bien trop à perdre. Ils veulent jouer aux plus malins tout en sachant mettre des limites à l’aventure, pour ne pas se faire prendre dans le hachoir final. Mais ce raisonnement est foncièrement fragile. C’est là faire encore un pari, celui que des « extrémistes », des « terroristes », sont capables d’être « raisonnables », qu’ils peuvent aller « très loin », sans aller « trop loin ».

Il faut malheureusement faire l’hypothèse que de vrais « extrémistes » (ils existent) peuvent un jour décider d’aller « trop loin ». Alors, là, nous aurons les conditions de la prochaine guerre mondiale.

On ne peut pas prendre ce risque. Il faut agir maintenant. Comment?

Voici un premier jet. Toute suggestion et amélioration est bienvenue…

Mobilisation générale des esprits (Alerte pan-européenne d’urgence intellectuelle et morale). Europe « supranationale », beaucoup plus forte sur les plans diplomatique, militaire, politique. Priorité absolue à l’éducation de qualité pour tous, à tous les niveaux. Formation et éducation continue obligatoire, adaptée et différenciée pour tous, jusqu’à 77 ans, avec une priorité spéciale tout au long de leur vie pour tous les jeunes « issus de l’immigration ». Interdiction légale de l’illettrisme et de l’échec scolaire. Obligation pour tous de maitriser au moins trois langues, de faire preuve d’un minimum d’éducation artistique et créative et d’un maximum d’esprit critique dans les domaines philosophique, médiatique, technique et scientifique. Éducation à la coopération et à la communication sociale, et obligation des États de garantir un niveau d’éducation citoyenne excluant toute exclusion ou auto-exclusion de quelques groupes que ce soit. Interdiction du chômage (revenu universel garanti pour tous les non-employés contre des travaux d’intérêt public). Éradication des quartiers ghettos. Interdiction absolue des discours religieux ou non prônant la haine, l’exclusion et l’auto-exclusion (à suivre…).

jeudi 24 mars 2016

« Qu'Allah les tue ! » قتلَهموآللّه



Je lis l'arabe classique, que j'ai étudié pendant de nombreuses années, lors de mes longs séjours au Maghreb. J'ai étudié le Coran avec attention.

Pour contribuer à une nécessaire réflexion sur les causes profondes des récents événements auxquels l'Europe est confrontée, et qui sont diverses, j'aimerais aujourd'hui pointer modestement sur la question du texte coranique. On dit souvent que l'islam est « une religion de paix », qu'il n'y a rien de commun entre la violence aveugle et sourde de la terreur, et le texte sacré qui nous vient de l'ancienne « Arabie heureuse ».

Je ne suis absolument pas compétent pour confirmer ou réfuter ce type de jugement global. Ma seule compétence est d'aimer les langues et les textes, et d'aimer y revenir. Dans ce cadre, je propose à la réflexion et à l'analyse le verset 30 de la sourate coranique n° 9, intitulée « At-Taoubah » (le repentir) :

« Les Juifs disent : ''Uzayr est fils d'Allah'' et les Chrétiens disent : '' Le Christ est fils d'Allah''. Telle est leur parole provenant de leurs bouches. Ils imitent le dire des mécréants avant eux. Qu'Allah les tue ! »

قتلَهموآللّه

Qâtala-humul-lâh !

J'ai suffisamment d'expérience à propos des « textes sacrés » pour reconnaître que l'on peut toujours décider de les interpréter selon différents niveaux de connaissance, ou de sagesse. Le verset ici cité est loin d'être isolé, il en existe bien d'autres de la même farine, et certains plus violents mêmes.

Je propose qu'un concile mondial des trois principales religions monothéistes se réunisse dans les mois à venir, pour procéder à une analyse critique de la Torah, des Évangiles et du Coran, et émettent en conclusion un communiqué commun. Ce communiqué aurait pour but d'aider les lecteurs de base à comprendre que toutes les formules réclamant l'anéantissement de l'autre ne sont que de simples effets rhétoriques, et ne sont en réalité que des cris d'amour sincère pour tous les hommes vivant sur la Terre.

Si cette tâche de réinterprétation s'avérait impossible pour certains passages particulièrement crus, je propose qu'un second concile mondial se réunisse et propose alors leur révision, dans l'intérêt supérieur de la paix mondiale.

lundi 21 mars 2016

Mondialisation et sagesse

La mondialisation des idées et des esprits a toujours existé, il importe de le noter. C'est ainsi que les peuples, toujours, se sont communiqué leurs rêves, se sont transmis et partagé leurs forces cachées, qui n'ont rien à voir avec celles des empires et des royaumes. Ces idées, ces forces, ont permis de bâtir des lignes générales, de lancer des mouvements de fond, capables de parcourir l'histoire des siècles.

Les idées des anciens parcouraient le monde, sans Internet. Maintenant Internet envoie des millions de caravanes par jour entre l'Orient et l'Occident. Que restera-t-il de tout ce trafic dans deux mille ans ?

Eusèbe de Césarée (Prép. Ev., Livre XI) rapporte le témoignage d'un écrivain voyageur, Mégasthène, qui partit au 4ème siècle av. J.-C. en Inde pour y représenter le roi Séleucus I Nicator, – le successeur d'Alexandre le Grand. Dans le 3ème Livre de ses Indica, l'ambassadeur grec constate: « Vraiment tout ce que nos anciens ont dit de la nature l'est aussi par les philosophes étrangers à la Grèce, soit en Inde par les Brahmanes, soit en Syrie par ceux qu'on appelle les Juifs. »

Première ode à la mondialisation des esprits ! Reconnaissance de la proximité et du partage des idées! Les idées circulaient, dans tous les domaines. Mais c'étaient les idées religieuses et philosophiques, sans doute, qui étaient le mieux à même de voyager le plus loin, par delà les frontières et les langues, les systèmes et les préjugés. Heureux temps d'ouvertures tous azimuts.

Après Mégasthène, Eusèbe évoque Numénius, qui écrivait: « Après avoir cité les témoignages de Platon, il faudra remonter plus haut et les rattacher aux enseignements des Pythagore puis en appeler aux peuples de renom, en conférant leurs initiations, leurs dogmes, les fondations cultuelles qu'ils accomplissent d'accord avec Platon, et tout ce qu'ont établi les Brahmanes, les Juifs, les Mages et les Égyptiens. »

Cette phrase témoigne que l'Inde, la Perse, la Mésopotamie, Israël, et l’Égypte, constituaient alors, avec la Grèce, un grand arc continu et fertile de pensées, de rêves, l'immense coulée lumineuse d'un génie mondialisé.

J'ai la nostalgie de ces siècles passés, pris sous le résumé accélérateur d'Eusèbe, Mégasthène et Numénius, et qui témoignent de la possibilité naturelle des esprits à se jeter les uns aux autres des liens et des échelles, des guides et des relais.

Le 21ème siècle, non sans paradoxe, a électrifié et électronisé la mondialisation, la rendant quasi-immédiate, mais en même temps fort superficielle. Certes, nous savons « en temps réel », comme on dit, les cours des bourses de Shanghai, Francfort et New York, ainsi que le nombre de cadavres relevés après tel attentat lointain ou proche. Mais nous en savons peut-être beaucoup moins sur les « initiations » des peuples et la manière d'évolution de leurs « fondations cultuelles » – mis à part, bien entendu, les torrents de détails, quand leurs conséquences s'expriment par le sang, la souffrance et la mort.

