Suit alors une assez longue réponse, dans le genre : « Lorsque l'esprit a des illusions, il perçoit que l'esprit a des illusions. Lorsque l'esprit est sans illusions, il perçoit que l'esprit est sans illusions (…). Lorsque l'esprit est libéré, il perçoit que l'esprit est libéré. Lorsque l'esprit n'est pas libéré, il perçoit que l'esprit n'est pas libéré.»

Puis vient la conclusion : « De la sorte il demeure observant intérieurement l'esprit dans l'esprit, ou extérieurement l'esprit dans l'esprit, ou à la fois, intérieurement et extérieurement l'esprit dans l'esprit. (…) Et il demeure indépendant, sans attachement à rien au monde. C'est ainsi qu'un moine demeure observant l'esprit dans l'esprit. »

Conclusion provisoire: l'esprit n'est "en entier" qu'en dehors de lui-même. L'esprit ne se contient donc pas lui-même. Il ne se contient qu'en sortant de sa propre "contenance". Il doit sortir. Choisir l'exode, s'exiler hors de lui-même, non comme dans un désert, mais bien plutôt comme si cette sortie de soi était la condition d'accès à sa propre essence.