Dans la période archaïque de l’Égypte ancienne, on ne momifiait pas les corps. On dépeçait les chairs, on mettait le cadavre en morceaux, on disloquait le squelette. Un fois le squelette désarticulé on en rassemblait les fragments pour le reconstituer, et lui donner la position d'un embryon – comme l'attestent les cadavres retrouvés dans les nécropoles archaïques. Une inscription datant de Pépi 1er, qui régna de -2289 à -2255 av. J.-C., dit ceci : « Mout te donne ta tête, elle te fait cadeau de tes os, elle assemble tes chairs, elle t'apporte ton cœur dans ton ventre. (…) L’œil d'Horus a mis en ordre les os du Dieu et rassemblé ses chairs. On offre au Dieu sa tête, ses os, on établit sa tête sur ses os par-devant Seb. »

Il s'agit de la reconstitution du corps du Dieu Osiris, démembré par son meurtrier, Seth. C'est le fils d'Osiris, Horus, le Dieu épervier, qui procède à cette reconstitution. Pendant ce temps, l'âme d'Osiris est réfugiée dans l’œil d'Horus.

Le rituel d'Abydos, dans son 12ème tableau, donne plus de détails encore. « Horus est venu plein de ses humeurs pour embrasser son père Osiris ; il l'a trouvé à sa place, au pays des gazelles, et Osiris s'est empli de l’œil qu'il a enfanté. Ah ! Ammon-Râ, je suis venu vers toi ; sois stable ; emplis-toi de fard sorti de l’œil d'Horus, emplis-toi de lui : il ordonne tes os, il réunit tes membres, il assemble tes chairs, il laisse aller toutes tes humeurs mauvaises à terre. Tu as pris son parfum, il est doux son parfum pour toi, comme Râ quand il sort de l'horizon (…) Ammon-Râ, le parfum de l’œil d'Horus est pour toi, aussi les dieux suivants d'Osiris sont-ils gracieux pour toi. Tu as pris la couronne, tu es muni des formes d'Osiris, tu es lumineux là-bas plus que les lumineux, d'après l'ordre d'Horus lui-même, le seigneur des générations – Ô cette huile d'Horus, ô cette huile de Seth ! Horus a offert son œil qu'il a enlevé à ses adversaires, Seth ne s'est point caché en lui, Horus s'en emplit, muni de ses formes divines ; l’œil d'Horus unit son parfum à toi. »

Thoth est parti à la recherche de l’œil d'Horus. Il le trouve, et le lui rapporte. Horus, remis en possession de son œil, peut l'apporter à son père Osiris, et lui rendre son âme, restée cachée dans l’œil d'Horus.

Horus embrasse le Dieu Osiris et le couronne roi du Ciel.

Qu'est-ce que cela signifie ?

A la mort du Dieu Osiris, comme à la mort de tout autre dieu et de tout homme, l'âme s'enfuit et prend résidence dans l’œil solaire, l’œil d'Horus. Après les cérémonies et la momification, vient le moment de rendre l'âme au corps. Pour cela, il faut retrouver l'âme qui est dans l’œil envolé et la rendre à Horus.

La plupart du temps c'est Thoth qui est chargé de cette tâche. C'est au moment où Horus et Thoth embrassent le Dieu, que son âme lui est rendue.

Rien de tout cela n'est mécanique, automatique. On a affaire à des corps démembrés et en voie de décomposition avancée, ne l'oublions pas. Nous sommes aux limites du supportable. C'est dans cette puanteur, pourtant, que le divin se révèle. « Le Dieu vient, muni de ses membres qu'il avait cachés dans l’œil de son corps. Les résines du Dieu sortent de lui pour parfumer les humeurs sorties de ses chairs divines, les sécrétions tombées à terre. Tous les dieux lui ont donné ceci, que tu te livres parmi eux comme un maître de la crainte. »

L'odeur de ce corps, qui n'est plus en putréfaction, parce qu'il a été momifié, atteste de la divinité du processus, du miracle qui se déroule, de par le respect des rites.

Il faut revenir aux phénomènes les plus terre-à-terre du processus de la mort. Voici un cadavre ; s'en exhalent des humeurs, et en suintent des jus, des « résines ». Le génie égyptien voit là à l’œuvre une présence divine.

« Le parfum de la résine et la résine elle-même sont des dieux qui, confondus avec la divinité, résidaient aussi dans l’œil d'Horus. »

Dans la langue arabe, l’œil est considéré comme une source. Dans la culture du désert, l'humeur vitrée que contient le globe oculaire est assimilée à une eau pure, une eau qui permet de voir. L'eau de l’œil est la source de la vision.

Ce qui importe aux anciens Égyptiens va bien au-delà de l'eau, de l’œil et de la vision. La « résine » exhalée par le mort, son parfum, l'onctuosité de ce « jus », de cette humeur, et son odeur, sont eux-mêmes des « dieux ». On en déduit que c'est le processus même de l'action de la transcendance divine qui est approché par ces métaphores. Le souffle, la respiration, l'odeur, la sécrétion, le parfum n'ont rien de visible. Nous sommes dans l'invisible, dans l'impalpable. L’œil ne voit pas le souffle, il voit pas l'invisible. Il ne voit pas ce qui est caché et encore moins ce qu'il cache. « L’œil d'Horus te cachait dans ses larmes ».

J'aime cette image, qui me paraît transcender les époques et les âges, les civilisations et les religions.

« L’œil d'Horus te cachait dans ses larmes, et son parfum vient vers toi, Ammon-Râ, seigneur de Karnak, il s'élève vers toi parmi les dieux. Parfum divin, deux fois bon, élève-toi comme un dieu. »

Au-delà de la vision, cachée dans l'eau des larmes, souffle le parfum de l'âme.