Selon Porphyre, dans sa Philosophie tirée des Oracles (Livre I): « Apollon dit : ''Enchaînée de bronze est la route escarpée et ardue qui mène aux Dieux ; les Barbares en ont découvert bien des sentiers, mais les Grecs se sont égarés ; ceux qui la tenaient à peine l'ont perdue ; or de la découverte le Dieu a fait honneur aux Égyptiens, aux Phéniciens, aux Chaldéens (ce sont les Assyriens), aux Lydiens et aux Hébreux. »

Curieux non ? Porphyre, philosophe néo-platonicien du 3ème siècle ap. J.-C., reconnaît dans une même phrase la profonde fraternité intellectuelle et spirituelle des peuples qui vivaient alors dans l’Égypte, l'Israël, le Liban, la Turquie, la Syrie, l’Irak et l'Iran d'aujourd'hui, et qui les rapprochait tous dans leur marche sur cette « route escarpée et ardue qui mène aux Dieux ».

Porphyre ajoute cependant cette restriction: « En outre Apollon dit dans un autre oracle : '' Aux seuls Chaldéens est échue la sagesse ainsi qu'aux Hébreux qui adorent saintement le Dieu-roi né de lui-même.'' »

La religion n'est pas tout. Il ne suffit pas de marcher sur la route escarpée et ardue qui mène aux Dieux. Encore faut-il le faire avec « sagesse ». Les Chaldéens et les Hébreux, alors, en étaient dépositaires. Qui aujourd'hui ?

vendredi 18 mars 2016

La poule est l'avenir de l'homme

Une vie d'animaux, voilà la bonne métaphore... Pas une vie de lions, d'aigles, ou de cétacés, qui sont encore de grands animaux libres, des animaux qui parcourent les steppes, fouillent l'horizon, ou sillonnent les océans. Ceux-là ont encore du temps, libre, entre deux chasses. Non, une vie de poulets de basse-cour, plutôt. Les poulets picorent. Ils passent leur vie à picorer dans la poussière. Avant de se faire couper le cou. Tout leur temps, les poulets le passent dans le bonheur, au paradis des poulets, le grain abonde, il n'y a qu'à poser le bec dessus. Le bonheur absolu, quoique sous forme dispersée, est constamment entre leurs pattes, sous leur bec. Pic, pic, pic. Toute leur vie, tous leurs rêves sont par terre, à portée de bec. Ils n'ont pas besoin de steppes et de nuages, d'horizons et d'abîmes. Ils n'ont cure de chercher un ailleurs ou quelque chose d'inouï qui serait dans l'absence. Tout est toujours déjà là. Il n'y a pas à chercher un orient ou un occident quelconques, un pôle Nord ou une croix du Sud. Le poulet toujours picore, ravi de l'aubaine toujours renouvelée, et sans fin.

Bien sûr, parfois un plus gros poulet pique un plus maigre. Picking order. Mais les plus gros sont aussi les premiers à partir, là-bas où l'on promeut les poulets au rang de poulardes élevées au grain. Et puis si un poulet se trouve trop maigre, il n'a qu'à picorer toujours plus. La cour est pleine.

Voilà une bonne métaphore du monde médiatique, technique. On pianote, on zappe et on clique comme des poulets picorent. Les poulets travaillent du bec, et nous du pouce et de l'index.

Peu d'usage des fonctions supérieures. On est tous engraissés aux hormones de croissance. Pas beaucoup de temps pour prendre de la hauteur, de la distance ou de la profondeur. Pour quoi faire ? Pic, pic, pic.

mardi 15 mars 2016

Souffrance infinie, über-empire et "mitzvah"

Dans ses Principes de la philosophie du droit, Hegel aborde brièvement la question, fort large, de « l'Histoire universelle ». Les esprits des peuples, selon Hegel, ont chacun leur vérité, et en conséquence chaque peuple a son rôle particulier à jouer, à un moment donné de l'Histoire, et uniquement à ce moment-là. Après quoi, ils connaissent la décadence et la chute, annonçant ainsi « le passage de l'esprit dans un principe nouveau, et de l'histoire universelle dans un autre peuple » (§347).

Il observe, plus précisément, qu'il y a eu quatre époques bien distinctes dans « l'incarnation » de l'Esprit du monde dans sa prise de conscience de soi (§353-358). Dans la première, l'esprit se connaît comme « forme substantielle », comme « identité », dans laquelle les individualités se perdent et restent injustifiées en tant que telles. Cette période correspond à l'apogée de « l'empire d'Orient ». Le gouvernement y est une théocratie, le chef est un prêtre suprême ou bien un Dieu, la législation vient de la religion, et « la personnalité individuelle disparaît sans droits ».

Dans la seconde époque, l'esprit substantiel acquiert un « savoir » de lui-même, un « contenu positif », qui permet l'individualité morale objective. Cela correspond à « l'empire grec », où coexistent « une base mystérieuse, refoulée dans une réminiscence obscure, dans la profondeur sombre de la tradition » et une « spiritualité individuelle », qui « surgit à la lumière du savoir, devient mesure et clarté par la beauté et par la moralité libre et allègre ».

Le troisième moment est celui de la conscience qui s'approfondit jusqu'à l'universalité abstraite, mais entre alors en contradiction avec l'objectivité du monde déserté par l'esprit. C'est le moment de l'empire romain, où s'accomplit « jusqu'au déchirement infini la séparation (…) de la conscience personnelle privée et de l'universalité abstraite. » C'est aussi le moment de « la violence froide et cupide » des aristocrates, de la « corruption de la plèbe », de la « dissolution de l'ensemble », du « malheur universel » et de la mort de la vie morale.

Enfin vient la dernière époque, où cette dernière « contradiction » se renverse, « pour recevoir en elle-même sa vérité concrète », et « pour se réconcilier avec l'objectivité et s'y installer ». L'esprit revient à sa substance première, il se connaît comme « vérité », comme « pensée » et « comme monde d'une réalité légale ». C'est le moment, dit Hegel, de l'empire germanique, où se réalise « le principe de l'unité des natures divine et humaine ». C'est aussi « le principe nordique des peuples germains qui a pour mission de les réaliser. »

C'est à l'empire germanique que revient la mission de renverser les empires précédents, et de « sortir de cette perte de soi-même et de son univers et de la souffrance infinie qui en résulte, souffrance pour servir de support à laquelle le peuple israélite était maintenu tout prêt. »

Hegel s'est sans doute trompé quant à la mission de « l'empire germanique ». Il n'a pas mis un terme à la souffrance de l'univers, et certes pas à celle du « peuple israélite ».

Mais il est permis de poser la question sous un autre angle. Peut-être la mission de l'empire germanique s'est-elle transmise sous d'autres vocables à l'empire soviétique (sans plus de succès) et à l'empire américain (qui a pu croire voir son heure arriver, mais qui a surtout gagné beaucoup de batailles à la Pyrrhus).

Il est aussi utile de se demander quel sera le prochain empire à tenter de relever les défis hégéliens : l'unification des natures divine et humaines, la sortie de la perte de soi-même, la fin de la souffrance infinie.

