Une question d'actualité, mais aussi fort ancienne. Faut-il mettre le voile ? D'un côté, il y a de fortes raisons de mettre un voile, le moment venu, et dans certaines circonstances. On lit par exemple: « Alors Moïse se voilà la face, car il craignait de fixer son regard sur Dieu. » (Ex. 3,6)

On lit encore : « Quand Moïse eut fini de leur parler, il mit un voile sur son visage. » (Ex. 34,33). Dans ces deux cas les motifs sont fort différents.

D'un autre côté, il y a des occasions où, clairement, il faut enlever le voile. Par exemple : « Lorsque Moïse entrait devant Yahvé pour parler avec lui, il ôtait le voile jusqu'à sa sortie. » (Ex. 34, 34)

Comment expliquer que Moïse mis en présence de Dieu, parfois se voile, et parfois se dévoile? Qu'est-ce que cela dit ? Qu'est-ce que cela montre ?

Il me semble que cela est dû à une différence essentielle, fondamentale, et même métaphysique, entre le regard et la parole. Pour faire court : le regard tue, la parole fait vivre. Le regard est de chair, la parole est d'esprit.

A propos du regard, on peut dire qu'il y a un danger réellement mortel à voir la face de Dieu. « L'homme ne peut me voir et vivre. » (Ex. 33,20) Pour pallier ce risque, Moïse peut voir le « dos » de Dieu, ou bien être en sa présence lorsque Dieu est dans la « nuée ».

A propos de la parole, on peut dire qu'elle est l'instrument même de la prophétie. La parole est même bien plus que cela. Il y a plusieurs sortes de parole. Comme sagesse, comme Verbe et Logos, elle est à la droite de Dieu. Elle peut révéler l'essence, elle peut nommer le nom, elle peut énoncer la Loi.

Comme dans le g Veda (qui est le Véda du « cri », g), la parole peut aussi être « cri ». On lit ainsi : « Yahvé passa devant lui et il cria : « Yahvé, Yahvé, Dieu de tendresse et de pitié. » (Ex. 34,6).

Pourquoi Dieu crie-t-il son nom de Yahvé à Moïse ?

Pourquoi crie-t-il son nom deux fois, sous la forme du tétragramme (YHVH), et le crie-t-il une troisième fois sous la forme du nom commun de dieu (EL) suivi des deux attributs « miséricordieux » et « clément »?

L'important, ici, est de comprendre tout ce qui se passe dans l'espace de la parole, du cri, et du sens. Mais cela ne suffit pas. Il faut encore que ces paroles puissent être vues, pour le bénéfice de tous ceux qui n'ont pas pu les entendre par eux-mêmes. Il faut encore que ces paroles soient écrites, donc, pour être lues et partagées. C'est pourquoi Yahvé dit à Moïse : « Mets par écrit ces paroles ». (Ex. 34,27)

Retour final de la parole parlée et de la parole entendue à la parole qui se lit et qui se voit.

Mais dans cette circonstance, si l'on met le voile, alors non seulement on ne voit pas, mais on entend mal, et l'on parle également de façon inaudible. Or Moïse n'avait pas la parole facile. (Ex. 6,30)

Il paraît donc clair que le voile ne s'imposait pas alors à Moïse, et qu'il était même fortement déconseillé. Comment bien entendre les paroles divines et comment bien les écrire si l'on est voilé ? D'autant que l’environnement de l'entrevue était fort bruyant. « Moïse parlait et Dieu lui répondait dans le tonnerre. » (Ex.19,19)

En conclusion de ce billet sur le voile et le mystère, je dirai ceci. Le voile a été mis par Moïse soit lorsqu'il a eu peur de mourir devant la Face, soit lorsqu'il a voulu cacher aux Israélites son visage qui « rayonnait ». Le voile alors s'interprète comme une défense contre la peur ou contre la jalousie, pourrait-on dire.

Mais quand il s'agit de parler, quand il s'agit d'entendre, quand il s'agit d'écrire, alors il faut enlever le voile.

Conclusion additionnelle, pour faire un peu dans l'actu : il ne faut pas mettre de voile à l'école.