L'un des meilleurs spécialistes français de la Kabbale s'appelle Secret. Les noms propres portent parfois en eux des destins ramassés. François Secret a écrit Le Zohar chez les Kabbalistes chrétiens de la Renaissance (1958), livre dans lequel apparaissent des noms aussi romantiques que Bartholomeus Valverdius, Knorr de Rosenroth, Blaise de Vigenère, Alfonso de Zamora, Guy Le Fèvre de la Boderie, ou encore Gilles de Viterbe, l'incontournable Guillaume Postel, et bien sûr Johannis Reuchlin et Pic de la Mirandole. Ces noms paraissent comme des étoiles filantes dans la nuit. On aimerait suivre leurs trajectoires, gravées dans l'encre des longs soirs.

Mais Secret, si savant, ne révèle aucun secret, on peut le regretter.

Il incite à continuer de chercher, aux sources, ou chez les apparemment initiés.

L'un des livres les plus connus de la Kabbale s'intitule, sans fausse modestie, Siphra di Tsenniutha (leLivre du Mystère). Il commence ainsi :

« Le Livre du Mystère est le Livre qui décrit l'équilibre de la balance. Car avant qu'il y ait équilibre, la Face ne regardait pas la Face. »

Style compact. D'emblée, on entre dans le sujet. Balance. Face. Regard.

Quoi de plus élevé que la Face? Quoi de plus profond que son Regard?

Le verset 9 du Siphra di Tsenniutha suggère l'existence d'une échelle des profondeurs (l'inconnu, l'occulte, l'occulte dans l'occulte): « La tête qui n'est pas connue (…) est l'occulte dans l'occulte ».

Le verset 12 précise des détails épars, importants: « Ses cheveux sont comme de la laine pure flottant dans l'équilibre balancé ». Le chapitre 2 du Livre du Mystère évoque une « barbe de vérité ». La « tête qui n'est pas connue » arbore, nous l’apprenons ainsi, « cheveux » et « barbe ».

Selon un commentaire, la « barbe de vérité » est « l'ornement de tout ». À partir des oreilles, où elle commence, « elle forme autour du visage un vêtement ».

La vérité vêt le visage.

Il y a ce passage de l'Apocalypse : « Sa tête, avec ses cheveux blancs, est comme de la laine blanche, comme de la neige, ses yeux comme une flamme ardente. »i

Ces images matérialistes, barbe, cheveux, laine, flamme, sont communes à l'Apocalypse chrétienne et à la Kabbale juive. Elles ont été jugées pertinentes par nos Anciens pour la représentation de la « Face » de Dieu. Pourquoi ?

Les millénaires ont tranché. Une image concrète, même irréelle ou trompeuse, vaut mieux qu'une abstraction vide. Comme trope, elle suggère des pistes, encourage la critique, stimule la recherche.

La Kabbale projette l'idée subreptice que toute la symbolique dont elle est truffée n'est pas seulement symbolique. Le symbole, dans ce contexte, est la chose même. Chaque mot, chaque lettre du Texte, est une sorte d’incarnation, littéralement littérale. Les métaphores et les images portent aussi la charge de l'incarnation.

C'est l'un des paradoxes les plus constants de la science inconstante de l'interprétation. Le plus concret est le meilleur symbole de l’abstrait.

L'alchimie verbale de la Kabbale transmute les mots, les métamorphose en une surface aiguë, à l'aura buissonneuse, brûlante, les pulvérise et les disperse dans toutes les directions, scintillant d’opalescences.

Ajoutons ceci. La Loi est censée être transparente, puisqu'elle est faite pour être comprise et accomplie. Mais elle est pleine d'ombres, d'obscurités. Comment expliquer ce paradoxe ?

La Kabbale explique la Loi dans ses parties éclairées. Mais ce qui reste obscur, c'est la totalité de son sens, noyé d'ombre, sa finalité ultime, incompréhensible, inscrutable. L'obscurité de la Loi est systémique. La Kabbale, verbeuse, confuse, apporte moins de réponses qu'elle ne forge d’infinies questions. Elle montre que la Loi est irréductible, insoumise à la raison, au regard, à l'entendement.

La totalité de la Loi, son sens, sa fin, ne peuvent pas être saisis par des esprits partiaux, étroits. A travers les siècles, paraissent toujours à nouveau l'ombre, le caché, l'occulte.

« Ô vous qui avez l'entendement sain,

voyez la doctrine qui se cache,

sous le voile des vers étranges. »ii

Le chant IX de l'Enfer décrit le 6ème cercle, où sont confinés les hérésiarques et les disciples des sectes, qui n’ont pas su comprendre ni voir le déploiement du Tout.

Le chercheur marche dans la nuit. Surpris par un éclair, le regard découvre l'ampleur du paysage, une infinité de détails obscurs. Tout aussitôt, ce spectacle grandiose et précis disparaît dans l'ombre. L'éclair qui révèle prive l’œil aveuglé de sa force.

« Ainsi la lumière vive m'enveloppa,

me laissant entouré d'un tel voile de son éclat,

que plus rien ne m'apparaissait. »iii



i Ap. 1,14

iiDante, Enfer, IX, 61-63

iii Dante, Paradis, XXX