L'empire chinois ? Hmmm. L'empire capitaliste ? Vous voulez rire, naturellement.

Non, je verrais bien autre chose, de complètement différent : l'über-empire. Oui, il faut bien un mot allemand pour continuer la réflexion hégélienne. Un über-empire, ce serait une sorte d'empire mondial, décentralisé, auto-organisé, auto-régulé. Plus de places financières privilégiées, genre Londres ou New York, plus de paradis fiscaux, une monnaie mondiale, une liberté absolue de circuler pour tous, l'interdiction absolue de toute guerre (garantie par une force mondiale de sécurité dotée de tous les moyens nécessaires), un régime mondial du travail et de la sécurité sociale, basé sur un principe d'égalité rigoureuse des personnes à travers la planète, une carte d'identité mondiale sans référence nationale ou religieuse, un système d'über-élections politiques à tous les niveaux (local, régional, mondial), destinées à élire les « sages » chargés de garantir les formes d'auto-régulation nécessaires, un système de taxation mondiale (impôts prélevés à la source sur toutes les über-opérations, avec des clés de proportionnalité différentes suivant la nature et le montant de ces transactions), un über-revenu mondial garanti de la naissance à la mort pour chacun.

L'über-empire est sans doute une utopie, mais pas tellement plus que « l'empire germanique » de Hegel. Je dirais même qu'il est en fait moins utopique. Bon d'accord, ce n'est pas très casher de rêver de l'union des natures divine et humaine, mais si l'on fait un pas en avant vers la réduction de la « souffrance infinie » des peuples du monde, n'aura-t-on pas accompli par là une sorte de mitzvah ?

Pédophilie, déchristianisation et « jungle » de Calais

La chasse ouverte aux curés pédophiles, dont on voit quelques effets avec l'affaire du cardinal Barbarin, ou l'Oscar donné au film Spotlight, est sans aucun doute une excellente chose, quant au but censément poursuivi. Mais alors, on pourrait peut-être étendre cette chasse anti-pédophiles, même rétrospectivement, à quelques autres figures, comme celles de Gide ou de Montherlant, et même à ce ministre de la République française qui s'est fait prendre il n'y a pas si longtemps dans un palais de Marrakech lors d'une rafle de la police marocaine en compagnie de jeunes garçons, mais dont le nom est soigneusement tenu hors de la scène médiatique. Serait-il admissible que le Président de la République et que le Premier ministre sous lesquels ce ministre pédophile a officié sont aussi en quelque sorte des « cardinaux Barbarin » de la laïcité républicaine? Et les médias aujourd'hui déchaînés (je pense au journal Le Monde, par exemple), comment ont-ils pu être alors si silencieux ?

Je pense qu'il y a une autre interprétation. La « déchristianisation » tellement soulignée de nos sociétés est encore insuffisante, apparemment. Il faut aller beaucoup plus loin dans l'éradication du christianisme. Par extension et métonymie, c'est toute l’Église qui semble coupable de négligence, de complicité, d'aveuglement, dans cette affaire, et plus grave encore, elle semble fondamentalement corrompue de par ses règles propres (centralisme de la gouvernance, statut des prêtres, célibat, vœu de chasteté, marginalisation des femmes et des laïcs dans la gestion de l’Église).

La déchristianisation, n'en doutons pas, a déjà fort progressé. Mais il est en effet possible d'aller beaucoup plus loin encore. Et il ne me paraît pas qu'il faille trop s'en réjouir.

Car si l'affaire Barbarin est devenue soudainement, si longtemps après les faits incriminés, d'importance nationale, il me semble que des scandales contemporains, que tout le monde peut constater, restent étonnamment hors de la puissance de pénétration des radars moraux. « Lorsque j'entends le mot « ordre », j'ai le poil qui se hérisse, parce que j'entends alors les trains bien à l'heure d'Eichmann, mis en branle au mot de « tout est en ordre », ferrailler vers Auschwitz. C'est le mot le plus effroyable que je connaisse. C'est le camouflage du monstrueux. Il sort directement de la bouche de la machine elle-même. Il est si profondément déshonoré qu'il devrait rester interdit pendant des siècles. Et encore de nos jours – en cela, hormis le plus grand raffinement du camouflage actuel, rien n'a changé depuis l'époque d'Eichmann – il vise exclusivement à couvrir l'absence de scrupules ; anesthésier en nous la représentation de la chose qui a été ordonnée ou mise en ordre ; paralyser notre intérêt pour les effets de ce que nous continuons à faire ; bref : nous induire à faire confiance à la machine qui tourne sans à-coups parce qu'elle tourne sans à-coups. » Ce texte de Günther Anders (in « Sténogrammes philosophiques ») a été écrit il y a environ un demi-siècle. Loin de moi l'idée de créer, même allusivement, la moindre analogie entre l'évacuation des campements de Calais, nommés fort abusivement (et complaisamment «Jungle »), et les trains de la mort nazis. Ce n'est d'ailleurs pas l'intention non plus de G. Anders que de banaliser l'expérience de l'horreur. Son propos se concentre sur un aspect sémantique : l'utilisation inadmissible du mot « ordre ».

Je voudrais faire de même à propose des événements de Calais. Il y règne selon les médias une véritable « jungle », première désinformation. L’État agit pour garantir « l'ordre ». Tout cela dans l'indifférence assoupie des regardeurs de télévision, et l'excitation des états-majors politiciens, qui se doutent qu'il y a là beaucoup de farine électorale à moudre.

Et la « déchristianisation » dans tout cela ?

Je crois que la « jungle » n'est pas réellement à Calais. Elle est plutôt, en fait, dans les couloirs des ministères, dans les allées du pouvoir, dans les rassemblements populistes, un peu partout dans le monde. La « jungle » prolifère dans l'esprit des hommes « déchristianisés ».

Et nous n'avons encore rien vu.

lundi 14 mars 2016

Le pape est une femme chinoise et l'Europe une mégère raciste

Dans son dernier livre, L'Avenir de Dieu, l'historien Jean Delumeau écrit que l'aggiornamento de l’Église ne sera vraiment réalisé que le jour où le pape sera une femme chinoise mariée à un Noir.

L'idée peut paraître piquante. Pourquoi pas en effet ? Mais comme pour Windows les mises à jour, les aggiornamentos (ti?), sont perpétuels, et ne peuvent pas cesser comme ça. Un jour sans doute la prophétie de Delumeau sera réalisée. L’Église en sera alors visiblement plus universelle, plus « catholique » donc. Mais il y aura encore du chemin à faire. Voilà le programme : la mise en union de toutes les fois mondiales, la synthèse de leurs dogmes divers, y compris incompatibles, le rapiéçage des schismes, le raccommodement des exclusions, la reconnaissance des errements. Plus que tout, la paix effective dans le monde, et la justice. Sans quoi tout n'est que farce, hypocrisie, bla-bla technique à l'usage des pédants et des bigots de toutes obédiences.

Le pape « femme chinoise » sera un grand bond en avant, n'en doutons pas, mais la route est bien plus longue encore que la distance d'un bondissement.

Prenons un sujet qui touche de près les Européens. Aujourd'hui, Rome est toujours en Europe, pas très loin d'Athènes, ni d'ailleurs de Jérusalem, pour qui sait lire les cartes.

