Le mot ta'wil  signifie « interprétation », et s'emploie notamment à propos de la lecture du Coran, pour tenter de découvrir son sens caché, allégorique, mystique.

Mais ce mot a aussi d'autres sens qu’il faut rappeler pour comprendre comment la langue arabe comprend l'idée même d' « interprétation ».

 Ta'wil  signifie aussi: 'vision, spectre, fantôme ; explication des songes, des visions'.

La racine de ta'wil est أول ‘commencement’, qui vient de la racine verbale أآل . Dans sa forme I, ce verbe signifie ‘arriver, parvenir à un lieu ; revenir ; être chef, commander ; abandonner quelqu'un’. Dans la forme II, son sens est : ‘ramener, faire revenir quelqu'un à quelque chose ; expliquer, interpréter ; établir, instituer ; définir, déterminer ; expliquer’.

Avec le ta'wil, il s'agit fondamentalement, le nuage lexical le montre, de « revenir » au « commencement ». Le ta'wil est tourné vers l'origine. La pensée de l'interprétation comme ta'wil est fascinée par un lieu originaire, où peut « s'établir » et « s'instituer » un « commandement ».

Avant de se lancer dans le ta'wil des sourates coraniques, il faudrait procéder me semble-t-il, au ta'wil du concept même de ta'wil , tel qu’il est compris dans la langue arabe.

Le ta'wil peut-il se dégager du « commencement » et de « l'origine » ? Peut-il prendre en compte l'Histoire, la diversité des croyances, les ressources de la ‘philosophie’, la liberté de la destinée de l'Homme ?

Un des anciens sens de la racine verbale أول est « abandonner ». Peut-être faut-il, pour s’exercer au ta'wil du ta'wil, savoir abandonner les clichés, les cécités, les répétitions, les mécanismes et les durcissements de la pensée.

Peut-être faut-il libérer le ta'wil de toutes normes prétendant imposer a priori la vérité en religion.

Peut-être faut-il, en un mot, que la pensée critique prenne librement son envol hors du monde ossifié, rabâcheur, sec, mort, des idées figées.