Seizième jour

La présence du mystère se trahit parfois en se redoublant. En s'appliquant à lui-même le mot se met en abîme, la parole se dévoile en se voilant, et révèle la présence du gouffre. Pour expliquer cette idée un peu obscure, je voudrais utiliser des extraits émanant de textes appartenant à deux traditions différentes: la Kena-Upanişad et la Bible.

La Kena-Upanişad :

« Par qui est poussée la parole que l'on dit ? L’œil et l'oreille, quel dieu les attelle ?

Car il est l'oreille de l'oreille, le mental du mental, la parole de la parole et aussi le souffle du souffle, l’œil de l’œil. » – (KU, 1, 1-2)

L'homme est « habité » par la parole ; il ne parle pas, mais il est « parlé » par elle. Il n'est pas le maître de sa parole mais l'instrument de celle-ci. C'est en fait le Dieu qui parle dans la parole, c'est le Dieu qui écoute dans l'oreille, c'est le Dieu qui souffle dans le souffle. C'est seulement de Brahman que l'on dit qu'il est, lui, la « parole parlante ». C'est Brahman seul qui possède le pouvoir des mots, les mots qui crient, les mots qui chantent, les mots qui psalmodient et qui officient le sacrifice.

La Bible présente aussi un Dieu qui crée par sa Parole. De la Parole même émane donc une Parole créatrice, et une création parlante. La tradition hébraïque proclame d'un côté l'unicité absolue de Dieu, mais elle reconnaît néanmoins une cause seconde, une Parole qui se détache de Dieu, qui naît de lui, et qui agit dans le monde. Je voudrais citer plusieurs exemples de citations de prophètes hébreux, collectées par Eusèbe de Césarée.

Moïse parle explicitement de deux Seigneurs quand il dit : « L'Éternel fit pleuvoir sur Sodome et sur Gomorrhe du soufre et du feu; d'auprès de l'Éternel, du haut des cieux. » (Gen. 19,24)

Le texte hébreu est le suivant :

כד וַיהוָה, הִמְטִיר עַל-סְדֹם וְעַל-עֲמֹרָה--גָּפְרִית וָאֵשׁ מֵאֵת יְהוָה, מִן-הַשָּׁמָיִם

On note la répétition du tétragramme YHVH comme agent initial de l'action, et comme partenaire actif. On remarque aussi l'usage de l'expression מֵאֵת יְהוָה, « d'auprès de YHVH ». Le Seigneur YHVH fait pleuvoir le feu et le souffre, et ce Seigneur vient « d'auprès » le Seigneur YHVH et du "plus haut des cieux".

On retrouve ce dédoublement ailleurs. Le roi David psalmodie :

« Le Seigneur (YHVH) a dit à mon Seigneur (Adonaï): Siège à ma droite » Ps. 110 (109) – 1

Comment comprendre que le Seigneur (Adonaï) siège à la droite de lui-même (YHVH)? Et si ce n'est pas lui-même, qui est donc ce Seigneur (Adonaï), qui est à la droite du Seigneur (YHVH), et qui abat les rois, fait justice des nations, et qui est « prêtre à jamais selon l'ordre de Melchisedech » ?

Le même David dit encore:

« Par la parole de YHVH les cieux ont été faits, par le souffle de sa bouche, toute leur armée. » Ps 33(32)-6

Il y a bien la bouche de Dieu, mais aussi son Souffle et sa Parole. Parole et Souffle sont-ils clos dans l'unicité divine, ou sont-ils capables de prendre prise sur le monde, de prendre sens pour l'homme?

David présente enfin cette même Parole comme étant le sauveur de ceux qui ont besoin de lui quand il dit :

« Il a envoyé sa Parole, et il les a guéris » Ps 106(107)-20.

Pour conclure ici ce billet, qui ne fait qu'ouvrir et effleurer une immense discussion, je voudrais seulement noter l'analogie structurelle du rôle de la "parole" divine au sein de deux grandes traditions spirituelles. Ces traditions éloignées se rejoignent pour affirmer que le Dieu parle, que cette parole est divine, et qu'elle habite et sauve les hommes qui la parlent.