Et l'Europe, qui est paraît-il en « voie de déchristianisation rapide », confirme en effet l'effondrement de ses valeurs. Jour après jour, des femmes, des enfants, des vieillards et des jeunes gens meurent noyés en mer Égée, et ceux qui survivent s'entassent dans des camps dans l'indifférence des bonnes gens, et suscitant aussi la haine par anticipation, et par action, des groupes extrémistes. Des portions entières, massives, au Nord, à l'Est, au Sud de l'Europe « déchristianisée » se convertissent aux mots d'ordre de l'extrémisme raciste, rapace, ranci, rabide.

Angela Merkel joue, c'est la seule, la carte de l'ouverture franche et massive. Choix risqué, mais absolument visionnaire. J'avoue que j'ai de l'admiration pour cette femme. Comparez avec Hollande ou Cameron, ces petits marquis confits de suffisance, tout pleins de petits calculs minables, experts en ré-élections, mais absolument incapables de soulever l'Europe des peuples à la hauteur des ambitions séculaires, millénaires même, qui furent un jour les siennes. Toute cette passivité sans vision, sans sens, toute cette misérable hypocrisie, toute cette puanteur petite me soulèvent le cœur.

Au départ il y a la Syrie dit-on. Mais avant la Syrie il y eut l’Égypte, la Libye, la Tunisie. Et l'Irak ! Et l'Afghanistan !... Que faisaient les grands chefs alors ? Sarkozy a fait bombarder Khadafi pour éliminer les preuves de l'argent que celui-ci lui avait versé (50 millions de dollars?) pour ses misérables petites campagnes « républicaines ». Obama, prix Nobel de la Paix, n'a pas su vraiment mener la guerre, ni gagner la paix.

Où était l'Europe quand le feu gagnait de nouveaux foyers, l'un après l'autre, sur la rive sud de la Mare Nostrum, ou à l'Est de ses rives orientales?

L'irresponsabilité du politique est flagrante, totale, ahurissante. Ah, pour sauver les banques, défendre les taxis, composer avec les intérêts, oui, il y a de la ressource. Pour sauver le monde, il faudra attendre les élections.

L'Europe n'est pas une terre, ce n'est pas un petit cap asiatique, malgré la formule de Valéry. L'Europe est un concept, une idée. Quoique pas encore tout à fait morte, cette idée est à l'agonie. Que veut-on ? Une Europe barbelée ? Des murs partout ? Une police des frontières tirant à vue sur les hordes de pauvres gens, comme le promettent déjà certains partis, qui ont le don d'attirer les votes ?

Que veut-on ? Le fascisme mondial enfin vainqueur, dans l'agonie vichyssoise des consciences ? Que veut-on ? La mort de l'âme et du cœur ? Que veut-on ? Attirer sur nous, comme la merde les mouches, la souffrance des réfugiés, le mépris des humiliés, la rage des terroristes ?

Nous avons besoin d'une grande vision, d'un grand projet. L'Europe étrécie, comme le ver fouaillé par l'épingle, sera rayée de la carte géographique, conceptuelle et morale du monde si nous laissons les petits marquis continuer de gérer les affaires, soi-disant pour nous protéger du danger de la « terreur », ou de son corrélat, « l'extrémisme ».

Une autre politique est possible. Celle du courage et de l'ambition mondiale.

mercredi 9 décembre 2015

La putréfaction de la psyché occidentale

L'extrémisme a aujourd'hui le vent en poupe, un peu partout dans le monde. Il n'est pas une solution, mais il paraît tel. Il va seulement aggraver la situation, dans des proportions indescriptibles, peut-être même catastrophiques. Mais on y va, tout droit. Pourquoi ?

Dans la région PACA, le FN est aujourd'hui à près de 41% de votes exprimés. S'il y a de nouveaux attentats, le score montera sans doute au-delà des 50%. Alors ce ne sera plus une question de vote bien sûr, mais d'application effective d'un programme, potentiellement, radicalement disruptif. Alors les choses prendront rapidement des proportions sinistres, dans une région où la proportion d'immigrés est forte, le chômage endémique, les maffias influentes, le racisme latent. On peut même prévoir un scénario noir de guerre civile latente ou déclarée. Ce qui est sûr c'est que rien, absolument rien du programme du FN ne sera en mesure d'améliorer la situation effective des gens qui ont voté pour lui. Qu'est-ce qu'ils croient ? Que la Le Pen va créer des emplois par millions, revaloriser les retraites et raser gratis, tout cela en sortant de l'Europe et de l'Euro ?

Que se passe-t-il donc ? De quoi cette « désespérance » est-elle faite ?

Je crois que l'extrémisme est le symptôme d'une maladie de la psyché, une maladie de l'inconscient collectif. Que l'Occident soit profondément malade, c'est ce dont je suis convaincu. Je mets en rapport le score du FN avec les dernières déclarations – sidérantes – du candidat Républicain à la présidence des États-Unis: Donald Trump veut « l'arrêt total et complet de l'entrée des musulmans aux États-Unis. » D'accord, ce type est fou. Toute la classe politique américaine s'est d'ailleurs déchaînée contre lui. Mais le point réellement important à souligner ici, c'est que Trump est toujours en tête des sondages, et que ce nouveau « dérapage », sans doute fort bien contrôlé, loin de lui nuire devant son électorat, renforce son avantage. La psyché est malade, vous dis-je.

En France, comme aux États-Unis, le populisme a de l'avenir. Je me rappelle encore d'une époque où Le Pen père faisait du 1% aux élections. Quelque chose se passe, donc, dont il paraît difficile de prendre la mesure exacte. Il est très possible, entre autres choses, que la « démocratie » elle-même soit menacée. Il est très possible que le populisme ruine l'idée même de démocratie. Après tout rien de plus aisé que de faire passer la République dans un « état d'exception ». Plus généralement, quand le peuple vote mal, il faut dissoudre soit le peuple (pas facile), soit le vote (ce qui est un peu plus facile, et cela s'appelle la dictature).

Quelque chose de grave est en train de se passer, mais quoi exactement ? Je crois qu'il est urgentissime de mettre le doigt sur la plaie béante dans la psyché des « modernes », et de la nommer.

Pour ce faire, je voudrais emprunter des éléments d'analyse venant d'une autre époque, celle du nazisme et du fascisme. Je voudrais citer George Orwell, qui écrivait en 1940, dans une analyse de Mein Kampf, ces lignes :

« [Hitler] has grasped the falsity of the hedonistic attitude to life. Nearly all western thought since the last war, certainly all "progressive" thought, has assumed tacitly that human beings desire nothing beyond ease, security, and avoidance of pain. In such a view of life there is no room, for instance, for patriotism and the military virtues. The Socialist who finds his children playing with soldiers is usually upset, but he is never able to think of a substitute for the tin soldiers; tin pacifists somehow won’t do. Hitler, because in his own joyless mind he feels it with exceptional strength, knows that human beings don’t only want comfort, safety, short working-hours, hygiene, birth-control and, in general, common sense; they also, at least intermittently, want struggle and self-sacrifice, not to mention drums, flag and loyalty-parades. However they may be as economic theories, Fascism and Nazism are psychologically far sounder than any hedonistic conception of life. The same is probably true of Stalin’s militarised version of Socialism. All three of the great dictators have enhanced their power by imposing intolerable burdens on their peoples. Whereas Socialism, and even capitalism in a grudging way, have said to people "I offer you a good time," Hitler has said to them "I offer you struggle, danger and death," and as a result a whole nation flings itself at his feet. »

From a review of Adolf Hitler's Mein Kampf, New English Weekly (21 March 1940)

 Je crois que ce qui sidère les admirateurs de Trump et les électeur du FN est analogue à ce qui sidérait jadis les nazis : le désir de se battre, la volonté d'en découdre, le refus d'un hédonisme impuissant et mou, l'aspiration à une idée, plus forte que la mort.

