« Les révolutions scientifiques sont en fait des révolutions métaphoriques. »

Cette assertion de Michael Arbib et Mary Hessei, l'un chercheur dans le domaine de l'intelligence artificielle et l'autre philosophe des sciences, pourrait être utilement généralisée, en l'inversant.

On en inférerait que toute réelle révolution métaphorique est potentiellement grosse de révolutions scientifiques, philosophiques ou politiques.

Toute métaphore, véritablement nouvelle, suffisamment puissante, est porteuse d'une vision, d'un autre regard imaginaire sur le monde, et partant, peut même engendrer, dans des circonstances favorables, un nouveau monde bien réel.

Toute métaphore visionnaire porte en germe l'établissement d'un « grand récit », dont elle est la première image. Et toute métaphore révolutionnaire est le premier signe d'un archipel de concepts en gésine, potentiellement disruptifs.

Par exemple, l'idée teilhardienne de « noosphère », cette métaphore d'une « enveloppe » de pensées baignant l'humanité entière de ses puissances, de ses flux et de ses énergies, a des implications fantastiques, pour peu qu'on prenne la peine d'en déduire les conséquences sociales et politiques.

Une autre métaphore, celle de « transhumain », utilisée jadis par Dante (trasumanar), est peut-être plus géniale encore, puisque elle pointe vers l'existence effective une « trans-sphère », ou plutôt, devrions-nous dire, pour éviter le barbarisme qui consiste à adjoindre une préposition latine à un mot grec, une « méta-sphère ».

La métaphore de la « méta-sphère » désigne le monde du « trans-humain », une humanité en état de perpétuelle transhumance, avec vocation à atteindre des mondes inouïs.

Mais attention de ne pas confondre le « trans-humain » dantesque et le « transhumanisme ». Le « transhumanisme », idéologie relativement récente, ne fait pas vraiment honneur à la métaphore initialement inventée par Dante, il y a plus de sept siècles, en proclamant l'idée que l'évolution technique et scientifique favorisera prochainement l'apparition d'une « singularité » (Vernor Vinge, Ray Kurzweil), laquelle incarnera un point de basculement vers une humanité intellectuellement et physiquement « augmentée ».

Ce « transhumanisme »-là est platement réducteur. La science et la technique sont certes porteurs d'ouvertures considérables, mais il est naïf de croire qu'elles détermineront à elles seules les conditions d'une transformation de l'humanité en trans-humanité.

Il y a plus de quarante mille ans, les grottes du Paléolithique étaient déjà des sanctuaires profonds, fréquentées par des artistes-chamanes. La religion paléolithique, dont les peintures pariétales témoignent, échappe encore aux analyses les mieux informées (voir le travail d'Alain Testart).

Mais ce qui est sûr c'est l'ensemble de ces peintures, dont la réalisation s'étale sans discontinuité sur une période de plus de tente mille ans, témoigne d'une transcendance assumée de l'Homme du Paléolithique, l'Homme de Cro-Magnon, homo sapiens indiscutable, plus sage peut-être d'une sagesse et d'une vision dont le monde moderne, technique, scientifique n'a absolument aucune idée.

Par contraste avec les Hommes de Cro-Magnon, le président François Hollande n'est pas un grand penseur de la transcendance. Mais il a voulu, dans une intervention récente dans une Loge franc-maçonne, se risquer à quelques hautes considérations sur le futur de l'humanité.

« Vous avez aussi voulu penser les mutations inouïes que les nouvelles technologies du vivant nous laissent deviner : c’est ce qu’on appelle le transhumanisme ou l’homme augmenté. C’est une question redoutable : jusqu’où permettre le progrès, car le progrès ne doit pas être suspecté, nous devons le favoriser. Comment faire pour que nous puissions maîtriser ces graves questions éthiques ? Ce qui est en jeu, c’est l’idée même d’humanité, de choix, de liberté.

Alors face à ces bouleversements que certains espèrent, que d’autres redoutent, le regard de la franc-maçonnerie est une boussole tout à fait précieuse dans cette période, et une lumière qui aide à saisir les enjeux et à y répondre. »

En matière de métaphores, on peut se permettre beaucoup de choses, mais à condition de conserver un minimum de structure, de cohérence.

Comparer le « regard » à une « boussole » et même à une « lumière » me paraît prodigieusement aventureux et même franchement révolutionnaire pour une homme aussi mesuré que François Hollande.

En effet, on s'attend généralement que le « regard » soit guidé dans la direction indiquée par la « boussole », aidée en cela par la « lumière » qui baigne le jour.

Il est fort étrange de proposer que le « regard » soit lui-même une boussole, comme si jeter un œil permettait de créer des Nords imaginaires, à volonté, et comme si le même coup d’œil pouvait engendreripso facto la lumière elle-même.

Même si Hollande n'est pas un maître en métaphores, il reste que l'idée ainsi surgie, presque par hasard, est porteuse d'une vision du monde : jeter un « regard » équivaut métaphoriquement à créer un Nord nouveau.

Jeter une métaphore dans le grand cirque du langage, c'est jeter des mots aux lions, et les empêcher, peut-être, pendant quelques instants, de continuer de dévorer les chrétiens jetés en pâture...

Plus sérieusement, je considère que la poésie, comme atelier de création de vraiment bonnes métaphores, est supérieure à l'arsenal transhumanistes des sciences et des techniques, pour ce qui relève de penser l'avenir du monde.

iMichaël Arbib, Mary Hesse. The Constructions of Reality. 1986