L'allégorie et l'anagogie sont de puissants moyens d'avancer la spéculation créative, heuristique. Du choc de silex choisis, on génère des étincelles nouvelles.

L'électrodynamique quantique (QED) offre des analogies troublantes avec quelques concepts de la Kabbale, développés à la Renaissance.

Les idées de la QED et les concepts de la Kabbale, séparés par plus de quatre siècles, expliquent de façon étrangement analogue la dynamique de la lumière « photonique » et le mouvement de la lumière « divine ».

Lorsqu'on observe les trajectoires de particules ou de photons, on peut détecter l'apparition de particules virtuelles, éphémères. Avant de disparaître, ces particules suivent des trajectoires en forme de boucles fermées, pendant des intervalles d'espace-temps extrêmement courts.

Lorsqu'on cherche à théoriser le comportement de ces particules selon les données de l'observation (c’est-à-dire à calculer leur « diagramme de Feynman »), on obtient parfois des résultats « divergents », c'est-à-dire infinis, ou bien totalement incompatibles avec les schémas d'explication connus.

On trouve dans certains cas que l'énergie de ces particules « intermédiaires » est beaucoup trop grande, ou bien que ces particules ont des longueurs d'onde beaucoup trop courtes et de trop hautes fréquences, ou encore que les diverses émissions et absorptions des particules participant à la boucle se font dans un espace-temps trop court pour être intégrable.

Ces phénomènes sont inexplicables à l'aide des connaissances actuelles.

La « divergence » des calculs est un problème sérieux, parce qu'elle remet en cause le cadre théorique utilisé, selon Dirac et Feynman.

Il y a plusieurs sortes de boucles. Un photon de lumière peut créer un ensemble de particules virtuelles qui s'annihilent ensuite et forment un nouveau photon. C'est ce qu'on appelle la polarisation du vide. Ou alors, un électron émet des particules virtuelles puis les réabsorbe. C'est la self-interaction de l'électron. Ou encore, un électron émet plusieurs photons, dont l'un d'eux interagit avec un autre électron, puis le premier électron réabsorbe les premiers photons émis. C'est ce qu'on appelle la renormalisation de vertex.

Ces trois types de boucles (self-interaction, polarisation du vide, renormalisation) peuvent, me semble-t-il, servir de métaphores aux divers modes d'interaction de la lumière divine avec elle-même, – telle que décrite par la Kabbale juive.

Dans son ouvrage sur le Zohar et la Kabbale, Joannis Davidis Zunneri définit le mot הכאה comme signifiant « percussion », « collision ». Il est employé par les kabbalistes dans le contexte de la génération des lumières émanées de Dieu.

Il y a trois sortes de lumières, explique Zunneri.

Une première lumière, directe (Lux directa), appelée Akudim. C'est la lumière première, celle de l'origine.

Il y a une lumière-vestige (Lux vestigii), appelée Rahamim, c'est-à-dire lumière de compassion (miseratio).

Il y a enfin la lumière appelée Achurajim, qui est une lumière de dureté, de sévérité (rigor).

Zunneri indique que lorsque la lumière de compassion et la lumière de sévérité se rencontrent, alors elles entrent en « collision » (הכאה ).

La lumière originaire, première, se meut de toute éternité, par elle-même et en elle-même. La lumière première s'engendre elle-même, ne cessant d'interagir avec elle-même, fusionnant ce qu'elle est avec ce qu'elle a été et avec ce qu'elle sera, et se projetant en-avant de sa propre aura.

La figure quantique de la self-interaction est assez similaire.

La lumière première laisse continûment en arrière des « vestiges » de son passage. Cette lumière-vestige est aussi appelée « lumière de « compassion » et même « lumière d'amour », parce qu'elle se lie fidèlement à ce qu'elle a été, à ce passé qui n'a pas cessé d'être, mais qui est seulement un peu en retard, un peu en arrière. Continûment, la lumière première se projette aussi vers ce qu'elle illumine, vers ce qu'elle éclaire, c'est-à-dire vers son éternité future. Pour faire advenir ce futur, la lumière première doit « ouvrir une brèche » dans la nuit absolue, dans le néant total qui demeure devant elle. Pour ouvrir cette brèche, il faut que la lumière première ait une sorte de dureté, de tranchant. Elle doit briser la compacité rebelle du néant, pour le faire advenir à l'être. L’image électrodynamique de la polarisation du videcorrespond bien à cette brèche dans le néant.

De l'interaction des trois sortes de lumières divines, des gerbes d'étincelles jaillissent de tous côtés. Les étincelles peuvent revenir après quelque temps au sein de la lumière originaire, ou continuer d'« interagir » en dehors de la lumière première, avant de générer une lumière seconde, qui en dérive. Le phénomène quantique de la « renormalisation » pourrait servir de métaphore.

La « renormalisation » est l’image électrodynamique de la création de la lumière divine seconde.

Mais la lumière divine seconde est elle-même une métaphore de la création du Logos.

La collision quantique mène loin.

Que de telles analogies puissent être possibles, invite à penser qu'il y a des schèmes indéracinables, profondément sculptés dans le cerveau des hommes, et reliant par delà les âges et les siècles les objets de leur pensée.