La phrase d'Orwell qui me paraît la plus dure, la plus juste et la plus proprement illisible aujourd'hui, à notre époque « politiquement correcte » (et philosophiquement nulle) est celle-ci : « Fascism and Nazism are psychologically far sounder than any hedonistic conception of life. »

Cela ne revient pas à dire que le fascisme et le nazisme soit en aucune manière tant soit peu acceptable. Non. Non. Non. Cela revient à dire qu'il y a au fond de la psyché humaine un désir immarcescible de donner du sens à sa vie, y compris parfois un sens totalement dévoyé.

Les stratèges de Daech ont aussi compris cela. Les démocraties occidentales se contentent d'eau tiède là où leurs ennemis concoctent des boissons brûlantes, enivrantes.

Je crois que le vrai combat ne fait que commencer. Daech, le FN, ou Donald Trump ne sont que des figures du même mal : ils nous renvoient seulement à la maladie qui putréfie notre civilisation, la maladie de l'âme qu'il nous faut soigner, non pas simplement par des « votes », mais par une conversion de tout l'être.

Ce n'est pas l'islam le problème. Le problème, c'est l'incroyance au destin des hommes, l'infidélité à la profondeur de la psyché.

dimanche 6 décembre 2015

Que faut-il faire avec Daech ?

Que faut-il faire avec Daech ? Quelle stratégie choisir ? L’annihilation ? La négociation ?

Tony Blair, cet ancien premier ministre fameux pour avoir délibérément menti au Parlement britannique en prétendant disposer de preuves irréfutables de la présence d’armes de destruction massives dans l’Irak de Saddam Hussein, vient de livrer son point de vue, lors des 7èmes Conférences « Kissinger ». Le soutien pour l’État islamique, la croyance dans le « Califat » et dans la venue de l’Apocalypse, « s’enracinent profondément dans les sociétés musulmanes », affirme-t-il. Il prévoit de futures attaques de Daech, bien plus massives et bien plus dévastatrices que les attentats de Paris. La seule façon d’empêcher le carnage est d’éradiquer définitivement Daech et son idéologie.

Tony Blair assure aussi que « dans de nombreux pays musulmans, de grands nombres de personnes croient que la CIA ou les Juifs étaient derrière le 11 septembre. Des imams qui proclament que les incroyants et les apostats doivent être tués, ou qui appellent au jihad contre les Juifs ont des comptes Twitter qui sont suivis par des millions de personnes… Cette idéologie a des racines profondes. Nous devons trouver le moyen de l’éradiquer.»

(“However, in many Muslim countries large numbers also believe that the CIA or Jews were behind 9/11. Clerics who proclaim that non-believers and apostates must be killed or call for jihad against Jews have Twitter followings running into millions … The ideology has deep roots. We have to reach right the way down and uproot it.”)

Il ajoute que Daech doit nécessairement être défait en Syrie, en Irak, en Libye, dans le Sinaï et dans plusieurs régions d’Afrique sub-saharienne. Mais une victoire militaire sur Daech ne suffira pas. « La force seule ne pourra prévaloir. Il faut se confronter à l’idéologie islamiste », assène Blair.

Sur ce point, Blair a peu de conseils précis à apporter. Apparemment il n’a pas la moindre idée de la manière dont l’Occident peut se « confronter » à cette idéologie. En attendant il se contente de se réjouir que les attaques des avions britanniques vont pouvoir commencer après le vote du Parlement.

D’un autre côté, il est peut-être utile de présenter le point de vue (sans doute minoritaire) du journaliste français Nicolas Hénin, retenu en otage pendant dix mois en Syrie par Daech, jusqu’en avril 2014. Il vient de déclarer dans une entrevue sur YouTube, reprise par The Independant, The Guardian, et plusieurs autres médias qu’il fallait immédiatement cesser tous les bombardements sur Daech. Bombarder la Syrie, c’est faire le jeu de Daech, dit-il : « C’est un piège tendu à la communauté internationale. »

En revanche, il faut continuer d’accueillir les réfugiés syriens en Europe, car c’est la meilleure manière de déstabiliser la propagande de Daech qui est basée sur la haine supposée des Occidentaux pour les musulmans, et qui a par conséquent bien du mal à expliquer pourquoi ils fuient en masse une « terre de rêve » pour aller se réfugier chez les apostats, les infidèles et tous ceux qui sont engagés en Occident dans un combat apocalyptique contre l’islam.

Les militants de Daech croient en effet que le moment est venu de la confrontation finale entre l’armée musulmane composée de soldats venus du monde entier et les « 80 armées » d’incroyants qui ont juré sa perte.

La meilleure manière de procéder serait l’interdiction de tous les vols, quels qu’ils soient, dans le ciel syrien. Ce serait la seule façon d’assurer la sécurité des populations, et par là même affaiblir substantiellement Daech.

Alors, qui a raison ? Blair ? Hénin ? Poutine ? Erdogan ? Hollande ? Obama ?

Voilà comment je vois les choses. Cette guerre est faite pour durer. Longtemps. Il y a bien d’autres conflits dans la région proche qui se sont installés pour ce qui ressemble à l’éternité, c’est-à-dire disons cent ans. Pourquoi ce conflit-ci, qui bénéficie de leurs dynamiques entremêlées échapperait-il à la règle ? Gardons à l’esprit que nous subirons les stress directement ou indirectement liés pendant deux, trois, quatre générations. Il faut donc mettre les politiques généralement décidées à court terme en perspectives longues. Et voir si elles tiennent la route.

Deuxièmement, tous les acteurs présents et absents ont des objectifs fondamentalement différents. Daech et les Syriens « modérés », les Sunnites et les Chiites, Al-Nusra et les Alaouites, les Kurdes et les Turcs, l’OTAN et les Russes, les Américains et les Européens, etc…

Tous ces intérêts, pourquoi se mettraient-ils à converger ? Donc, ils ne convergeront pas, sauf si des faits radicalement nouveaux apparaissent, qui obligent un changement dirimant des agendas politiques.

Troisièmement, quels sont les bénéficiaires objectifs de la guerre ? Les tyrannies, les extrémismes, les maffias. Quelles sont les victimes ? Les peuples, les modérés, les démocraties.Tant que ceux qui ont intérêt à voir croître leurs bénéfices seront plus forts que ceux qui en ont à payer le coût, la situation empirera.

