Il faut aimer le drapeau, les médailles, les armes. Surtout les armes, les petites, les moyennes, les grosses.

Le bon sniper se couche, il ne tire jamais debout. Il s'étend voluptueusement sur son matelas placé sur un toit, avec une belle vue sur Falloujah, ou une ville de ce genre. Il vise, manipule un peu la molette, s'arrête de respirer, re-vise et tire son coup. Là-bas, loin, quelqu'un d'autre s'arrête alors aussi de respirer, mais pour toujours.

Un seul coup suffit en général. On a affaire à « La Légende », pas au tireur à la carabine de la Foire du Trône. Mais il faut beaucoup de « coups » pour finir cette guerre qui n'en finit pas. Il y a toujours quelqu'un de plus à tuer quelque part.

Le « sniper » a toujours les deux yeux grands ouverts quand il vise et qu'il tire. Il n'est pas du genre à fermer un œil. Non. Car ,« il y a toujours quelque chose à voir autour de la cible ». Par exemple une autre cible possible. Mais il n'y a pas un seul regard pour la « big picture ». Il n'y a pas un seul regard pour le contexte, la ville, le pays, la région. Seule compte la précision technique avec laquelle on vise et tue cette personne-là, à ce moment précis, et pas à un autre. Le reste est sans doute trop gros pour être visé et descendu.

Ce film se concentre entièrement sur la tactique, et même la micro-tactique, celle de l'ici et du maintenant, mais il reste absolument étranger à toute considération stratégique. Ne parlons même pas du politique, du religieux ou du philosophique. Le plus haut gradé que l'on voit est un colonel des marines dont la seule préoccupation est d'éradiquer un autre sniper, du camp adverse. Quant au religieux, le « sniper » porte bien une Bible en permanence sur son cœur, mais elle semble faire office de pare-balles supplétif, car il ne l'ouvre jamais, ni ne la lit, comme le fait remarquer un camarade de chambrée.

La fin est bizarre. C'est l'hôpital qui se fout de la charité. Le médecin qui voit bien que le « sniper » a beaucoup de mal à se réintégrer dans l' « american way of life », l'envoie aider ses camarades traumatisés à tirer encore et toujours sur des cibles en carton pour calmer leurs nerfs. Pour finir, ce héros national qui a 166 cibles humaines homologuées à son actif, plus toutes les autres qu'on n'a pas pu certifier, se fait descendre par le soldat à qui il voulait redonner le goût de vivre en lui donnant des leçons de tir.

Ah ! Clint ! Sacré filou.Tu nous feras toujours rêver avec tes histoires de cow-boys.