METAXU - Le blog de Philippe Quéau

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 22 juillet 2016

Des âmes mélangées

Platon compare l'âme de l'homme à une « bête hétéroclite », à l'image de la Chimère ou de Cerbère. Il la représente comme un assemblage de plusieurs monstres, dont les têtes forment une sorte de « couronne ». Certaines de ces têtes sont paisibles, les autres féroces. Cette couronne bestiale surmonte le corps d'un lion, couplé à celui d'un homme. Tout cela est enveloppé de peau humaine, ce qui donne à l'observateur l'impression que cette créature composite a effectivement l'apparence d'un homme.i

Cette idée fondamentale du mélange du bestial et de l'humain selon plusieurs degrés de composition est reprise dans un autre texte de Platon, avec des éléments différents. Il s'agit de définir à présent la composition de l'âme du monde.

(Cela peut paraître assez surréaliste aux yeux du lecteur du 21ème siècle. Platon n'a pas froid aux yeux. Cela change des penseurs aux pieds froids de la « modernité ».)

L'âme du monde se compose « de la réalité indivisible et qui toujours se conserve identique », « de la réalité sujette au devenir et divisible », et une « troisième forme de réalité », dite « intermédiaire », qui est obtenue par mélange des deux premières sortes de réalité.

L'âme du monde est donc un mélange de trois éléments : un élément indivisible, un autre divisible et un troisième qui est lui-même un mélange des deux premiers.

En bonne logique, cela implique que cette troisième forme de réalité ne se mélange pas avec les deux premières réalités, indivisible et divisible, selon les mêmes modalités et selon les mêmes effets, que ce que l'on observe lors du mélange des deux premières sortes de réalités. Bref, le mélange n'est pas une opération linéaire, mais plutôt « épigénétique », dirions-nous aujourd'hui.

Dieu, continue Platon, a pris ces trois sortes de réalité et les a mélangées pour les fondre en une seule substance. Là, problème. Comment mélanger du divisible avec de l'indivisible, du « même » avec de « l'autre » ? « La nature de l'Autre était rebelle au mélange ; pour l'unir harmoniquement au Même, [Dieu] usa de contrainte ; puis dans le mélange il introduisit la Réalité ; des trois termes il n'en fit qu'un. »ii

L'âme du monde est donc un mélange de trois termes : le Même, l'Autre et la « Réalité Intermédiaire ».

Si l'on compare ce mélange-là au mélange déjà évoqué de l'âme humaine, que voit-on? Celle-ci est composée, on s'en rappelle, d'une couronne de têtes bestiales, d'une forme léonine et d'une forme humaine.

Peut-on rapprocher les termes de ces deux mélanges ?

Par exemple, la « couronne de têtes bestiales » pourrait être analogue à la Réalité Intermédiaire. Le « lion » pourrait être assimilable au Même, et « l'homme » à l'Autre.

On peut imaginer d'autres correspondances entre la structure de l'âme du monde et la structure de l'âme humaine. Mais le point important est ailleurs.

Le point, c'est l'idée fondamentale que l'âme humaine est, par le principe même de sa composition, à l'image de toutes choses. Elle contient en puissance les développements possibles de tous les êtres vivants.

Platon renforce cette idée par une autre image. L'âme provient, dit-il encore, d'une « coupe » où Dieu a jeté toutes les semences de l'univers, et les a « mélangées ». Il s'ensuit que toute âme contient en puissance toutes ces semences, tous ces germes, tous ces possibles.

iCf. La République IX, 558e

ii Timée, 35a,b

lundi 13 octobre 2014

Les âmes enfermées

« Si l'âme n'était pas immortelle, l'homme serait la plus malheureuse de toutes les créatures » écrit Marsile Ficin dans sa Théologie platonicienne de l'immortalité de l'âme. Dans ce traité qui date de 1482, cet argument n'est évoqué qu'en passant, comme une évidence. Pas besoin d'insister, en effet : si l'on avait la conviction absolue, irréfutable, la preuve apodictique de la mortalité de l'âme, alors le sentiment fixé du malheur de n'être rien, le désespoir d'un pitoyable à-quoi-bonisme, l'évidence assurée de l'absurde envahiraient vite cette dernière et l'étoufferaient. Il y a aussi ce constat que des questions analogues sur l'origine et la fin, et des réponses comparables, se succèdent dans les siècles, avec d'étranges résonances. Il n'est pas besoin d'avoir l'ouïe fine ou la vue perçante. Il suffit d'être un peu curieux, de visiter les vestiges des traditions sacrées, de les mettre en rapport, et sinon de les évaluer, du moins de les poser les unes à côté des autres, pour les considérer ensemble, avec sympathie, dans ce qu'elles indiquent de commun, dans ce qu'elles révèlent d'universel.