Quatrièmement, il y a de nombreux éléments idéologiques et religieux menteurs, trompeurs, hypocrites, dans la propagande intense et les divers narratifs déversés par les médias et les "parties prenantes". Une critique, une déconstruction de ces idéologies, de ces narratifs, ne suffira pas. Il faudrait pouvoir penser et bâtir des contre-idéologies, moins menteuses, moins trompeuses, moins hypocrites que celles répandues dans les médias, dans les écoles, dans les lieux de culte, dans les partis, dans les esprits. Et pouvoir, en réaction, les répandre dans les médias, dans les écoles, dans les lieux de culte, dans les partis, dans les esprits.

Courage ! C’est peut-être possible, d’atteindre ces objectifs, en quelques générations.

Mettons-nous au travail.

jeudi 26 novembre 2015

La trahison des hommes politiques

L'État Islamique n'est pas né dans le désert. Il découle de l'invasion de l'Irak concoctée en 2003 par le gouvernement de G.W. Bush, et bénéficie du succès spécifique de l'idéologie salafiste, propagée et soutenue par l'Arabie Saoudite et d'autres états du Golfe, alliés stratégiques des États-Unis. L'Occident semble être donc en pleine schizophrénie. D'un côté les démocraties occidentales proclament leur volonté d'en finir avec le « terrorisme », se contentant de cibler les effets et non les causes, et de l'autre elles font tout pour éviter de nommer les véritables responsables de la vague d'attentats déclenchés par des « petites mains », les commanditaires étant situés dit-on en Syrie.

Or ce pays est devenu un concentré de contradictions géostratégiques. Au nord, des Kurdes, mais aussi des Turkmènes, et des Sunnites, à l'ouest des Alaouites et des Chrétiens, à l'est des Chiites et plus au Sud, il y a Israël, sur le Golan... Les Turcs attaquent les Kurdes, mais aussi les Russes, qui attaquent les « modérés » en guerre contre les Alaouites, l'Arabie Saoudite attaque les Chiites et les Alaouites, soutenus par l'Iran, les États-Unis sont alliés avec la Turquie qui est dans l'Otan et avec l'Arabie saoudite, gorgée de pétrole, mais depuis peu ils se rapprochent un peu de l'Iran.

Heureusement Hollande envoie le Charles-de-Gaulle, pour rétablir l'ordre.

Est-ce bien sûr ? L'Occident peut-il gagner cette guerre ? Le Viet Nam et l'Afghanistan, sans parler de l'Algérie, rappellent aux bons esprits que les armées classiques ne gagnent pas les guerres à coups de bombardements. L'important c'est le sol, et surtout le peuple.

Que pense le « peuple » ? Pour le moment il fuit en masse. Mais quand Al Jazira fait un sondage (pour ce que cela vaut), il semble que 81% des arabo-musulmans de par toute la région soutiennent Daech.

Daech représente une vision du monde assurément partagée par des milliers de djihadistes, et donc, sans doute aussi par des millions de sympathisants plus ou moins assumés.

Farhad Khosrokhavar, directeur d'études à l'EHESS et auteur du livre « Radicalisation », analyse: « Il existe une catégorie faite de jeunes exclus qui ont intériorisé la haine de la société et se victimisent, les « désaffiliés ». Ils pensent ne pas avoir d’avenir dans le modèle dominant « travail, famille, insertion dans la société ». L’adhésion à l’islam radical est un moyen pour eux de sacraliser leur haine, de la légitimer et de justifier leur agressivité. Ils ont quelques caractéristiques communes : vie d’exclusion dans les banlieues, déviance, emprisonnement, récidive, adhésion à une version radicale de l’islam, voyage initiatique en Afghanistan, au Pakistan, au Yémen ou en Syrie, et enfin la volonté de rupture avec la société au nom de la guerre sainte. C’est le profil des auteurs –exceptionnellement jeunes - des tueries aveugles du 13 novembre, mais aussi de tous les attentats jihadistes commis en France depuis le milieu des années 2000. Ce groupe de jeunes déclassés des cités ou des « poor inner cities » (quartiers populaires des centres villes) constitue désormais en quelque sorte une armée de réserve djihadiste en Europe. (…) Chez les jeunes désaffiliés, le moteur est surtout la transcription de leur haine de la société dans une religiosité qui leur donne le sentiment d’exister et d’inverser les rôles. D’insignifiants, ils deviennent des héros. De jugés et condamnés par la justice, ils deviennent juges d’une société qu’ils qualifient d’hérétique et d’impie. D’individus inspirant le mépris, ils deviennent des êtres violents qui inspirent la peur. D’inconnus, ils deviennent des vedettes… »

Une armée djihadiste au sein des sociétés occidentales ? Faut-il en tirer les conclusions ?

La revue en ligne de Daech, Dabiq, arbore complaisamment ses analyses et sa confiance dans le succès final. Un article cite même nombre de spécialistes occidentaux qui font le même raisonnement. L'ancien Chef du contre-terrorisme du MI6, Richard Barrett, a déclaré le 21 Juin 2015 dans l'Independent : L'Irak et la Syrie ne redeviendront pas ce qu'ils étaient (…). Et malgré toutes ses caractéristiques dysfonctionnelles (dystopian), ISIS offre à ceux qui vivent sous sa loi une meilleure gouvernance à certains égards que ce qu'ils recevaient de l’État précédent. La corruption est beaucoup moins prévalente, et la justice, quoique brutale, est rapide et appliquée plus justement. » Le Brigadier-Général Ronald Mangum (Georgia Caucasus Strategic Studies Institute), a déclaré le 29 mai 2015 : « L’État islamique possède tous les réquisits pour être reconnu comme un État. » La revue Foreign Policy s'interrogeait le 10 juin 2015 : « Que devrions-nous faire si l’État islamique gagne ? »

Cela fait un peu désordre de voir des agents des services ou des militaires de haut grade se décider à dire tout haut des vérités dérangeantes, d'autant qu'elles sont immédiatement reprises par les idéologues de Daech qui n'en perdent pas une miette.

Il est clair que les contradictions extrêmement profondes des « puissances » qui opèrent dans la région, et plus particulièrement celles qui minent le camps occidental de l'intérieur, obligent à faire l'hypothèse que Daech pourrait tout aussi bien sortir vainqueur, au bout de quelques années.

Il me semble que la clé du problème (non pas de sa solution, mais de sa représentation) a bien été formulée par Pierre Conesa, auteur du Rapport sur la contre-radicalisation en France, lorsqu'il met en regard « le cynisme des États du Golfe » et « le mutisme des hommes politiques en Europe. »

Personne ne peut prédire ce qui va arriver. Une guerre civile européenne ? Une guerre russo-turque, puis une guerre Russie-OTAN ? Une guerre Iran-Arabie Saoudite ? Tout est possible, rien ne peut être exclu. Tout peut déraper.

Je voudrais seulement pointer un fait indubitable : à nouveau, au cœur de l'Europe, ce phénomène, jadis analysé par Julien Benda, la « trahison des clercs » – que l'on devrait renommer aujourd'hui, tant les intellectuels sont absents du radar, la "trahison des hommes politiques".

mercredi 18 novembre 2015

French Bashing, Bachar Bashing, et lepénisation de Hollande.

