De la mort en direct dans le silence politique et moral. Pas d'analyse. Les petits marquis se taisent. Quelques remontrances ici et là, non suivies d'effet. De la lâcheté dans les opinions et les pensées. Une hypocrisie générale. Pas de solutions exprimées, même s'il paraît désormais évident qu'il y en a une, évidente, secrète, indicible, programmée, progressive et terminale. Aucune voix. Aucune voie. Aucune vérité. Seulement la mort.

La haine a été installée pour longtemps dans l'esprit de ces hommes, de ces femmes, de ces enfants. C'est une haine systémique, qui recouvre les générations. Tout est désormais possible, rien n'est à exclure. Quand on atteint ce niveau de violence, de mépris, de négation de toutes valeurs communes, d'arrogance impénétrable, de misère humaine, de désespoir innommable, tout est bien sûr possible. Il faut s'attendre à tout. Et cela viendra, un jour.

Mais surtout, cette haine est systémique. Il s'agit là d'un plan, d'une démarche, froide, calculée, dirigée. Tout cela a un sens. Le chaos apparent a un sens pour quelques-uns. C'est un peu, pour prendre une analogie, comme pour l'assassinat de JFK. Un combattant systémique pour la paix dans le monde, méticuleusement assassiné par des bandes organisées en une "conspiration" pour la guerre systémique.

On est toujours dans les systèmes, sauf qu'ils sont de nos jours de plus en plus intégrés, densément totalitaires. Les années 60 ont montré quelques possibilités. Depuis, en un demi-siècle, on a fait des pas de géant vers une société mondiale quasi-fascisante. Mais on n'a encore rien vu. Le désastre est lent à venir. Mais les nuées se forment à l'horizon. La grande dépression (morale) va dépasser de loin l'économique, et la remplacer dans l'imaginaire. Ce qui se passe au Moyen Orient, n'en doutez pas, n'est qu'un prélude. Nous serons tous aspirés pas le trou noir moral. L'implosion mondiale est à venir.