Ficin, conscience humaniste et encyclopédique, s'intéressait aux croyances des Mages de la Perse et des prêtres égyptiens, aux certitudes des prophètes hébreux, aux visions des Orphiques, aux vérités des philosophes pythagoriciens et platoniciens, aux dogmes des anciens théologiens chrétiens et aux révélations des Brahmanes de l'Inde. Qu'est-ce qu'un siècle désabusé, cynique et corrompu, peut mettre en regard de ce riche héritage ? Bien peu, me semble-t-il. Mais ne nous arrêtons pas trop sur ce peu. Il y a mieux à faire. Observons plutôt la grande image, respirons large. Le sentiment du mystère est une constante anthropologique plus ferme, plus établie, plus significative qu'aucune des vérités difficilement conquises par une modernité indéniablement schizophrène.

Porphyre disait que chez tous les peuples, les hommes les plus remarquables par leur amour de la sagesse se sont adonnés à la prière. Je ne sais si l'homme moderne prie. Mais ce qui est sûr c'est que je n'ai pas rencontré beaucoup de modernes remarquables. Tout le monde ne peut pas apprécier les Gurdjieff du jour.

Ces préliminaires faits, entrons dans la substance. Ficin se pose des questions piquantes et profondes, du genre: « Pourquoi les âmes sont-elles enfermées dans des corps terrestres ? ». Il propose six réponses, bien charpentées :

  • Pour pouvoir connaître les êtres singuliers.

  • Pour unir les formes particulières aux formes universelles.

  • Pour que le rayon divin se réfléchisse en Dieu.

  • Pour rendre l'âme plus heureuse (la descente de l'âme dans le corps contribue au bonheur de l'âme elle-même).

  • Pour que les puissances de l'âme passent à l'acte.

  • Pour que le monde soit embelli et Dieu honoré.

Si l'on veut en connaître le détail, on se rapportera à sa Théologie platonicienne. Je me contenterai ici de les paraphraser ainsi: l'âme unit ce qui est a priori séparé. Le haut et le bas. Le monde et le divin. Le même et l'autre. Elle a besoin de médiation, et elle est elle-même médiation. Elle est en devenir, elle doit s'augmenter, grandir, mûrir, monter, même si pour ce faire elle doit descendre, se faire semence, se faire pendant un temps très petite, se diminuer autant que possible. Elle doit aussi agir, et non seulement observer.

On dira : mais qu'est-ce qu'un si grand Dieu peut bien avoir à faire avec toutes ces si petites âmes surnuméraires ? La réponse courte, c'est « mystère », évidemment. Pour la réponse moyenne, voyez du côté de la kénose et du tsimtsoum. La réponse longue se trouve répartie, distribuée, démembrée, comme jadis le corps d'Osiris, dans les hymnes orphiques, dans les chapitres du Livre des morts, dans quelques vers d'Homère, de Virgile et d'Ovide, dans les fragments de Nag Hammadi, dans les cris et les chants des Védas, dans les replis de Platon, dans les longueurs de la Kabbale, dans les brièvetés d'Héraclite, dans les paroles du Christ, dans les figures des chamans, et dans quelques autres endroits encore.

lundi 18 novembre 2013

L'art des "metaxu"

Entre la beauté et la laideur, entre le savoir et l’ignorance, entre la matière et les formes, entre les mortels et les immortels, il y a toutes sortes d’êtres « intermédiaires », ce que Platon appelle les metaxu. Il en est des myriades. Le monde se tisse sans cesse par leurs médiations et par leurs transformations.

Lire la suite...