Le French Bashing connut un épisode particulièrement violent aux États-Unis en 2003, lorsque G.W. Bush décida d'attaquer l'Irak pour en finir avec Saddam Hussein – sur la base d'un double mensonge (la prétendue existence d'armes de destruction massive à Bagdad, et le lien imaginaire entre l'Irak et les attentats du 11 septembre 2001). Pourquoi tant de haine anti-française, alors? C'est que Chirac et Villepin s'opposaient aux frappes contre l'Irak. Crime de lèse-majesté. Les Français furent traités de lâches, et de traîtres à la Cause bushienne. La sanction ne tarda pas : on renomma les frites (French Fries) d'un nom plus glorieux : « Freedom Fries ». Douze ans plus tard, l'Irak est en ruine, mais on vient de jouer la Marseillaise à New York en hommage aux victimes parisiennes des attentats du « vendredi 13 ». Cela réchauffe le cœur.

Il y a peu, Poutine était un tsar ex-KGB, assoiffé de pouvoir, avalant des morceaux d'Europe, la Crimée, le bassin du Don, et se mettant de fait au ban des nations. La terrible punition n'a pas traîné : plus de « Mistral » pour Poutine, ce navire qui permet de « coordonner » des opérations militaires complexes. Mais aujourd'hui, Hollande appelle Poutine, lui propose de « coordonner » des opérations militaires françaises et russes en Syrie (sans le Mistral?), et s'accorde avec lui pour procéder à des échanges d'information entre les « services ».

Il y a peu, Laurent Fabius avait mis Bachar El Assad, le fameux tyran sanguinaire, spécialiste du gaz moutarde, dans sa mire de tir diplomatique. Aujourd'hui, on n'entend plus tellement Fabius sur les ondes. C'est plutôt Cazeneuve et Le Drian qui ont la main. Le Bachar Bashing n'est plus de mode.

Il y a peu, Le Pen c'était l'horreur absolue, pour les vrais républicains. Aujourd'hui l'horreur est dans la rue, et Le Pen va à l’Élysée donner ses précieux conseils.

Il y a peu (quelques décennies quand même), la France avait une bonne réputation en matière d'« orientalisme » (c'était le mot, à l'époque), avec de belles signatures, comme celle de Louis Massignon, ou celle de Henry Corbin, spécialiste du shiisme iranien, et une noria de centres d'études réputés, notamment au Caire, à Beyrouth, à Damas. Aujourd'hui, lors d'une émission d'Arte, en ce soir du 17 novembre 2015, Gilles Kepel, spécialiste de l'islam, et professeur à Sciences PO, se plaint, d'un ton très désabusé, qu'il n'ait presque plus d'étudiants dans ses cours et que les sphères gouvernementales et sécuritaires ne s'intéressent absolument pas aux recherches universitaires sur l'islam et le monde arabe. Lors de la même émission, Alain Chouet, ancien chef du service de renseignement de sécurité de la DGSE, reconnaît sans ambages qu'il y a très peu d'arabophones dans les « services », et encore moins de spécialistes capables de comprendre intimement la culture et l'arrière-plan profond des pays du Moyen Orient.

Il y a peu, le Qatar était un très bon client de l'armement français, et un gros investisseur en France. Aujourd'hui, le Qatar est encore tout cela, et il est aussi encore l'une des matrices reconnues internationalement des extrémismes salafistes et wahabites (financement et idéologie).

Tout est très mobile, on le voit. Cela va, cela vient. Mais on voit aussi des choses qui ne changent pas. Des idées fixes dans un monde fugace.

Par exemple, Hollande a commencé d'appliquer le programme de l'extrême droite en matière de libertés publiques et d'immigration. Pas tout, bien sûr, mais c'est un début. Si l'extrême droite est au pouvoir, un jour, après que les autres attentats prévus par les « spécialistes du renseignement » aient fait leur œuvre prochaine de destruction, que restera-t-il à faire ? Jusqu'où ira-t-on alors ?

Parmi les mesures prises par Hollande, la plus inutile, la plus symbolique et la plus dangereuse (potentiellement), est sans aucun doute la déchéance de la nationalité. Inutile, parce que des gens qui sont prêts à des opérations suicides ne se préoccupent vraiment pas de la perte du passeport français. Symbolique, parce que Hollande reprend sans distance le discours de Le Pen, et prouve ainsi sa panique politique. Dangereuse, parce que c'est la meilleure manière de dire à des millions de Française d'origine maghrébine que ce sont des citoyens de seconde zone, dont le statut peut être à tout moment révoqué d'un trait de plume. Tout ceci est excellent pour préparer le terrain d'une guerre civile, latente, interminable et désespérée.

Le discours officiel est que les opérations du 13 novembre ont été conçues et ordonnées en Syrie, organisées en Belgique et exécutées en France avec des « complicités » intérieures. Ce discours (qui est contredit de manière flagrante par les événements de Saint-Denis ce matin) tend à maximiser relativement le rôle de « l'étranger » proche ou lointain. Curieusement, on a retrouvé un passeport intact de réfugié syrien à côté du corps d'un djihadiste s'étant fait exploser près du Stade de France, comme s'il s'agissait pour les terroristes de donner des pistes, de confirmer une signature, d'ancrer l'opinion dans une certitude et de provoquer notamment « l'amalgame » entre les réfugiés et le terrorisme.

Hollande a nommé l'ennemi : le « terrorisme ». Il n'a pas parlé d'islamisme. Le « terrorisme » est une sorte d'abstraction, certes fort concrète, mais comme coupée du réel, la réalité géo-stratégique, et surtout la réalité idéologique et politique qui, quoi qu'on en pense, doivent être analysées et comprises correctement si l'on veut se donner les moyens idéologiques et politiques de le contrer.

Or, précisément, il faut se rendre à l'évidence, les Français directement impliqués dans les attentats sont majoritaires. Ce sont bien des Français, pas des Syriens, qui sont passés à l'acte, dans le sein de la France même. Tant qu'on n'aura pas reconnu ce fait gênant, minimisé par les discours officiels, tant qu'on n'aura pas reconnu que ce fait parle, hurle, crie, on n'aura pas progressé sur la voie de la résolution de cette crise profonde, sanglante.

La société française se dit libre, égale et fraternelle. Ségolène Royal vient d'en vanter la « joie de vivre ». Alors comment expliquer que des milliers de Français dûment formés à l'école républicaine et réchauffés au sein de la fraternelle société française où il fait si bon vivre soient prêts à se faire exploser dans nos rues si libres et si joyeuses ?

La France est une société plus violente, plus inégalitaire qu'elle ne se plaît à le penser.

C'est cela qu'il faut aussi changer.

Vaste programme ! Pour commencer quelque part, commençons à l'école, qui reste aujourd'hui trop souvent une machine à sélectionner et à exclure.

Et si l'on veut continuer, continuons en éliminant les ghettos. Continuons encore en construisant une éthique, une morale et une philosophie du respect de l'autre, du vivre ensemble dans un monde mondialisé.

lundi 16 novembre 2015

Horror now! ou: Démasquer la mascarade

Les attentats du vendredi 13 novembre à Paris ont donné lieu à un déferlement d'images et de sons, mais à peu d'analyses du fond du problème.

Je ressens personnellement un grand malaise à voir l'attention des médias se concentrer sur des gyrophares, une banlieue bruxelloise, ou des comparses épars. Le public a droit a des informations et une réflexion de réelle portée, et non à une litanie sans cesse répétée de clichés préformatés, idéologiques, chloroformant une opinion elle-même formatée.

