Les esprits des peuples ont chacun leur vérité, a dit Hegel. Chaque peuple a son rôle à jouer, à un moment donné de l'Histoire, et précisément à ce moment-là. Après quoi, ils connaissent la décadence et la chute, annonçant ainsi « le passage de l'esprit dans un principe nouveau, et de l'histoire universelle dans un autre peuple »i.

Hegel distingue quatre époques, qui présentent divers degrés de « l'incarnation » de l'esprit du monde, divers états de sa prise de conscience de soiii.

Dans la première, l'esprit se connaît comme « forme substantielle », comme « identité », dans laquelle les individualités se perdent et restent injustifiées en tant que telles. Cette période correspond à l'apogée de « l'empire d'Orient ». Le gouvernement y est une théocratie, le chef est un prêtre suprême ou bien un Dieu, la législation vient de la religion, et « la personnalité individuelle disparaît sans droits ».

Dans la seconde époque, l'esprit substantiel acquiert un « savoir » de lui-même, un « contenu positif », qui permet l'individualité morale objective. Cela correspond à « l'empire grec », où coexistent « une base mystérieuse, refoulée dans une réminiscence obscure dans la profondeur sombre de la tradition » et une « spiritualité individuelle », qui « surgit à la lumière du savoir, devient mesure et clarté par la beauté et par la moralité libre et allègre ».

Le troisième moment est celui de la conscience qui s'approfondit jusqu'à l'universalité abstraite, mais entre alors en contradiction avec l'objectivité du monde déserté par l'esprit. C'est le moment de l'empire romain, où s'accomplit « jusqu'au déchirement infini la séparation (…) de la conscience personnelle privée et de l'universalité abstraite. » C'est le moment de « la violence froide et cupide » des aristocrates, de la « corruption de la plèbe », de la « dissolution de l'ensemble », du « malheur universel » et de la mort de la vie morale.

Pendant la dernière époque cette contradiction entre la conscience et l'objectivité se renverse. La conscience est prête à « recevoir en elle-même sa vérité concrète », et à « se réconcilier avec l'objectivité et s'y installer ». L'esprit revient à sa substance première, il se connaît comme « vérité », comme « pensée » et « comme monde d'une réalité légale ». C'est le moment, dit Hegel, de l'empire germanique, où se réalise « le principe de l'unité des natures divine et humaine ». C'est aussi « le principe nordique des peuples germains qui a pour mission de les réaliser. »

L'empire germanique a reçu la mission de renverser les empires précédents, et de « sortir de cette perte de soi-même et de son univers et de la souffrance infinie qui en résulte, souffrance pour servir de support à laquelle le peuple israélite était maintenu tout prêt. »

Avec le recul de l'Histoire qui en juge autrement que la philosophie, on voit que Hegel s'est sans doute trompé quant à la mission de « l'empire germanique ». Cet empire n'a pas mis un terme à la souffrance de l'univers, ni à celle du « peuple israélite ».

On sait aujourd'hui que d'autres empires que le germanique se sont installés à sa place dans l'Histoire. L'empire soviétique et l'empire américain ont pu croire voir leur heure arriver à différents moments du 20ème siècle. Mais ces empires ont surtout gagné beaucoup de bataille à la Pyrrhus.

Quel sera le prochain empire à tenter de relever les défis hégéliens : l'unification des nature divine et humaines, la sortie de la perte de soi-même, la fin de la souffrance infinie ?

L'empire chinois ? L'empire capitaliste ? On en doute.

Peut-être est-ce le moment de Hegel lui-même qui est passé ? Peut-être que le rêve de la fin de la souffrance n'a aucune chance de se réaliser ?

Ou alors, il pourrait bien émerger autre chose, une utopie complètement différente : l'über-empire. L'über-empire serait mondialisé, décentralisé, auto-organisé, auto-régulé. Fiscalité et monnaie mondiale. Même système de protection sociale sur toute la terre. Liberté de circuler pour tous. Interdiction absolue de toute guerre (garantie par une force mondiale de sécurité dotée de tous les moyens nécessaires). Régime mondial du travail, basé sur un principe d'égalité rigoureuse des personnes à travers la planète. Une carte d'identité mondiale sans référence nationale ou religieuse, un système d'über-élections politiques à tous les niveaux (local, régional, mondial), destinées à élire les « sages » chargés de garantir les formes d'auto-régulation nécessaires. Le système de taxation mondiale prélèverait les impôts à la source sur toutes les über-opérations, avec des clés de proportionnalité différentes suivant la nature et le montant de ces transactions. Un über-revenu mondial serait garanti de la naissance à la mort à chacun.

L'über-empire est sans doute une utopie, mais pas tellement plus que « l'empire germanique » de Hegel.

Je dirais même qu'il est en fait moins utopique. L'expérience européenne peut servir à faire voir ce qui ne marche pas dans les rêves d'intégration fédérale.

Il y a encore du chemin à faire avant de réaliser l'union des natures divine et humaine. Mais si l'on ne fait ne serait-ce qu'un seul pas pour réduire la « souffrance infinie » des peuples du monde, n'aura-t-on pas donné là la preuve de la possibilité d'une über-utopie?




iPrincipes de la philosophie du droit. § 347

iiIbid. §353-358