Le Livre des morts est incontournable pour qui s'intéresse aux « mystères » liés à la mort.

Son chapitre 125 est intitulé :« Entrer dans la salle de vérité et séparer l'homme de ses péchés afin qu'il voie la face des dieux. » On y trouve une invocation adressée aux quarante deux « assesseurs » d'Osiris, lesquels représentent autant de noms du Dieu.

Il est important de les mémoriser, et d'en assimiler le sens. L'âme du défunt, de n'importe quel défunt, qu'il soit pharaon, scribe ou esclave, riche ou pauvre, vertueux ou pécheur, jeune ou vieux, est présentée après la mort à l'assemblée des dieux, et doit, pour être sauvée, déclarer devant eux qu'il prend possession de ses noms: « Je suis l'Osiris N., croissant sous les fleurs du figuier. »

Il y a bien d'autres noms encore que « l'Osiris N. » doit connaître pour se voir admis au sein du séjour divin. Je vous les épargne.

Je ne retiens ici que le symbole du nom divin, Osiris, adopté par le défunt N., et fièrement proclamé devant tous les dieux du Panthéon égyptien.

Osiris N. n'est pas un nom d'emprunt, acquis une fois pour toute, et affublant un visage clos par la mort. C'est le nom nouveau d'une âme, désormais placée devant les Dieux, sous les fleurs du figuier, pour continuer de croître toujours.

Cette religion ne croit pas à la fin, mais au recommencement de la croissance.

Osiris N. a de nombreux noms, et le Dieu Osiris lui-même en a bien plus encore, des myriades. Au chapitre 17 du papyrus funéraire de Soutimèsi on trouve plusieurs des noms qui lui sont donnés comme: « amen-ran-f », « Mystérieuse est sa personne », ou encore : « nef-u-f-m-set », « Son souffle est de feu ».

Grande est l'ancienne civilisation égyptienne. Il faudrait entreprendre une longue anabase, pour remonter à ses sources originelles, pour revivre la vision qui l'a rendue possible et qui l'a maintenue vivante pendant plus de 5000 ans.

Mais la katabase est aussi possible. Proche de nous, Pierre Reverdy,dans son livre Le chant des morts a écrit quelques vers, qui ne sont ni védiques, ni égyptiens, ni avestiques, ni chaldéens, ni judaïques, ni chrétiens. Mais qui pourraient les mettre en harmonie, me semble-t-il.

Je n'en retiens qu'un seul pour signe:

« De ces visages nus ensoleillés par la douceur ».

i Publié en1877 à Paris par P. Guieysse et E. Lefébure