Le conflit en Syrie a des causes profondes, dont la complexité même défie l'analyse. C'est précisément parce que c'est compliqué qu'il faudrait l'étudier à fond, et en avoir une vue d'ensemble. C'est aussi précisément ce type de complexité que les médias exècrent, et qu'il renâclent à traiter. Trop de profondeur, trop de rappels historiques, trop de mise en évidence des contradictions politiques, stratégiques entre les protagonistes (Irak, Syrie, Arabie Saoudite, Iran, Russie, États-Unis, France, OTAN, Turquie, Égypte, Jordanie..., et même la Chine, qui est sur la même position que la Russie à l'égard de El-Assad). Toute cette complexité nuit à l'audience, ralentit la réactivité, et fait tache dans l'urgence de l'immédiat.

On nous avait prévenus après l'attentat contre Charlie Hebdo. Le terrorisme va encore frapper. En effet, il a frappé. On nous redit à présent que c'est loin d'être fini, que cela va recommencer. Ce sera « une guerre de trente ans », ai-je même entendu un « spécialiste » dire sur les ondes.

N'est-ce pas enfin le moment de s'attaquer à fond aux causes, aux perspectives, aux buts à atteindre ?

Il ne s'agit pas de retrouver trois Kalach dans une voiture abandonnée et de nous faire croire que "l'enquête avance vite".Il s'agit de prendre une vue d'ensemble, par exemple en commençant avec l'élimination de Saddam Hussein, celle de Khadafi, et l'élimination programmée mais jusqu'à présent infructueuse de El-Assad.

Il s'agit de comprendre pourquoi l'Arabie saoudite, pourvoyeuse de fonds et d'idéologie aux salafistes les plus extrêmes, est un allié stratégique des États-Unis, et pourquoi la France est devenue depuis peu capable d'y passer de très gros contrats, commerciaux et autres.

Il s'agit de comprendre quelle est exactement la position européenne en matière de réfugiés, et comment on fait la différence avec les migrants économiques ou climatiques. Il s'agit de comprendre comment la politique sociale et économique de pays comme la France et la Belgique a fini par produire des dizaines et des dizaines de ghettos livrés aux extrémistes, aux maffias et aux trafiquants d'armes et de drogue.

L'« union nationale » a vite volé en éclat. Elle n'aura tenu qu'un jour. La politique politicienne va donner à plein. La France tétanisée devant son téléviseur va devoir subir jusqu'à l’écœurement les rodomontades de couloir, les commentaires de cafétéria, les phrases sempiternellement creuses, les bons sentiments qui sonnent faux, les envolées héroïques et vides, les promesses sans sens.

Les extrémistes rodent en meute autour de la scène du crime, se pourléchant les babines. La Le Pen sent enfin son heure venir. Sarkozy s'agite pour donner l'impression qu'il maîtrise autant la situation qu'il le faisait lorsqu'il décida de déstabiliser durablement la Libye, et d'éliminer Kadhafi, un homme qui lui avait fait don de 50 millions d'euros en 2007.

Heureusement il y a le président Hollande aux manettes. Voilà un homme d’État qui a pris, sans trop demander l'avis de l'Assemblée nationale et encore moins du Congrès, l'initiative d'une opération militaire (à qui on a donné un nom arabe : « Shammal » = Vent du nord) en Irak, à partir de septembre 2014, puis qui a décidé de l'étendre à la Syrie à partir de septembre 2015. Voilà un homme d’État qui constate qu'il y a dans son gouvernement deux ministres, l'un des affaires étrangères, l'autre de la défense, qui ont des opinions radicalement différentes sur la situation en Syrie, et qui n'en tire aucune conclusion, sans doute par "esprit de synthèse". Voilà un homme qui a dit, après une opération guerrière au Mali, que c'était « le plus beau jour de sa vie », et qui est peut-être en train de se dire qu'il a déclenché avec ses Mirages un véritable cauchemar, dont il est bien incapable de se dépêtrer.

Selon le philosophe Dilthey, la « réalité du monde extérieur s'éprouve et se vérifie par sa résistance ». Les Parisiens tranquilles qui prenaient leur vie du bon côté ont découvert vendredi soir une résistance brutale et barbare, qui vient d'ailleurs, d'un monde qu'ils ne comprennent pas, dont ils n'ont jamais entendu parler, sauf sous la forme d'une bouillie tiédasse de désinformations annihilant tout esprit critique, toute connaissance approfondie, personnelle. C'est au nom d'idées attribuées à des fanatiques, des marginaux ou même à des « fous », et qui sont donc, en tant qu'idées, absolument irrecevables, inaudibles, totalement exclues du circuit de la compréhension intelligible, c'est au nom de quelque chose qui reste totalement inexpliqué, inexplicable, foncièrement étranger à leur propre monde, qu'ils sont censés se représenter désormais le nouveau monde dans lequel on a décidé de les faire vivre, un monde de l'état d'urgence, un monde de la haine et de la suspicion, un monde de la violence pure, nue, aveugle et sans aucun sens.

Notre monde actuel est post-idéologique. Il n'y a plus besoin d'idéologie. Il est devenu parfaitement inutile de proposer de fausses visions du monde, de faire miroiter des promesses absolument vides. On le fait encore un peu par habitude, dans les réunions électorales, mais plus personne n'y croit.

Le monde est devenu un spectacle arrangé. Non pas qu'un grand méchant quelque part tire toutes les ficelles. Non, il n'y a pas un grand méchant, mais plutôt beaucoup de grands méchants puissamment aidés par des myriades de moyens méchants, et des millions de méchants bêtes. Le complot n'est pas situé dans les cerveaux du 0,1% du 0,1%, il est décentralisé, éparpillé par toute la terre.

Il n'y a plus besoin d'idéologie. « Mentir devient superflu quand le mensonge est devenu vrai », disait Günther Anders, dans un autre contexte, il est vrai, celui des États-Unis des années 50.

Le monde est un mensonge devenu vrai. Et ceux qui lui donnent cette valeur de vérité, c'est nous tous, nous qui sommes conditionnés, préparés pour accepter ce mensonge général. Nous sommes constamment renvoyés, comme un ballon de football, d'un bord à l'autre, d'un but à l'autre, par des joueurs dopés et surpayés, entraînés par des maffieux, et arbitrés par des juges achetés. Le monde est un ballon de football circulant sans fin au milieu d'un stade bordé par des gradins vides, mais filmé en permanence par les caméras et les portables du monde entier.

Nous sommes devenus des fantômes au sein d'un monde mensonger. Il est temps de se réveiller de ce sommeil, qui n'est pas un vrai sommeil, qui n'est qu'une hypnose.

« Dieu est mort », disait Nietzsche, après d'autres. Non, c'est la vérité qui est morte. « Le vrai est mort », proclame tous les écrans du monde. Il y a des vrais gens qui sont morts. D'autres vrais gens vont mourir. Pendant ce temps, nous respirons en permanence le mensonge dans le masque à gaz des images, comme si le mensonge était l'oxygène des jours.

Le masque, il ne faut plus le mettre. Il faut se démasquer. Et par là, démasquer la mascarade.

- page 2 de 5 -