L'attitude de l'Europe à propos des migrants de Syrie, d'Afghanistan, du Soudan, d’Érythrée et d'ailleurs est une félonie si l'on se rapporte aux idéaux proclamés, une mascarade (l'hypocrisie et la tartuferie masquant la haine, la peur, la pingrerie, la pleutrerie).

Dresser des murs, ériger des barbelés, ne résout rien, prépare les conditions de guerres futures, confronte les peuples au retour de la barbarie.

Seule Merkel a vu grand. Il faut changer de paradigme, rêver d'un autre monde.

Ce n'est pas de l'idéalisme. A défaut, ce sera la guerre, la fin de la civilisation, l'enfoncement dans l'obscur.