L'attitude de l'Europe à propos des migrants de Syrie, d'Afghanistan, du Soudan, d’Érythrée et d'ailleurs est une félonie (par rapport aux idéaux proclamés), une mascarade (l'hypocrisie et la tartuferie masquant la haine, la peur, la pingrerie, la pleutrerie) et surtout une connerie (dresser des murs, ériger des barbelés, ne résout rien, prépare les conditions de la guerre future, renvoie les peuples à la barbarie passée, déjà oubliée?).

Il ne faut pas jouer petit, comme Hollande ou Cameron. Merkel a vu plus grand. Il faut l'aider, changer de paradigme, rêver d'un autre monde.

Ce n'est même pas de l'idéalisme. A défaut, nous le paierons extrêmement cher, sur cette terre, et dans notre chair.